Revue de presse juin 2014

Une application portable pour en savoir plus sur la maladie de Ménière

140618-rp218.06.2014 - www.audition-infos.org

Ce n'est pas une application smartphone comme les autres, mais un outil d'étude de la maladie de Ménière, un trouble de l'oreille interne qui peut provoquer des acouphènes, perte auditive, vertige, etc. Une équipe de chercheurs au Royaume-Uni a créé une application mobile pour permettre aux patients atteints de cette maladie de contrôler au jour le jour leurs symptômes. Les données qui en seront issues permettront aux chercheurs de mieux connaître les facteurs, notamment environnementaux (pression, humidité de l'air) agissant sur cette maladie.

Site du projet de recherche : http://menieresmonitoring.wordpress.com/

Source : www.audition-infos.org


Surdité : découverte d'une perte d'audition plus grave qu'il n'y paraît

140618-rp118.06.2014 - www.pourquoidocteur.fr

Des travaux français viennent d'élucider la gêne considérable que représente le bruit ambiant pour la perception des fréquences aiguës chez certains malentendants.

Pour certaines personnes suivre une conversation lorsqu'il y a beaucoup de bruit ambiant s'avère être un vrai calvaire et pourtant il arrive que chez ces individus le test pour mesurer l'audition, à savoir l'audiogramme, révèle que ce défaut d'audition est léger et ne nécessite aucun appareillage. Pourtant, des chercheurs français de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, du Collège de France et de l'Université Pierre et Marie Curie viennent d'élucider l'anomalie physiologique qui pourrait être à l'origine de ce trouble. Ils viennent notamment de montrer qu'il constituerait un déficit auditif beaucoup plus profond qu'on ne le pensait jusque là. Grâce à un modèle de souris reproduisant une perturbation de la perception des sons aigus chez l'homme, cette équipe a donc pu trouver les anomalies physiologiques réellement en cause.

Une altération profonde du traitement des fréquences

C'est en étudiant un type de souris particulier, car porteuses d'une mutation affectant certaines cellules sensorielles de l'oreille interne, que ces chercheurs ont pu établir un parallèle rappelant la gêne rapportée par ces malentendants soit disant léger. « La souris étudiée présente une perte auditive en apparence très modérée, qui ne concerne que les sons aigus (sons de haute fréquence), qui sont traités à la base de la cochlée, explique le communiqué de l'Inserm-Pasteur. Les défauts morphologiques observés sont pourtant très importants à ce niveau : les cellules ciliées externes de la base de la cochlée ne peuvent plus répondre aux hautes fréquences, et leurs touffes ciliaires, qui jouent le rôle d'antenne de réception du son, sont gravement touchées ». A partir de cette constatation, ces scientifiques ont ensuite montré que chez ces souris, la région apicale de la cochlée elle, indemne de toute atteinte, qui traite normalement les sons graves, répondrait, non seulement aux sons graves, mais également aux sons aigus. Elle se substituerait ainsi fonctionnellement à leur région habituelle de codage, la base de la cochlée, qui a donc perdu perdu sa sensibilité.

Des audiogrammes faussement optimistes

Et bonne nouvelle, selon ces chercheurs, il est tout à fait envisageable de transposer cette découverte chez l'homme. « Transposés à l'homme, ces résultats pointent l'existence, chez certains individus, d'audiogrammes faussement optimistes, qui dissuadent à tort de les appareiller », concluent-ils. Ainsi ces scientifiques espèrent que leur recherche permettront de faire évoluer la pratique clinique et donc le diagnostic de cette forme de perte auditive en apparence légère qui pourtant nécessiterait un appareillage. Ils proposent notamment que chez les patients se plaignant de ce type de gêne en présence de bruit, des tests auditifs plus poussés soient réalisés en complément de l'audiogramme classique. Ces individus ainsi dépistés pourraient ainsi être équipés de prothèses auditives capables de rétablir sélectivement la détection des hautes fréquences, tout en évitant l'interférence par les sons graves.

