Revue de presse octobre 2014

Un nouvel appareil d'aide au diagnostic de la fatigue auditive

141010-rp110.10.2014 - www.rtl.fr

Quand on teste votre audition, en général, on vous fait écouter des bruits, et vous dites si vous entendez ou pas. Or, un jeune enfant en est incapable. Pourtant, un bébé sur 1.000 a un trouble de l'audition. Le nouvel appareil mis au point fait les mesures tout seul, sans rien demander.

Quand une oreille reçoit un bruit, donc une vibration, des cellules entrent en vibration dans l'oreille interne. Ce casque, qui a la forme d'un écouteur banal de lecteur MP3, mesure ce qui se passe dans votre oreille. Relié à une petite tablette, il indique si vous entendez moins bien. Il a été mis au point par l'INRS, Institut National de Recherche et de Sécurité.

Cet outil permet de tester l'audition des salariés : le matin, au début du travail, et le soir, pour savoir si les oreilles sont fatiguées. Il permet d'alerter sur un début de surdité. Cette technologie, encore chère, va pouvoir être développée aussi auprès des enfants, chez les pédiatres.

40% des malentendants ont moins de 55 ans

Dans les entreprises, il faut savoir qu'il y a 1.000 cas de surdité par an en France liés au travail. Les métiers les plus bruyants sont dans l'industrie, la métallurgie et dans les garages. L'un des pires bruit qui existe, c'est quand un garagiste dégonfle un pneu pour le changer. Le sifflement est proche du seuil de la douleur. Répété chaque jour, il peut rendre sourd. L'INRS a donc mis au point un autre appareil qui s'applique sur le pneu, et qui atténue le bruit de 30 décibels.

La prévention en matière d'audition permet d'améliorer considérablement la vie. Ce n'est pas seulement un problème de personnes âgées. Sur les 6 millions de Français qui sont malentendants, 40% ont moins de 55 ans.

Source : www.rtl.fr
Télécharger l'émission sous format mp3 (très courte !)


Un spécialiste du handicap pour seconder le Défenseur des droits

141001-rp301.10.2014 - www.faire-face.fr

Patrick Gohet est le nouvel adjoint de Jacques Toubon. Il s'occupera de la lutte contre les discriminations.

C'est le nouveau « Monsieur discriminations ». Patrick Gohet vient d'être été nommé adjoint au Défenseur des droits, Jacques Toubon. Il assurera la vice-présidence du collège chargé de la lutte contre les discriminations et pour la promotion des droits.
Cet ex-inspecteur des affaires sociales, âgé de 61 ans, connaît particulièrement bien le « monde du handicap » pour y avoir effectué la plus grande partie de sa carrière. D'abord à l'Unapei qu'il a dirigée puis comme délégué interministériel aux personnes handicapées et, plus récemment, en tant que président du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH).

Discriminations, conditions de détention, accessibilité...

Jacques Toubon a récemment pris la succession de Dominique Baudis, décédé en avril 2014. Depuis sa création, en 2011, le Défenseur des droits traite, entre autres, les dossiers des personnes en situation de handicap s'estimant victimes de discriminations.

Lire l'article complet sur le site de Faire-face


Quid de la mise en accessibilité des cabinets libéraux

141001-rp201.01.2014 - www.infirmiers.com

L'ordonnance sur la mise en accessibilité des établissements recevant du public (ERP), permettant notamment de leur accorder de nouveaux délais, a été adoptée le 25 septembre 2014 en conseil des ministres.

L'ordonnance a été publiée le 27 septembre 2014 au Journal officiel et la publication des décrets d'application est attendue "courant octobre", indique un dossier de presse diffusé le 25 septembre 2014 par le secrétariat d'Etat aux personnes handicapées et à la lutte contre l'exclusion. La loi habilitant le gouvernement à prendre cette ordonnance a été publiée au Journal officiel le 11 juillet.

Le texte vise à garantir l'application de l'obligation d'accessibilité inscrite dans la loi du 11 février 2005, "en lui redonnant des perspectives crédibles, face au constat que l'échéance du 1er janvier 2015 ne pourrait être tenue du fait du retard accumulé depuis 2005", explique le compte rendu du conseil des ministres du 25 septembre.

Lire l'article complet sur www.infirmiers.com
Article format pdf


Agenda d'accessibilité programmée

141001-rp101.10.2014 - www.lemoniteur.fr

L'ordonnance n°2014-1090 du 26 septembre publiée au JO du 27 septembre lance officiellement le délai durant lequel les établissements recevant du public qui ne sont pas aux normes fixées par la loi de 2005 sur l'accessibilité devront déposer en mairie un agenda d'accessiblité programmée détaillant les travaux qu'ils s'engagent à réaliser et leur montant.

Enfin. 48 heures après sa présentation en Conseil des ministres le 25 septembre (notre article), un an après le comité interministériel qui entérinait l'abandon de l'objectif du 1er janvier 2015 pour la mise en accessibilité de l'ensemble des établissements recevant du public (notre article) et deux ans après la commande d'un rapport sur le sujet à la sénatrice Claire-Lise Campion qui avait conduit à ce constat (nos articles ici et là) l'ordonnance n° 2014-1090 du 26 septembre 2014 « relative à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d'habitation et de la voirie pour les personnes handicapées », qui crée les fameux « agendas d'accessibilité programmée » ou Ad'AP, est parue au Journal Officiel du 27 septembre. Elle s'accompagne d'un rapport au président de la République expliquant les grands traits du texte.

C'est donc très officiellement qu'« à compter de la fin du douzième mois suivant la publication de l'ordonnance n°2014-1090 du 26 septembre 2014, le propriétaire ou l'exploitant responsable de la mise en accessibilité d'un établissement recevant du public qui n'a pas rempli les obligations prévues à l'article L. 111-7-3 est puni des peines prévues au premier alinéa. » Avant le 1er octobre 2015, les exploitants d'ERP devront donc obligatoirement déposer en mairie un agenda d'accessibilité programmée détaillant les travaux qu'ils s'engagent à réaliser et leur montant. Ensuite, les ERP auront, sauf dérogations (voir focus), 3 ans pour se mettre aux normes.

Lire l'article complet sur www.moniteur.fr
Article sous format pdf

 

Mots-clés: revue de presse

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.