Accessibilité

Détermination d'un système de boucle à induction magnétique

Colporteur4-01Spécifier un système de boucle demande un examen approfondi du projet et du site.

  • Disposition des lieux / Plans cotés
  • Appréciation des perturbations dues au métal
  • Contraintes sur les débordements
  • Possibilités d'installation

Selon les cas rencontrés, plusieurs types de boucles sont envisageables. Pour donner une idée, nous allons nous intéresser à une salle de réunions polyvalente située dans un immeuble moderne. La salle fait 12 mètres sur 15 mètres. Le sol est plat et horizontal. La hauteur entre dalles (étage à étage) est de 3 mètres. Il existe un faux plafond acoustique sur ossature métallique à une hauteur de 2,60 mètres. La construction est moderne. La structure est en béton armé. Les parois sont en briques.

Trois possibilités s'offrent a priori :

  • Une boucle périmétrique ceinturant la salle
  • Une boucle en "8"
  • Un système phasé en épingles.

1° - Boucle périmétrique

Compte tenu des dimensions de la salle et en faisant abstraction des perturbations dues à la présence de métal, une boucle périmétrique installée à une hauteur d'environ 2,90 mètres de haut permettrait d'obtenir un champ magnétique - et donc un niveau sonore - régulier. Dans ces conditions, le champ serait conforme au graphique suivant :

Colporteur4-02Le champ magnétique serait régulier et tiendrait dans un gabarit d'environ +/- 1,2 dB sur l'ensemble de la salle.

Toutefois, une boucle placée à 2,90 m de haut se trouverait dans le faux plafond, au-dessus de l'ossature métallique, et ne fonctionnerait pas convenablement. Le treillis métallique du faux plafond mettrait le champ magnétique de la boucle quasiment en court-circuit.

Il faudrait donc, au minimum, placer la boucle sous le faux plafond, légèrement dégagée de ce dernier.

En plaçant la boucle sous le faux plafond, à environ 2,40 m de haut, le champ magnétique tiendrait encore dans un gabarit de l'ordre de +/- 2,5 dB, ce qui serait acceptable et conforme à la norme.

Mais il est indispensable de prendre en compte les perturbations dues au métal.
Les dalles de béton des planchers et le faux plafond intègrent des treillis métalliques.
Les perturbations dues au métal seront donc importantes.

Colporteur4-03En prenant en compte une estimation minimum plausible des pertes métalliques, on constate que le champ magnétique se creuse et occupe maintenant un gabarit d'environ +/- 4,5 dB qui n'est plus conforme à la norme.

Les besoins en tension et en courant sont, par ailleurs plus élevés. Alors que, en l'absence de métal, la boucle pouvait être alimentée par un amplificateur de puissance moyenne, il est maintenant nécessaire de fournir une puissance beaucoup plus importante. Cet accroissement de puissance compensera la perte d'intensité du champ mais pas sa déformation.

Il faut également considérer la réponse audio en fréquence. Le métal affecte davantage les hautes fréquences et le son devient sourd. Jusqu'à un certain point, ce déséquilibre grave/aigu peut être compensé avec le réglage de tonalité MLC équipant certains amplificateurs de boucle. Si les pertes dans les hautes fréquences sont trop importantes, l'action du MLC sera insuffisante et il faudra ajouter un égaliseur au système. Rappelons que 90 % de l'intelligibilité vient des hautes fréquences.

Il faut considérer un dernier aspect : les effets du métal sont davantage ressentis au centre d'une pièce qu'à sa périphérie. Cela explique le creusement du champ magnétique et aussi que la réponse audio sera plus assourdie au milieu de la pièce qu'au bord. Il peut alors être impossible, dans certains cas, d'obtenir une réponse audio de qualité uniforme, conforme à la norme, sur l'ensemble de la surface considérée.

En conclusion, dans notre exemple, il est impossible d'installer une boucle périmétrique. Les dimensions de la boucle sont trop importantes compte tenu des pertes métalliques. Le système, malgré un accroissement de puissance, ne fonctionnera pas correctement et ne sera pas conforme aux exigences de la norme. Par ailleurs, le débordement important de ce type de boucle, qui peut entraîner des interférences avec d'autres boucles du voisinage, n'a pas été pris en compte.

2° - Boucle en "8"

Quand il n'est pas possible d'avoir recours à une simple boucle périmétrique, il est possible d'envisager un système de boucle en "8". Cela revient, en pratique, à diviser une grande boucle en plusieurs spires plus petites, toujours alimentées avec un seul amplificateur. Selon les conditions locales rencontrées, ce type de boucle peut être installé au sol ou sous le plafond.

Colporteur4-04La simulation 3D, ci-contre, montre le résultat obtenu en couvrant la salle avec une boucle en "8" posée au sol ou sous le faux plafond. Dans les deux cas, le champ magnétique tient dans un gabarit d'environ +/- 2,5 dB, conforme à la norme. Chaque spire étant plus petite, les effets du métal sont moins ressentis. La réponse audio est moins affectée et peut être compensée avec le réglage MLC de l'amplificateur.

Le seul inconvénient avec les boucles en "8" est qu'il existe une zone ponctuelle d'annulation à la verticale de l'endroit où se croisent les fils de la boucle.

Cela n'est pas forcément gênant si l'endroit où se croisent les fils est au milieu d'une allée de passage, par exemple.