Lire l'article sur le site www.pourquoidocteur.fr


La perte d'audition : un facteur de risque des maladies de la mémoire

140617-rp117.06.2014www.franceinfo.fr

Souffrir d'une perte d'audition avec l'âge peut-il favoriser le développement d'une maladie de la mémoire comme Alzheimer ? Une question au centre du congrès sur l'audition de Cracovie.

La perte d'audition augmente considérablement avec l'âge. Elle concerne 40% des 60-70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans. Plus on avance en âge et plus on a des difficultés pour entendre. C'est la presbyacousie, littéralement la perte de l'audition liée à l'âge. Plusieurs études ont montré que les personnes qui en souffrent sont plus susceptibles de développer des troubles intellectuels, notamment des pertes de mémoire, que les personnes qui ont une audition normale.

Le lien entre la perte auditive et le déclin cognitif était pressenti mais plusieurs études récentes le retrouvent de manière beaucoup plus claire, explique le Dr Arach Madjlessi, gériatre à Paris et président de la Société Française de Réflexion Sensori-Cognitive. Une personne augmente ses risques de développer une maladie de la mémoire à partir d'une perte de 25 db (deux fois plus de risques) et a cinq fois plus de risques de développer une démence sénile à partir d'une perte de 40 db.
Le lien entre perte auditive et la perte des capacités intellectuelles sont dues au fait que la perte d'audition entraîne un isolement social avec une diminution des stimulations sensorielles. Quand on entend moins bien, on concentre ses capacités intellectuelles pour essayer d'entendre, on fait travailler une zone du cerveau au détriment des autres et ne pas entendre favorise la dépression.

Les prothèses

Le fait de mieux entendre en ayant des prothèses auditives règlerait le problème, et permettrait d'éviter le déclin intellectuel et les maladies de la mémoire. Mais cette hypothèse reste à confirmer. Les fabricants de prothèses auditives utilisent ces études récentes et en font en argument marketing pour mieux vendre leurs produits. Donc acheter des prothèses auditives : c'est donc pour mieux entendre et ne pas s'isoler socialement, mais pas pour prévenir Alzheimer.

Prévenir les risques

Il est impossible d'éviter totalement la perte auditive car il y a des facteurs génétiques. On peut toutefois éviter les traumatismes sonores, les médicaments toxiques pour l'oreille et traiter les facteurs de risques cardiovasculaires comme le diabète qui a un impact négatif sur le système auditif. Pour éviter les maladies de la mémoire, il faut privilégier les interactions sociales et les stimulations intellectuelles, avoir des activités physiques régulières, une alimentation équilibrée, traiter les risques cardiovasculaires et prévenir et traiter les pertes sensorielles.

Ecouter l'émission, en ligne jusqu'au 03/12/2016 sur le site de www.franceinfo.fr (pour un accès directe à l'émission, cliquer sur l'image)

140617-rp2


Certaines maladies peuvent-elles entraîner une baisse d'audition, voire une surdité ?

140612-rp112.06.2014 - www.allo-medecins.fr

En France, la prévention concernant la surdité et les troubles de l'audition fait parfois cruellement défaut. Peu de gens savent, par exemple, qu'il existe des facteurs réels et non contrôlables, causes essentielles de ces problèmes. Allo-Médecins vous donne quelques explications.

Baisse de l'audition et surdité, quésaco ?

La baisse de l'audition est une perte auditive. Plus le temps passe et moins vous êtes capable d'entendre correctement les sons émis extérieurs. Il existe de nombreuses causes liées à ce dégât auditif, même si la raison de l'âge avancé est connue de tous.

Les causes d'une baisse d'audition et de surdité

Il faut tout d'abord distinguer deux types de surdité : celle de transmission (lorsque quelque chose empêche les sons d'arriver à l'oreille interne) et celle de perception (généralement due à une lésion de l'oreille interne, voire parfois des nerfs, empêchant alors la transmission des sons à votre cerveau). Dans le pire des cas, vous pouvez souffrir des deux.

Il existe de nombreuses causes à cette perte auditive. Par exemple, la surdité peut survenir momentanément à la suite d'un virus. Un malade peut aussi perdre graduellement son audition à la suite d'une lésion nerveuse ou même d'une maladie.

