Articles archivés

Prix Agir pour l'Audition

Le Bucodes SurdiFrance était présent à la première édition du prix Agir pour l’Audition – Agir au Quotidien qui s’est tenue le mercredi 11 mars 2015.

Une nouvelle Fondation dédiée à l’audition : Agir pour l’Audition – Agir au quotidien

Ce prix a été l’occasion pour Bruno Frachet, Président de la Fondation de présenter cette nouvelle structure et d’inaugurer les nouveaux locaux qui sont mitoyens de l’Institution de la Vision, créant ainsi un véritable pôle déficit sensoriel à Paris. Lire la présentation complète.

Le premier prix Agir pour l’Audition – Agir au quotidien :

La Société Française de Réflexion Sensori-Cognitive (SOFRESC) a obtenu le premier prix pour le projet AVEC (Audition Vision Equilibre Cognition).
Le second prix est revenu au spectacle d’Isabelle Fruchart que nous avions accueilli lors du Forum Ensemble pour Mieux Entendre en septembre dernier ( dans le 6MM n°11 vous trouverez un article consacré à ce spectacle).
Le troisième prix a été attribué à la SCOP le Messageur, un projet initié au sein de l’ADSM Surdi50.

Nous saluons ces initiatives et félicitons les trois lauréats !
Vous retrouverez la présentation complète de ces projets dans le Communiqué de la Fondation Agir pour l’Audition – Agir au Quotidien en cliquant ici .

Une journée Portes Ouvertes

Si vous voulez découvrir la Fondation Agir pour l’Audition – Agir au quotidien, retenez la date du 9 avril 2016, journée Portes Ouvertes à partir de 11h00.
Ce sera l’occasion de découvrir les nouveaux locaux situés au 13, rue Moreau – 75012 Paris (métro Bastille ou Ledru Rollin).
Découvrez tous les détails sur cette journée.

Le Bucodes SurdiFrance adresse tous ses vœux de succès à la Fondation Agir pour l’Audition !

Consultez le site AGIR POUR l'AUDITION

Imprimer E-mail

Revue de presse mars 2015

 Les super oreilles des mouches

source : Le HuffPost | Par Grégory Rozières

Et s'il valait mieux dire "la mouche à l'oreille" que la puce? Une équipe de chercheurs de l'université du Texas a développé un implant cochléaire basé sur les oreilles ultra-sensibles de la mouche.
Surtout, l'implant ne fait que 2mm et utilise un matériau transformant la pression en signal électrique, ce qui permet de faire fonctionner l'objet avec très peu d'énergie (et donc des batteries bien plus petites)

lire l'article

Le 12 mars, la JNA agira pour l’audition des jeunes

La 18e édition de la Journée nationale de l’audition (JNA) qui se tiendra le 12 mars a pour thématique « jeunes aujourd’hui, seniors demain ».

Selon l’enquête Ipsos-JNA réalisée pour l’occasion auprès de 600 jeunes et de 300 parents et dont les résultats ont été dévoilés ce jeudi 5 mars lors d’une conférence de presse,la santé auditive n’est pas encore intégrée comme un facteur clé de santé par les Français. Notamment par les jeunes, dont les pratiques d’écoute de la musique (trop fort, trop longtemps), les exposent aux risques auditifs.

Les jeunes vivent dans et avec le bruit. Pire, l’absence de bruit est une source d’angoisse. Cette considération a un impact important sur la façon dont les jeunes appréhendent la santé auditive : 42 % d’entre eux ne préservent pas leur santé auditive et pour 28 % des jeunes, la préserver représente une contrainte supplémentaire dans leur vie. Résultat de cette inertie : un jeune sur deux est concerné par un trouble auditif, mais 59 % attendent que le trouble passe... En fait, les jeunes n’ont pas conscience de la menace.

La prévention permet de sensibiliser la population à sa santé auditive

lire la suite de l'article sur le site http://www.audition-infos.org

Pour plus d’informations : www.journee-audition.org

Plateforme d’appels JNA « Audio-Infos-Services » 0 810 200 219

Troubles auditifs : comment sensibiliser les jeunes ?