Un tel système fonctionnera avec un amplificateur de puissance moyenne. Dans notre cas, la boucle peut être installée discrètement au niveau du faux plafond, ce qui ne devrait pas entraîner de complications. Comme les boucles périmétriques, les boucles en "8" débordent largement dans les trois dimensions.

3° - Système phasé en épingles

Avec un système de boucle en "8", il existe une zone d'annulation à l'endroit où les fils du "8" de croisent. Si cela pose problème, il est possible d'avoir recours à un système phasé de boucles en épingles. Les systèmes phasés en épingles s'adaptent à toutes les configurations de salles, compensent parfaitement les effets du métal et peuvent offrir un faible ou un ultra faible débordement selon les nécessités. Il est possible de faire cohabiter de telles boucles sans interférences.

Colporteur4-05Un système phasé en épingles est constitué de deux réseaux de boucles en créneaux posés l'un sur l'autre et décalés d'une certaine valeur l'un par rapport à l'autre.

Chaque réseau est alimenté par un amplificateur, le signal étant déphasé dans un des réseaux.

Ce principe permet de couvrir n'importe quelles surfaces, quelles que soient leurs formes, avec des sols horizontaux, en pente, en gradins, avec ou sans trémie.

La couverture est parfaitement homogène et la réponse audio irréprochable. 

Les systèmes phasés sont les seuls utilisables dans de très nombreux cas et, notamment :
- Quand les pertes métalliques sont importantes
- Quand les surfaces à couvrir sont importantes ou de formes irrégulières
- Quand des boucles doivent coexister sans interférer
- Quand il y a des besoins de confidentialité

Colporteur4-06Un système phasé est installé au sol, sous passage de câble, dans un rainurage, dans un fourreautage, ou directement sous le revêtement de sol.

Cela crée un certain nombre de contraintes, notamment dans les salles existantes.

Il est parfois possible de passer les fils dans l'angle des gradins ou sous un plancher mais il faut souvent attendre une remise en état pour pouvoir installer convenablement un tel système.

Il faut prendre en compte la pose des boucles le plus tôt possible dans les projets.

Dans le cas qui nous intéresse, l'irrégularité maximale du champ magnétique serait de l'ordre de +/- 1,2 dB, ce qui est quasiment imperceptible.

Le système serait un peu plus coûteux qu'un système en "8" mais offrirait une couverture globale très homogène et un faible débordement. Un ultra faible débordement pourrait être obtenu si nécessaire.

Avec les systèmes phasés de boucles en épingles, ce sont surtout les contraintes d'installation qui sont à considérer.

Calcul de la tension et de l'intensité - Choix de l'amplificateur

Une fois le système de boucle convenablement déterminé afin d'obtenir un champ magnétique - et donc un niveau sonore - régulier, il faut ensuite, dans tous les cas, calculer le courant et le voltage nécessaires dans la boucle.

Enfin, il faut choisir un amplificateur offrant les caractéristiques requises, dans les conditions de résistance et d'impédance présentées par la boucle. Les caractéristiques de l'amplificateur et de la boucle sont interdépendantes et tous les amplificateurs ne sont pas adaptés.

Remarques sur les consultations

Très souvent les consultations se rapportent à des boucles périmétriques, qui ne sont que rarement adaptées aux besoinx particuliers. Ne sachant pas a priori quel type de boucles sera effectivement nécessaire, les prescripteurs doivent être prudents en prévoyant différentes hypothèses et penser aux délais d'études nécessaires.

Source : Le Colporteur n° 4 - Bulletin d'information sur les boucles d'induction magnétique
(Article publié avec l'autorisation de son auteur, la société Electroacoustique consultant)

Suite : La prise de son

Imprimer

La prise de son

Colporteur5-1Il faut envoyer un signal dans la boucle. Le problème de la prise de son se pose alors dans de nombreuses circonstances.

Nous allons aborder ici deux cas typiques couramment rencontrés.

Conférences - Communication

Quand une salle est équipée d'un système de conférence ou d'une sonorisation, il suffit généralement de raccorder l'amplificateur de la boucle d'induction sur le système existant.

Le raccordement s'opèrera le plus souvent à un niveau "ligne", qualifié de 0 dB, correspondant à un niveau de signal normalisé, proche de 1 Volt. La liaison sera de préférence "symétrique", standard de câblage professionnel (deux fils + écran) permettant de s'affranchir d'éventuels parasites. Les connecteurs seront le plus souvent des prises XLR à 3 broches ou des Jacks 6,35 à 3 contacts.

Certaines salles sont équipées d'un système pour conférences qui offre des fonctionnalités bien adaptées et permet d'envoyer dans la boucle d'induction un signal audio de bonne qualité. Il n'en va pas toujours de même. De nombreuses salles à vocation polyvalente disposent d'une sonorisation à demeure mais le parc de microphones et les réglages de la sonorisation sont rarement adaptés aux utilisations qui nous intéressent.

Les microphones disponibles sont souvent des microphones de chant, de technologie dynamique. Leur sensibilité et leur réponse en fréquences sont inadaptées aux besoins de type conférence. Il faut fréquemment parler très près de ces micros. Le son est grave et le niveau sonore irrégulier avec des locuteurs occasionnels. L'usage de tels micros est inconfortable et entraîne de la fatigue car l'intelligibilité est précaire. Ces microphones seront avantageusement remplacés par des microphones de conférence à col de cygne, à électrets. Plus sensibles, ceux-ci sont beaucoup mieux adaptés aux usages prévus. Il en existe de relativement peu coûteux qui offrent d'excellentes performances. Enfin, ils offrent beaucoup plus de souplesse d'utilisation.