Voici la liste de quelques causes connues de la surdité partielle ou totale :

  • tympans percés,
  • problèmes osseux au niveau de l'oreille,
  • infections de l'oreille,
  • accumulation de liquide derrière vos tympans,
  • maladies congénitales,
  • tumeurs,
  • maladies génétiques (une des premières causes de la surdité de perception : otospongiose, syndrome d'Usher),
  • maladies infectieuses (zona, infections à cytomégalovirus, toxoplasmose, herpès, méningite, etc.),
  • diabète,
  • troubles cérébraux,
  • troubles nerveux (AVC), etc.

Des maladies sont donc responsables de la surdité, qu'elle soit partielle ou totale. Si vous avez des précédents génétiques, soyez vigilant. Par exemple, dans le cas de la surdité liée à l'âge (appelée presbyacousie), elle est généralement génétique. Bien sûr, des facteurs externes sont aussi à prendre en considération, comme l'exposition trop fréquente à des bruits très forts.

Visiter la rubrique audition du site Allo-Médecins


Le tabagisme, même passif, augmente les risques de pertes d'audition

140610-rp110.06.2014 - www.edp-audio.fr

Le tabac pourrait avoir une influence néfaste sur l'audition. Une étude menée par des chercheurs britanniques montre en effet que le risque de perte auditive chez les fumeurs est 25 % plus élevé que pour les non-fumeurs. Il en va de même pour les personnes exposées au tabagisme passif, avec toutefois un risque moindre (15 %). Dans les deux cas, la dose d'exposition est corrélée au niveau de perte.

De plus, les résultats montrent que les personnes qui ont arrêté de fumer sont exposées à un risque sensiblement plus faible de souffrir de perte auditive. Selon les auteurs, ces résultats inattendus pourraient venir du fait que les sujets qui décident d'arrêter de fumer le font dans le cadre d'une amélioration globale de leur hygiène de vie.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs de l'université de Manchester ont réalisé une analyse transversale sur un échantillon de 164 770 sujets britanniques, âgés de 40 à 69 ans, à qui ils ont fait passer un test de compréhension de la parole dans le bruit, après avoir recueilli leurs habitudes en termes de tabagisme (passif ou actif). Afin de s'affranchir des autres potentielles causes de perte auditive, les sujets étaient également interrogés sur d'éventuels problèmes cardiovasculaires, de diabète, d'hypertension, etc.

En revanche, l'étude ne démontre pas le lien de causalité entre le tabagisme et l'audition. Mais selon les auteurs, il se pourrait que certaines toxines présentes dans la cigarette puissent affecter le système auditif. En outre, la nicotine, qui est un vasoconstricteur, pourrait nuire au bon fonctionnement du système auditif.

Source de l'étude : Dawes P et al. J Assoc Res Otolaryngol. 2014 Cigarette Smoking, Passive Smoking, Alcohol Consumption, and Hearing Loss

Lire l'article sur le site de www.edp-audio.fr


Hearing Aide, l'application d'alerte qui averti en temps réel les malentendants

140610-rp210.06.2014 - www.handimobility.org

Chaque année, on ne compte plus le nombre de personnes sourdes ou malentendantes qui décèdent faute de pas avoir pu entendre une sirène d'alarme, un signal d'évacuation ou d'urgence.

Quel ambulancier, pompier pourrait imaginer qu'un piéton va traverser en toute tranquillité la route, sans faire attention à eux, faute d'avoir pu percevoir le son émis par la sirène ? Le choc avec le véhicule sera alors peut-être inévitable !
Que dire par exemple des alarmes incendies non détectées ? Lors du Tsunami Japonais, on a évalué à 75 le nombre de personnes sourdes qui sont décédées faute d'avoir pu entendre le signal d'évacuation et pouvoir se mettre ainsi à l'abri.

