Projection du film Marie Heurtin au musée Quai Branly

Journée Internationale du Handicap 8 décembre 2015 

A cette occasion la Mairie du 7° de Paris organise des projections-débats du film «Marie Heurtin» au musée du quai Branly, en présence du réalisateur, Jean-Pierre Améris et du film "Insight"  en présence de l’équipe du film.

Le Bucodes SurdiFrance et l'ARDDS sont partenaires de cette projection, au côté du musée du quai Branly et de l’Association Valentin Haüy.Projection du film Marie Heurtin au Quai Branly

Salle de cinéma du musée du quai Branly (37, Quai Branly – Paris 7e) 
Projections et débat accessibles aux non-voyants (audio-description par casque individuel),aux malentendants (boucle magnétique & sous-titrage) et aux personnes à mobilité réduite (dans la limite des places disponibles).

réservation obligatoire au 01.53.58.75.60 ou par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Télécharger l'affiche

télécharger et imprimer l'invitation à présenter à l'entrée

Synopsis

Marie Heurtin (2014, 1h35)
de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré, Ariana Rivoire.

Cette histoire est inspirée de faits réels qui se sont déroulés en France à la fin du 19ème siècle.
Née sourde et aveugle, Marie Heurtin, âgée de 14 ans, est incapable de communiquer avec le reste du monde. Son père, modeste artisan, ne peut se résoudre à la faire interner dans un asile comme le lui conseille un médecin qui la juge « débile ». En désespoir de cause, il se rend à l’institut de Larnay, près de Poitiers, où des religieuses prennent en charge des jeunes filles sourdes. Malgré le scepticisme de la Mère supérieure, une jeune religieuse, Sœur Marguerite, se fait fort de s’occuper du « petit animal sauvage » qu’est Marie et de tout faire pour la sortir de sa nuit...

Insight (2015, 11 min 48’),
d’Alexandre Gangl, avec Stéphane Colin.

Une histoire de quatre destins croisés qui se retrouvent en un lieu : l’université́. Leur point commun, ils ont tous un handicap et pour la plupart il n’est pas apparent. L’un est tétraplégique, l’autre malvoyant, une est autiste et la dernière, malentendante. Au-delà de leur handicap, ce sont des êtres humains on ne peut plus normaux. En face, un professeur qui n’est pas toujours au courant ou qui pense bien faire.

Mots-clés: accessibilité, film, handicap auditif, vfst

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.