Les microphones doivent être en nombre suffisant (au moins un micro pour deux intervenants) de façon à éviter les déplacements superflus et perturbants. Quand il n'est pas possible d'avoir suffisamment de microphones filaires, il est souhaitable de disposer de plusieurs microphones sans fil, aux caractéristiques convenables, de sorte qu'ils puissent circuler facilement entre les intervenants. Un micro à main pour la parole "parlée" doit être tenu à environ 10 cm de la bouche et être dirigé vers celle-ci, sans pour autant la cacher car la lecture labiale apporte un confort supplémentaire. Les microphones devront être directifs - cardioïdes ou hypercardioïdes - pour offrir une réjection suffisante des bruits ambiants. Au moment du choix d'un micro, privilégier les caractéristiques adaptées plutôt que la marque.

Un autre point important concerne les réglages de tonalité de la sonorisation. Dans de très nombreux cas, le registre grave est gonflé et c'est précisément ce qu'il faut éviter pour que la parole "parlée" soit intelligible. Une bonne intelligibilité de la parole "parlée" ne peut être obtenue qu'en coupant les graves assez tôt, et en mettant très légèrement en valeur la zone de tessiture de la voix, aux alentours de 2000/2500 Hertz. On dégraisse ainsi le bas du spectre en donnant de la présence à la voix. Le message s'éclaircit et gagne en intelligibilité.

Il est indispensable d'utiliser des microphones en adéquation avec les besoins.
Il est tout aussi indispensable d'adopter des réglages de tonalité adaptés qui nécessitent idéalement l'emploi d'un "égaliseur".

Colporteur5-2Théâtres

Normalement, les lieux comme les théâtres ne sont pas sonorisés.

Il faut donc prévoir un dispositif de prise de son de façon à ce que la musique, le chant et les dialogues puissent être entendus par les malentendants via la boucle d'induction.

Reprendre partiellement l'ambiance acoustique de la salle peut aussi être utile.

Réaliser une prise de son de qualité dans de telles conditions nécessite des compétences dont dispose rarement un installateur de boucles d'induction.

Plusieurs techniques de prise de son sont possibles :

  • L'utilisation de microphones plats de type PZM autorise la prise de son sur de grandes surfaces. Ces micros doivent idéalement être posés au sol ou sur de grands panneaux réfléchissants situés en hauteur, ce qui en restreint l'utilisation.

  • L'utilisation de microphones sensibles, avec des caractéristiques adaptées et placés judicieusement au-dessus de la scène, offre généralement de bons résultats. Certains systèmes à enrouleurs permettent de descendre les micros en fonction des besoins. Situés dans les cintres, ces systèmes peuvent malgré tout s'avérer gênants lors de la manipulation d'éléments de décors.

  • L'utilisation de microphones très directifs de type "lobe", encore appelés "canons", est souvent la meilleure solution. Ces micros peuvent être placés au mieux de chaque côté de la scène, contre les balcons ou contre les murs de la salle. Il en existe avec des caractéristiques variées qui permettent de s'adapter à chaque cas rencontré.

Il est vivement recommandé, dans tous les cas, de procéder à des essais préalables pour s'assurer du bon emplacement des micros ainsi que de leur bonne adéquation aux besoins et à l'acoustique des lieux. Un type de micro qui rend bien à tel endroit peut s'avérer décevant à un autre. Ces microphones sensibles seront, de préférence, fixés avec des supports anti vibratiles afin d'assurer un découplage efficace d'éventuelles transmissions solidiennes.

Il faut être attentif au choix d'un micro à interférences de type "lobe" car le moyen d'obtenir la directivité très marquée de celui-ci entraîne parfois un léger détimbrage.

Ces microphones seront raccordés sur un mélangeur de qualité, lui-même raccordé sur l'amplificateur de la boucle d'induction. Les liaisons seront réalisées en câble micro professionnel symétrique de qualité à faible bruit.

Dans les cas de théâtres ou de salles non sonorisés, il est indispensable de prévoir un équipement de prise de son. Ceci implique le passage - pas toujours évident - de câbles entre les microphones et le mélangeur auquel ils sont raccordés.

Dans tous les cas, s'adressant à des malentendants, la prise de son devra être de haute qualité. Les caractéristiques des microphones et leurs emplacements sont importants car ils ne devront pas favoriser de zones particulières de la scène.

Il est des cas où le système de prise de son visant la scène pourra être complété par un système de prise de son de la fosse d'orchestre. Un micro d'ambiance destiné à reprendre les réactions de la salle pourra aussi s'avérer utile dans certains cas.

Cas de boucles d'induction provisoires mobiles

Les points précédemment évoqués devront être respectés dans la mesure du possible. Dans certains cas, un haut-parleur d'appoint sera utile afin que les locuteurs utilisant un microphone n'aient pas la pénible impression de parler dans le vide.