C'est pour apporter une solution à ce problème majeur qu'une association rassemblant les personnes sourds de Singapour, en collaboration avec l'agence Grey, a décidé de mettre au point l'application Hearing Aide pour smartphones et tablettes.
Dès qu'un signal d'alarme est perçu par le micro du smartphone, celui-ci se met à vibrer, son écran s'allume et un pictogramme détaillant la nature de l'alerte est affiché en temps réel.
Il existe dès le départ cinq alertes de bases pré-enregistrées : les sirènes d'ambulances, de pompiers, de police, l'alarme incendie et le détecteur de fumée.

Encore plus intéressant, comme vous le découvrirez dans la vidéo ci-dessous, la personne sourde ou malentendante peut également enregistrer elle-même d'autres sons importants via cette application comme, par exemple, un bébé qui pleure, la sonnette de la maison, l'aboiement de son chien...

L'application Hearing Aide est gratuite et n'est actuellement disponible que sur Android.

Voir la vidéo sur le site de www.handimobility.org


Marseille : Le MuCEM s'adapte aux visiteurs malentendants

140603-rp203.06.2014 - www.mucem.org/fr/

Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, MuCEM, à Marseille, se rend accessible aux sourds et malentendants. Les visiteurs malentendants appareillés d'aides auditives peuvent ainsi bénéficier :

  • de l'amplification de l'auditorium dans lequel est diffusée la plus grande partie de la programmation culturelle et artistique,
  • de visites guidées, en empruntant une boucle à induction magnétique individuelle sur les points d'accueil du J4 et du fort Saint-Jean,
  • du guide multimédia, en empruntant une boucle à induction magnétique individuelle sur les points d'accueil.

Des visites guidées en LSF menées par des conférenciers sourds sont également proposées, pour un tarif de cinq euros par personne.

Les précisions sur le site du MuCEM


Mondial 2014 : comment tacler les acouphènes

140603-rp103.06.2014 - http://sante-medecine.commentcamarche.net

Il y a quatre ans, la Coupe du monde de football avait permis d'évoquer un problème qui touche près d'un français sur 6 : les acouphènes. En partenariat avec Relaxnews, le site PasseportSanté interroge Roselyne Nicolas, présidente de l'association France Acouphènes, pour aider les supporters à adopter les bons réflexes lors de ces événements bruyants.

Que se passe t-il à l'intérieur de l'oreille lorsqu'un spectateur subit pendant 90 minutes un niveau sonore d'environ 130 décibels (niveau mesuré lors de la dernière coupe du monde) ?
Les cellules cillées de l'oreille qui réceptionnent les vibrations des sons peuvent être gravement endommagées lorsqu'un tel niveau sonore est atteint. Les spectateurs risquent une perte d'audition qui pourrait même persister avec le temps puisque les cellules ciliées lésées ne peuvent pas se régénérer, et cela même avec le traitement d'urgence 24 heures après le traumatisme.
Que conseillez-vous à titre préventif pour ceux qui se rendent à de telles manifestations bruyantes ?
Il faut savoir qu'il n'y a pas de différences notables entre les milieux fermés comme les discothèques et les milieux ouverts comme les stades. Ce n'est pas parce qu'on est en plein air que l'on ne va pas être touché ! D'autant que dans ce type de manifestations, il y a souvent des amplificateurs un peu partout. Le premier conseil est évidemment de se munir de bouchons anti-bruits qui réduisent significativement le nombre de décibels. Il existe d'ailleurs des bouchons qui réduisent ce nombre en fonction de l'usage qu'on va en faire, comme les bouchons pour musiciens. Ensuite, il faut éviter de se mettre près des sources sonores trop bruyantes et ne pas hésiter à faire des pauses en s'éloignant quelques minutes des nuisances.
Qu'en est-il des personnes qui souffrent déjà de ces bourdonnements très désagréables ? Faut-il se priver de ce genre de festivités ?
Le mieux c'est d'éviter d'y aller, même si cela peut être difficile à accepter ! Les personnes qui souffrent d'acouphènes s'aperçoivent bien qu'ils ne peuvent plus faire les choses comme avant avec leurs amis, leurs familles. Ils sont obligés de se protéger au maximum des nuisances pour éviter de nouvelles conséquences dramatiques. Ils savent qu'ils ne peuvent plus retourner dans ces endroits bruyants. Voilà pourquoi c'est important de mettre l'accent sur la prévention !

