Orthophonie

« J'entends mais je ne comprends pas ! » - la raison de la prise en charge orthophonique pour l'adulte devenu sourd.

La personne devenant sourde ou malentendante rencontre une difficulté spécifique. C'est le rôle de l'orthophoniste que de l'aider à la dépasser.

Qui sont les orthophonistes ?

L'orthophoniste est le professionnel qui vient en aide aux personnes atteintes de troubles du langage et de la communication. Il travaille donc avec des enfants comme avec des adultes. Ce sont des professionnels paramédicaux titulaires du certificat de capacité d'orthophoniste. Ce diplôme est de niveau Bac+4 et est délivré par les 16 écoles d'orthophonie rattachées aux facultés de médecine (http://fr.wikipedia.org/wiki/Orthophoniste). On peut recourir à leurs services, en cabinet libéral, en milieu hospitalier ou en institution. Les orthophonistes sont au nombre d'environ 19.000 en France.

 Ce que l'orthophoniste apporte

L'orthophoniste aide la personne devenue malentendante principalement selon 3 axes :

  • Apprendre à lire sur les lèvres. L'oreille étant défaillante, l'œil doit capter des informations visuelles complémentaires de celles perçues par l'audition. L'orthophoniste propose une méthode pratique et efficace pour apprendre à lire sur les lèvres de l'interlocuteur.
  • Optimiser la compréhension grâce à un entraînement auditif. Les aides auditives sont nombreuses. Leur résultat peut être optimisé par un entraînement précis. Il vise à améliorer la compréhension de la parole dans le silence, dans le bruit, en cas d'interlocuteurs multiples, et la perception de la musique. Le but de l'orthophoniste est alors de faire retravailler les aires cérébrales de l'audition qui se sont « assoupies » du fait de la privation sensorielle.
  • Adopter de nouvelles techniques de communication. L'orthophoniste apprend à la personne devenue sourde ou malentendante comment se positionner face à son interlocuteur pour favoriser la communication. Il l'aide aussi à expliquer ses difficultés d'audition aux autres pour éviter les échecs de communication. Enfin, il lui donne des indications pour utiliser les différents programmes de l'aide auditive et les aides techniques disponibles.

En complément, il aide aussi à remédier à quelques phénomènes moins connus, mais fréquents, qui apparaissent en marge de la difficulté d'audition, par exemple :

  • Garder le contrôle de sa voix (la voix de la personne s'altère sans qu'elle puisse s'en rendre compte). L'orthophoniste apprend à la personne devenue sourde ou malentendante à contrôler à la fois sa voix et son volume ainsi qu'à maîtriser son articulation qui peut se détériorer avec la déficience auditive.
  • Continuer d'intégrer le vocabulaire usuel (la principale source d'acquisition du vocabulaire courant est la source orale). L'orthophoniste aide la personne devenue sourde ou malentendante à acquérir le vocabulaire récemment introduit dans la langue. Ceci est particulièrement important lorsque la perte auditive est installée depuis longtemps.
  • Compenser ses efforts de compréhension (les efforts de compréhension entraînent un surcoût au niveau de l'attention). Du fait de la perte d'audition, l'attention est principalement mobilisée par l'écoute et la compréhension. La mémorisation de ce qui est entendu et le raisonnement sont alors plus difficiles. Un entraînement spécifique est généralement nécessaire.

Qui sont les personnes concernées ?

L'indication de prescription est évidente pour une personne dont la perte auditive tonale est importante ou qui est récemment implantée cochléaire.

Elle doit aussi l'être pour les personnes :

  • portant des prothèses classiques chez qui les audiométries tonale et vocale sont discordantes. Autrement dit, des personnes qui peuvent entendre des sons isolés mais qui parallèlement continuent à avoir des difficultés pour comprendre la parole,
  • ayant trop attendu pour se faire appareiller,
  • devenues sourdes brutalement,
  • qui ont du mal à comprendre la parole dans un contexte de bruit ambiant (ex. : dans la rue, au restaurant, etc.).

Comment se passe la prise en charge de la rééducation orthophonique ?

L'orthophoniste intervient sur prescription médicale (« bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire »).

La prise en charge débute toujours par un bilan (AMO 30) afin de définir les points forts et les points faibles de la personne, de cerner ses besoins et de définir les axes de la rééducation à venir.

Au terme de ce bilan, l'orthophoniste demande :

  • soit 30 séances (renouvelables par 20) pour « apprentissage de la lecture labiale » (AMO 12),
  • soit 50 séances (renouvelables par 50) pour « maintien de la communication dans les surdités appareillées ou non, y compris en cas d'implantation cochléaire » (AMO15,1)

Combien coûte la rééducation orthophonique ?

Les séances sont remboursées à 60% par la Sécurité Sociale, à 100% si le patient a une mutuelle. Elles durent de 30 à 45 minutes et se font à raison d'une à trois séances par semaine.

Les tarifs de ces actes sont fixes :

  • 1 AMO 30 : 72 euros
  • 1 AMO 12 : 28,80 euros
  • 1 AMO 15,1 : 36,24 euros

Comment trouver un professionnel proche de chez vous ?

Tous les orthophonistes ont le même diplôme. Il n'existe pas de spécialités comme chez les médecins.
En revanche, il est légitime de demander les coordonnées d'un professionnel ayant l'habitude de ces prises en charge spécifiques.
Ceci peut être fait auprès :

  • de votre médecin traitant
  • de votre médecin ORL
  • de votre audioprothésiste
  • de votre association locale de devenus sourds

Emilie Ernst, orthophoniste, Docteur en Psychologie Cognitive

 

Imprimer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.