Source : Le Colporteur n° 5 - Bulletin d'information sur les boucles d'induction magnétique
(Article publié avec l'autorisation de son auteur, la société Electroacoustique consultant)


Suite : La prise de son - 2ème partie

 

Imprimer

Claire-Lise Campion au Forum "Ensemble pour mieux entendre"

Madame la Sénatrice Claire-Lise Campion27 septembre 2014 - Madame la Sénatrice Claire-Lise Campion a ouvert le Forum « Ensemble pour mieux entendre » du Bucodes Surdifrance. Elle a rappelé à cette occasion l'importance à ces yeux de pouvoir relayer l'information utile qui permet une meilleure compréhension par tous de tout ce qui concerne le sujet majeur qu'est l'accessibilité.

Retrouvez ici son intervention.

Découvrez ici le texte de l'ordonnance, publiée au J.O. ce même jour du 27 septembre 2014.

Voir aussi :

Imprimer

Ce département attend les renseignements sur les lieux accessibles

oups-smileyOups, ce département n'a pas encore reçu de renseignements sur les lieux accessibles.

Est-ce vous-même qui pourriez nous fournir des renseignements utiles à l'ensemble des malentendants de ce département ? Alors, n'hésitez pas et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. en suivant les instructions données sur cette page !

RETOUR AU REPERTOIRE DES LIEUX ACCESSIBLES PAR DEPARTEMENT

Imprimer

Agenda d'Accessibilité Programmée : l'ordonnance du 25 septembre 2014

Une nouvelle date pour l'échéance de la loi 2005

Le 25 septembre 2013, le Comité interministériel du handicap fait le constat que l'échéance du 1er janvier 2015 ne pourra être tenue, du fait du retard accumulé depuis 2005, et retient le principe de compléter, par ordonnance, la loi du 11 février 2005 pour donner un "second souffle à l'accessibilité".

Le 25 septembre 2014 le Conseil des ministres approuve le projet d'ordonnance qui rend possible la poursuite de la dynamique par la création d'un nouvel outil : l'Agenda d'Accessibilité Programmée (Ad'AP).

L'Agenda d'Accessibilité Programmée correspond à un engagement de réaliser des travaux dans un délai déterminé (jusqu'à 3 ans, sauf cas très particuliers), de les financer et de respecter les règles d'accessibilité.

Pour tout savoir sur ce nouveau dispositif :www.accessibilite.gouv.fr

 

Imprimer

La signalétique de l'oreille barrée

La bonne signalétique

Un autre impératif, c'est la bonne signalétique pour informer les personnes malentendantes que l'ERP est équipé d'un système d'écoute. Apposer le logo spécifique (avec ou sans le T) en taille suffisamment grande et à un ou plusieurs endroits bien visibles favorisera l'inclusion des personnes avec pertes auditives et les incitera à tester l'accessibilité mise en place par l'ERP.

Logo handicap auditif

Oreille barrée = Accueil pour sourds et malentendants

Logo handicap auditif - accessible avec la position T

Oreille barrée + T = boucle d'induction magnétique installée

Imprimer

Le métier du transcripteur en simultané pour l'accessibilité du message oral

Vers un nouveau métier : Transcripteur en simultané pour l'accessibilité du message oral pour les sourds et malentendants

La transcription simultanée de la parole à la vitesse de la parole est un métier très difficile, quelles que soient les techniques adoptées.
Vu les progrès des logiciels de reconnaissance vocale, et des processeurs des PC, il est maintenant possible d'écrire jusqu'à 250 mots / minute.

A ce jour, il n'existe aucune machine capable de transcrire un discours oral en un discours écrit toute seule.
Seul un professionnel, qui maîtrise la technique, peut construire en un temps record, des phrases dans un français écrit correct, compréhensibles par tous, et avec le minimum de fautes.

Samuel Poulinge présente la SCOP Le MessageurContexte

Les personnes sourdes oralistes, devenues sourdes ou malentendantes communiquent en Français. Elles ont des difficultés plus ou moins importantes pour l'accès au message oral.

Le fait de ne plus avoir accès au message oral provoque un handicap autour de la communication. Les personnes peuvent émettre le message mais elles ont des difficultés sur la réception. Et le fait de ne pas pouvoir communiquer isole les personnes, qui ne peuvent plus exercer leur vie professionnelle, leur vie citoyenne comme tout un chacun, car elles ne sont pas à égalité de chance.

Il n'existe pas de baguettes magiques pour permettre une communication à égalité de chance. Pour atteindre cet objectif, il est d'abord nécessaire que l'entourage adopte les bonnes attitudes de communication, d'une part, en utilisant les bons outils de compensation pour la personne, d'autre part.

Pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants, il est possible de se baser sur 2 outils qui sont à mobiliser en fonction des besoins, des possibilités de la personne sourde ou malentendante :

  • L'utilisation des boucles magnétiques :
    90% des personnes déficientes auditives, soit près de 6,3 millions de personnes sont atteintes de surdité légère ou moyenne. Elles ont en général une bonne compréhension de la parole avec un seul interlocuteur dans un environnement calme. En revanche, elles sont en grande difficulté de compréhension, dès qu'il y a plusieurs interlocuteurs, et dans les environnements bruyants. Les personnes équipées d'aides auditives adaptées, avec la position T, peuvent utiliser les systèmes tels que les boucles magnétiques, ce qui leur permet un excellent accès au message oral.