Lire sur le site de sante-medecine.commentcamarche.net


Des étudiants inventent le gant qui fait parler sourds et muets

140602-rp202.06.2014www.digischool.fr

Le projet Hand'speaker a une ambition folle : faire parler les sourds et muets. Cette utopie est pourtant en train de se réaliser grâce à une équipe de 6 étudiants nancéiens.

Faire parler les sourd et les muets

Faire parler les sourds et les muets est un rêve qu'aucun homme n'a jamais pu exaucer. Pourtant une équipe de 6 étudiants de Nancy a mis au point une technique faisant parler les personnes n'ayant pas la chance de pouvoir s'exprimer avec des mots. La solution est un gant ! Oui, vous avez bien lu, un gant. Mais comment est-ce possible ?

À l'aide de capteurs positionnés sur le gant numérique, un signal est envoyé au smartphone qui analyse les mouvements et les retranscrit vocalement par un boitier. Ainsi, avec Hand'speaker, une personne utilisant la langue des signes pourrait se faire comprendre par tous. L'objectif principal de ce projet et de "réduire le taux de chômage des personnes atteintes de surdité sévère en favorisant leur insertion professionnelle", précise Tracy Rival, responsable communication de Hand'speaker sur la présentation vidéo du projet.

Lire l'article sur le site de www.digischool.fr


AZF: les sinistrés veulent faire entendre raison à Total

140602-rp102.06.2014 - www.metronews.fr

FAIT-DIVERS – Quelques semaines après avoir rendu public les difficultés de remboursement des prothèses auditives, l'association des sinistrés du 21 septembre a recensé de nouveaux cas. De son côté Total se défend de bloquer l'indemnisation des appareils auditifs.

Ils veulent continuer à se faire entendre. Après avoir dénoncé l'immobilisme de Total et de son assureur qui refusaient de rembourser leurs prothèses auditives, les victimes d'AZF retournent au combat. "Il y a deux mois nous étions six plaignants, aujourd'hui nous sommes 21", constate Jean-François Grelier, président de l'association des sinistrés du 21 septembre qui déplore cependant le même attentisme.

Les personnes touchées par des problèmes de surdité après la catastrophe de septembre 2001 exigent qu'une règle publique et unique soit édictée afin que chaque sinistré bénéficie gratuitement de prothèses à chaque renouvellement. "Il y a deux poids, deux mesures : à certains on rembourse la totalité des équipements, à d'autres non. A certains, c'est le montant des piles qui n'est pas pris en compte..." dénonce la fille de Maria, 61 ans.

"A nouveau une vie sociale"

Cette dernière a pris contact avec l'association des sinistrés après la première médiatisation de l'affaire début avril : cela faisait dix ans que ses appareils n'étaient plus adaptés et que les assurances refusaient de rembourser les nouveaux équipements. "Aujourd'hui tout est rentré dans l'ordre, avec ses prothèses ma mère a de nouveau une vie sociale".

Mais ce n'est pas le cas de toutes les victimes qui espèrent que la réunion entre l'industriel et la CPAM le 13 juin prochain débouche sur une solution concertée. "Je n'entends plus rien d'une oreille et suis sourde en partie de l'autre, j'ai été tellement humiliée lors des expertises où me reprochait de simuler que je me suis renfermée sur moi-même", témoigne Catherine Cosse, 49 ans, qui redoute de plonger dans "le monde du silence".

Principe d'indemnisation à vie acquis depuis 2001

Dans les rangs de Total, la question agace au plus haut point Patrick Timbart, directeur délégué du groupe pétrolier. "Je suis stupéfait qu'on évoque encore ce dossier, c'est possible qu'il y ait des problèmes de remboursement dus à des retards ou des recherches d'information mais le principe d'indemnisation à vie est acquis depuis 2001", explique celui qui assure le suivi du dossier AZF depuis 14 ans. Et de rappeler que Total a versé 12 millions d'euros d'indemnisations aux victimes de la catastrophe en 2013.

Lire l'article sur le site de www.metronews.fr

 

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.