    Lorsque la personne équipée d'aides auditives adaptées est en présence d'une boucle magnétique, elle appuie sur un bouton pour se mettre en position T (Téléphone, Telecoil) ou MT. Cela coupe les micros des aides auditives qui captent le son environnant. Elle reçoit directement le son de la voix de l'interlocuteur, qui parle dans un micro, sans les bruits parasites, dans ses aides auditives.
    La personne déficiente auditive se retrouve ainsi dans les mêmes conditions que si elle était dans un environnement calme avec un interlocuteur, ce qui améliore nettement la compréhension.
    La boucle d'induction magnétique est indispensable pour les personnes malentendantes et malvoyantes.

  • La transcription simultanée de la parole :
    Il s'agit d'écrire en simultané, à la vitesse de la parole, tout ce qui se dit par oral, tel un sous titrage en direct :
    - dans une conversation téléphonique ;
    - dans une conversation avec les interlocuteurs en présence ;
    - dans une réunion multi locuteurs ;
    - dans une formation ;
    - dans un colloque, un congrès ;
    - dans une manifestation culturelle, citoyenne.

    Depuis le vote de la loi de février 2005, qui reconnaît pour la première fois la transcription comme moyens d'accès du message oral pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants, il est nécessaire de formaliser ce nouveau métier – et de mettre en place un cadre de reconnaissance de ce métier grâce à une formation et un diplôme reconnu.

 A quoi sert la transcription simultanée de la parole ?

La transcription est le moyen le plus universel d'accès du message oral – pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants.
En effet, parmi les millions de personnes qui deviennent malentendantes en cours de vie, très peu de personnes vont vers un appareillage (sur 100 personnes qui devraient être appareillées, à peine 17 le sont) – étude de la DREES sur le handicap auditif de 2007. De ce fait, très peu de personnes qui ont des capacités auditives peuvent utiliser les boucles magnétiques comme moyen de compensation.

La transcription permet donc un accès du message oral, à égalité de chance avec les entendants, quel que soit l'évènement, la discussion, le RDV, ... quelles que soient les capacités auditives des personnes :
- lecture totale de la transcription pour les sourds sévères et profonds ;
- appui pour les personnes malentendantes, appareillées ou non ;
- appui pour les entendants.

Qu'est-ce qu'on attend de la transcription ?

> Traduction de l'oral vers l'écrit

Il s'agit de traduire des propos tenus oralement par écrit, à la vitesse de la parole. Le mot traduire est important, car les codes du langage oral sont différents des codes du langage écrit.
Il est donc nécessaire de traduire une langue oral en langage écrit.
En outre, la lecture à la vitesse de la parole est fatigante. Et l'enjeu, c'est bien de rendre accessible le message oral – il est donc aussi nécessaire d'éliminer les éléments superflus de l'oral, qui n'apportent rien, voire gênent à la compréhension.
Enfin, le texte peut être directement fourni à la fin de l'événement transcrit. Mais il conviendra toutefois de se mettre d'accord avec le prescripteur, car dans certains cas, le prescripteur peut demander la destruction du texte à la fin de la transcription.

De plus, il sera nécessaire de se poser des questions concernant la propriété du texte – est-ce que l'on peut en faire n'importe quoi ? Quelles sont les limites à fixer quant à l'usage du texte.

Aspects généraux de la traduction :

La transcription reproduit l'intégralité des propos avec suppression des erreurs syntaxiques, grammaticales, hésitations et répétitions, tics de langage, quand ceux-ci n'apportent pas de plus-value à la compréhension de l'intervention. L'écrit aura débarrassé les débats de ce qui, justifié à l'oral, devient inutile à l'écrit, en ne supprimant aucune information. La transcription doit être compréhensible et rapporter fidèlement les propos.
Il est important de souligner que le résultat visuel est un texte qui, pour être accessible, s'exonère cependant des règles de typographie française, en donnant la priorité à la transcription exhaustive des propos oraux.

EN OUTRE
La transcription doit pouvoir être utilisée et exploitée par la suite. De ce fait, il est nécessaire :
- de marquer le changement d'interlocuteur en sautant des lignes, et en mettant son nom s'il est identifié, ou interlocuteur s'il n'est pas identifié ;
- de ponctuer de manière à respecter le rythme, et le sens des propos tenus ;
- de mettre des points de suspension si la phrase n'est pas terminée, ou s'il y a un long silence ;
- de mettre des étoiles si les propos tenus n'ont pas été compris.

> La vitesse d'écriture

Pour que les personnes sourdes et malentendantes soient à égalité de chance dans les échanges, il faut que la transcription soit aussi rapide que la parole.
La vitesse moyenne de la parole est aux alentour de 180 à 200 mots par minute. Quelles techniques pour atteindre cette vitesse d'expression ?

Frappe au clavier : Les vitesses constatées de frappe au clavier vont, en moyenne, de 100 à 250 caractères par minute selon les individus, ce qui représente entre 20 et 50 mots par minute. Nous sommes loin de l'écrit à la vitesse de la parole.

3 méthodes peuvent être utilisées pour écrire très vite. Chacune des différentes technologies de transcription de la parole a sa pertinence par rapport à un contexte donné, selon son taux de restitution et le décalage par rapport à la parole du locuteur :

  • La vélotypie : la vélotypie fonctionne tel un piano. L'utilisateur appuie sur plusieurs touches à la fois afin d'écrire des syllabes plutôt que des lettres seules. De ce fait, l'affichage final est immédiatement lisible et exploitable. Il s'agit d'un clavier orthographique basé sur une saisie en accords qui est différent des claviers utilisés pour la transcription in extenso tels que ceux qu'utilisent les sténotypistes qui se doivent d'être plus concentrés pour que seuls les doigts soient en mouvement (gain de temps) afin de satisfaire à la vitesse de la parole. Avec la vélotypie, un logiciel informatique analyse ces données, détermine l'ordre des syllabes et affiche le résultat final. Avec les claviers orthographiques, l'opérateur s'appuie plus volontiers sur l'orthographe traditionnelle et peut davantage garder la main sur le résultat à afficher. Dans cette configuration, le terme "orthographique" s'oppose à celui de "phonétique".
    Elle permet d'écrire 100 à 150 mots par minute, ce qui ne permet pas d'écrire à la vitesse de la parole. Il y a donc nécessité de synthétiser lors des flots de paroles rapides.

  • La sténotypie : Il est, en général, plus difficile de maîtriser la sténotypie que les keyboards. Malgré cela, la sténotypie demeure plus rapide et permet d'atteindre une vitesse de frappe de plus de 210 mots par minute pour 100 à 150 mots par minute pour la vélotypie.

  • La reconnaissance vocale : Le transcripteur dicte dans un micro le texte qui doit s'écrire. Il écrit au clavier les mots que le logiciel de reconnaissance vocale ne reconnait pas, et il corrige les erreurs. Les logiciels ont fait de grands progrès ces dernières années. Il est possible avec cette technique de transcrire jusqu'à 250 mots par minute.

Les choix de la SCOP Le Messageur

=> La technique de la reconnaissance vocale :
La SCOP Le Messageur a fait le choix de la technique de la reconnaissance vocale pour transcrire à la vitesse de la parole. Cette technique a fait l'objet d'une longue expérimentation d'une dizaine d'années avec les associations du réseau du Bucodes SurdiFrance.

La SCOP Le Messageur a mis au point une technique et un matériel qui permettent de transcrire dans toutes les situations de la vie quotidienne.
De manière générale, le transcripteur, qui doit dicter le texte dans un micro, doit se situer dans un endroit calme, à l'extérieur de la salle dans laquelle se déroule l'évènement à transcrire.
Il peut toutefois, lorsqu'il n'y a pas d'autres possibilités, être dans la salle, et utiliser un micro spécifique, qui lui permet de dicter quasiment à voix basse, il s'agit du sténomask.

=> Le matériel utilisé :
Pour les personnes sourdes et malentendantes, la grande difficulté, c'est l'accès au message oral, notamment lors de discussions multi locuteurs.
Pour que tout le monde puisse communiquer à égalité de chance, les outils ne sont pas des « baguettes magiques » qui vont résoudre les problèmes de communication.
Il est nécessaire que tout le monde développe les bonnes attitudes de communication, tout en utilisant correctement les outils de compensation. Dans ce cas, on parle d'égalité des chances.

Dans le cadre de sa longue expérimentation, l'équipe de la SCOP Le Messageur a identifié qu'il était courant dans une conversation de cacher sa bouche, de parler à plusieurs en même temps, ...
Ces conditions ne permettent pas de participer à égalité de chance à une conversation lorsque l'on est sourd ou malentendant.

En outre, l'expérience nous montre que la sonorisation des réunions, l'utilisation des micros apportent un bien meilleur confort à tous, et accroit la qualité des échanges (voir vidéo témoignage Nelly sur le site internet).
Les micros ont une fonction de bâton de parole. Cela est indispensable pour les malentendants, qui ne savent localiser la provenance du son, et qui savent de ce fait qui va prendre la parole.
Une petite enceinte Bose de grande qualité permet un retour de chaque prise de parole.
En outre, cela améliore la qualité d'écoute de tous, et régule la communication, qui gagne en qualité.

L'équipe a donc mis au point un matériel, qui contient une sono avec des micros, une enceinte, des boucles magnétiques individuelles, ce qui permet l'accessibilité de n'importe quel type de réunion, avec le transcripteur qui se situe soit dans un local à proximité de la salle, soit à distance, via internet, soit, exceptionnellement dans la salle.

Voici ci-dessous un terminal de transcription avec sono, conçu par l'équipe. Ce terminal est maniable, et simple à mettre en route.

Valise de la SCOP Le Messageur

Ce terminal contient 4 micros, une enceinte.

Cela permet de sonoriser et mettre en place l'accessibilité :

  • de n'importe quelle réunion, dans n'importe quelle salle, à partir du moment où l'on peut utiliser internet (3G+ ou réseau) ;
  • de n'importe quel congrès ou colloque, en reliant le terminal à la sono de la salle ;
  • le PC Net Book peut être utilisé de manière individuelle, ou l'image peut être projetée sur grand écran – ou sur écran plasma.

=> Les fautes :

Il sera nécessaire de définir ce qu'est la faute, au sens de ce qui est acceptable ou non : il y a la faute de grammaire, mais il y a aussi la faute de sémantique qui dénature le message. En effet, le cerveau humain contextualise, et il comprend tout de suite s'il s'agit de « ces chats laids », « ces chalets », « sécha les », ... Mais le logiciel de reconnaissance vocale ne sait pas.

Pour éviter les fautes, le transcripteur doit adapter sa façon de transcrire et maîtriser parfaitement son logiciel de reconnaissance vocale, afin d'assurer une transcription de grande qualité en un minimum de délai.

Pour ce qui est des fautes, le transcripteur doit proposer un texte qui comporte le minimum de fautes. Il se doit donc d'anticiper les fautes qui pourraient être commises par le logiciel de reconnaissance vocale en proposant une tournure qui va fonctionner. Et, il se doit de corriger les fautes qui apparaissent dans l'affichage du texte.

Mais, à la demande des utilisateurs, si le locuteur s'exprime très vite, et que la faute ne change pas le sens, il est conseillé de poursuivre la transcription pour ne pas accroître le décalage entre les propos oraux et l'affichage des propos écrits.

Il est nécessaire, lorsque les locuteurs s'expriment à vitesse normale (150 à 180 mots/minute), de ne pas avoir plus de 2 fautes par minute.

=> La vitesse d'affichage

Il est nécessaire, pour que la personne soit dans un échange simultané, d'afficher la transcription au plus vite, avec au plus 5 s de décalage entre les propos tenus, et l'affichage de ces propos.

L'affichage de la transcription par reconnaissance vocale se fait par paquets de mots. Le transcripteur doit régulièrement marquer de petites pauses pour que le logiciel de reconnaissance vocale puisse afficher des sections de phrases. Pour une lecture confortable, il est nécessaire :

  • lors de transcriptions de réunions, de ne pas afficher plus de 3 lignes à la fois ;
  • lors des conversations téléphoniques, d'afficher 1 à 1,5 lignes à la fois.

=> La transcription faite par un seul transcripteur :

Le transcripteur doit écouter ce qui se dit, le traduire par écrit en dictant ce qu'il veut écrire dans un micro. Il doit lire le résultat obtenu, tout en continuant à écouter et dicter, pour repérer et corriger les erreurs, les fautes.

Ce travail pourrait être fait, comme cela se fait à la télévision dans le cadre du sous-titrage pour sourds et malentendants, avec 2 personnes, 1 transcripteur qui dicte, et un transcripteur qui corrige.
Ce système est efficace, mais les coûts s'en ressentent. De plus, cela joue sur le temps d'affichage du texte – ce qui peut être un frein lorsque l'on est dans des discussions fluides.

Du coup, la SCOP Le Messageur a opté pour ne faire travailler qu'un transcripteur qui remplit seul l'ensemble de ces tâches.

Il faut beaucoup d'expérience pour atteindre le niveau.

Un nouveau métier : TRANSCRIPTEUR

La transcription simultanée de la parole à la vitesse de la parole est un métier très difficile, quelles que soient les techniques adoptées.

Vu les progrès des logiciels de reconnaissance vocale, et des processeurs des PC, il est maintenant possible d'écrire jusqu'à 250 mots / minute.

La plupart des utilisateurs, des prescripteurs qui recherchent de la transcription pour rendre accessibles des conversations, réunions, colloques, évènements divers et variés, ... se demandent pourquoi le logiciel ne transcrit-il pas tout seul ?

En effet, l'être humain est capable de comprendre une conversation en milieu bruyant, il est capable de savoir de quoi il est question même si un mot est mal prononcé, il est capable de comprendre les accents, ... grâce à la contextualisation.

Il s'agit donc d'une bonne question, mais le logiciel, tout performant soit-il, n'a pas cette capacité de contextualisation. Il ne reconnaît qu'une seule voix pour des dictées très longues et très rapides.
Dans les conversations, les interlocuteurs se coupent souvent la parole, ils peuvent ne pas finir leurs phrases, ils utilisent des onomatopées, ils utilisent un langage oral dans lequel la prononciation des mots ne correspond pas à l'écrit (voir ci-dessus).
Le logiciel, s'il recevait des informations de plusieurs locuteurs, et s'il recevait également des bruits parasites via le micro, il ne saurait pas du tout quoi écrire – et il écrirait n'importe quoi, sans ponctuation.

IL FAUT DONC ÊTRE CLAIR, à ce jour, il n'existe aucune machine capable de transcrire un discours oral en un discours écrit toute seule.

Seul un professionnel, qui maîtrise la technique, peut construire en un temps record, des phrases dans un français écrit correct, compréhensibles par tous, et avec le minimum de fautes.

 > Qualités pour devenir transcripteur

  • La culture générale
  • Parfaite connaissance des différents types de surdités
  • Capacité d'écoute et d'adaptation
  • L'implication
  • La discrétion, le secret professionnel
  • Le respect d'une déontologie

> Compétences pour la transcription

  • Parfaite maîtrise de la diction
  • Parfaite maîtrise de la langue, de la grammaire et de l'orthographe, de la ponctuation
  • Capacité de synthèse, de reformulation

> Compétences techniques

  • Parfaite maîtrise du logiciel de reconnaissance vocale
  • Parfaite connaissance du matériel informatique, du matériel son utilisé, des techniques de prise en main à distance, ...

Le métier de transcripteur

Publié avec l'autorisation de la SCOP Le Messageur

Imprimer

Département de la Gironde

Si vous souhaitez compléter cette liste ou faire apporter des modifications : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

Les sigles suivants sont utilisés dans la liste ci-dessous :

  • BIM : boucle d'induction magnétique
  • HF : système sans fil à haute fréquence
  • IR : système sans fil à infrarouge
  • TWAVOX : application Bluetooth pour Smartphone
  • S=oui / S=non : signalétique présente ou absente
  • NT : non testé
  • ♥♥♥♥♥ : très bien | ♥ : insuffisant - dysfonctionnements
Ville / code postal
Etablissement
coordonnées
Equipement
Signalétique
Appréciation
fonctionnement
Bordeaux (33000) Bibliothèque de Mériadeck
Grand Auditorium
85 cours du Maréchal Juin
BIM
S=Oui
♥ (fortes pollutions magnétiques)
Bordeaux (33000) Athénée Municipal Joseph Wresinski
Auditorium
Place Saint-Christoly
BIM
S=Oui
NT
Bordeaux (33000) Athénée Municipal Joseph Wresinski
Salle de réunion n° 46
Place Saint-Christoly
BIM ♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) Salle municipale de Saint-Augustin
Place Saint-Augustin
BIM ♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) TnBA
Salle Jean Vauthier
Place Renaudel | Square J. Vauthier
www.tnba.org
Système HF
(Sennheiser)
S=Oui
♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) Maison Eco-Citoyenne
Quai Richelieu
BIM
S=Oui
♥♥♥
(ampli Bosch - volume trop faible)
Bordeaux (33000) Eglise Notre Dame
Rue Fondaudège
BIM NT
Bordeaux (33200) Eglise Saint-Amand
173 av. Louis Barthou
Caudéran
BIM
S=Oui
♥♥♥
Bordeaux (33300) Théâtre du Pont Tournant
13 rue Charlevoix de Villers
www.theatreponttournant.com
BIM
S=Oui
♥♥♥ (éviter les sièges au centre des rangs)
Bordeaux (33300) Palais des Congrès
Rue Jean Samazeuilh
www.bordeaux-expo.com
Système HF
(Philips)
♥♥♥♥
(testé avant mise en service officielle)
Cenon (33150) Centre protestant La Passerelle
8 avenue Jean-Jaurès
www.eglisegironde.fr
BIM ♥♥♥ (pollutions magnétiques)
Gradignan (33170) Médiathèque (Auditorium)
32 route de Léognan
www.lamediathequedegradignan.fr
BIM
S=Oui
♥♥♥♥
Le Bouscat (33110) L'Ermitage-Compostelle
Salle polyvalente
10 rue Bertrand Hauret
Système HF (Sennheiser) ♥♥♥♥♥ (à réclamer à l'accueil)
Martignas sur Jalle (33127) Salle polyvalente Gérard Philippe
14 avenue de Verdun
BIM NT
Mérignac (33700) Médiathèque 
Auditorium François Lombard
19 place Charles-de-Gaulle
www.mediatheque.merignac.com
BIM
S=Oui
♥♥♥♥♥
Pessac (33600) Cinéma Jean-Eustache
Salle Federico Fellini
Place de la 5ème République
BIM
S=Oui
♥♥♥♥♥
Talence (33400) Cinéma Gaumont Pathé
Salles 1, 2, 5, 11
Allée du 7ème Art
www.cinemasgaumontpathe.com
BIM
S=Non
NT

RETOUR AU REPERTOIRE DES LIEUX ACCESSIBLES PAR DEPARTEMENT

Imprimer

Département Ille-et-Vilaine

Si vous souhaitez compléter cette liste ou faire apporter des modifications : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

Les sigles suivants sont utilisés dans la liste ci-dessous :

  • BIM : boucle d'induction magnétique
  • HF : système sans fil à haute fréquence
  • IR : système sans fil à infrarouge
  • TWAVOX : application Bluetooth pour Smartphone
  • S=oui / S=non : signalétique présente ou absente
  • NT : non testé
  • ♥♥♥♥♥ : très bien | ♥ : insuffisant - dysfonctionnements
Ville / code postal
Etablissement
coordonnées
Equipement
Signalétique
Appréciation
fonctionnement
Bruz (35170) Salle du Conseil
Place du Docteur Joly
BIM NT
Bruz (35170) Salle Vau Gaillard
Avenue Alphonse Légault
BIM NT
Bruz (35170) Salles Magnolias et Romarin
Maison des associations
Avenue Alphonse Légault
BIM NT
Langon (35660) Salle polyvalente
www.ville-langon.fr
BIM NT
Redon (35600) Halles
Rue des Douves
BIM NT
Redon (35600) CINE MANIVEL
12 quait Jean Bart
www.cinemanivel.fr
BIM
S=Oui
♥♥♥
Rennes (35000) Cinéma GAUMONT
Salles ??
Esplanade Charles de Gaulle 
BIM
S=Non
 ♥♥♥♥
Rennes (35011) FRAC DE BRETAGNE
Amphithéâtre
19 avenue André Mussat
www.fracbretagne.fr
BIM NT
Rennes (35040) TNB
1 rue Saint Hélier
BIM NT
Rennes (35043) Amphithéâtre EHESP
Av. du Professeur Léon-Bernard
BIM NT
Rennes (35700) Patinoire Le BLIZZ
8 avenue des Gayeulles
www.leblizz.com
BIM ♥♥♥♥

RETOUR AU REPERTOIRE DES LIEUX ACCESSIBLES PAR DEPARTEMENT

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.