5 mars 2015 - http://www.sciencesetavenir.fr

Les 13-25 ans ont-ils conscience que les problèmes auditifs peuvent les concerner ? Sont-ils sensibles aux messages de prévention ? C'est ce qu'a voulu déterminer une enquête.

Campagne choc comme il en existe pour la sécurité routière, distribution systématique de bouchons à l'entrée des concerts ou des boîtes : une étude parue jeudi envisage plusieurs pistes pour sensibiliser les nouvelles générations, alors qu'un jeune sur deux est concerné par des troubles auditifs.

52 % ne se sentent pas menacés par la perte d'audition.

Douleurs

49% des 13-25 ans ont déjà ressenti une douleur dans l'oreille, un sifflement, un bourdonnement, une perte brusque d’audition à la suite d'une exposition sonore trop élevée, mais la majorité (59 %) n'a rien fait, préférant attendre "que ça passe", tel est le paradoxe soulevé par l'enquête Ipsos intitulée "Risques auditifs : les jeunes font encore la sourde oreille.

Des clés pour agir", réalisée pour la 18e édition de la Journée nationale de l’audition (JNA) qui aura lieu le 12 mars.

La preuve : 70% des jeunes interrogés placent les problèmes de vue devant les problèmes auditifs. Et plus d'un sur deux (52 %) déclare ne pas du tout se sentir menacé par la perte d'audition. Quant aux gestes de prévention, ils apparaissent comme une contrainte supplémentaire pour 28 % des jeunes interrogés.

L'enquête relève toutefois que les messages de prévention ont progressé par rapport à une enquête similaire réalisée en 2012: 62% des jeunes déclarent "avoir vu, lu ou entendu des messages de prévention pour protéger ses oreilles" contre 54 % trois ans plus tôt. La notion de "pause auditive", c'est-à-dire le temps de récupération nécessaire au système auditif, a notamment fait son chemin, relève l'étude; un quart des jeunes et un tiers des parents en ont... entendu parler.

73 % estiment que l'école doit aborder le sujet.

Solutions

Les participants ont par ailleurs été interrogés sur les solutions de sensibilisation envisagées: les jeunes approuvent l'idée d'un suivi régulier des capacités auditives (79 %), d'une application sur smartphone qui alerterait en cas de dépassement du niveau acceptable (73 %), ou encore d'une campagne de communication choc (67 %).
D'autres solutions sont également évoquées, telle la distribution systématique de bouchons d'oreille (37 %), mais convainquent moins : 44 % considèrent en effet que "ça fait ringard" et 38 % que "ça n'est pas esthétique". Enfin, la plupart des personnes interrogées (jeunes et parents) estiment que l'école doit aborder le sujet, notamment pendant les cours de sciences de la vie et de la terre (73 %), ou lors des visites médicales scolaires ou universitaires (68 %).

Enquête

Réalisée du 11 au 18 février 2015, l'enquête JNA – Ipsos a sondé un panel de 600 jeunes âgés de 13 à 25 ans et 300 parents d'enfants âgés de 13 à 18 ans.

Lire aussi : Troubles auditifs : plus d'un milliard de jeunes menacés

Imprimer E-mail

Revue de presse février 2015

Des enfants implantés au niveau du tronc cérébral pour la première fois aux États-Unis

23 février 2015 - http://www.sciencesetavenir.fr

C’est la première fois que des enfants bénéficient d’un implant du tronc cérébral aux États-Unis. Lors d’une présentation réalisée lors du congrès annuel de l’Association américaine pour l’avancement des sciences (AAAS), l’audiologiste et chercheur Laurie Eisenberg, de l’université de Caroline du Sud a ainsi présenté les résultats d’essais cliniques menés par son équipe. Ces essais, lancés en mars 2014 avec le soutien de la NIH, ont vu l’implantation de quatre enfants jusqu’à présent.

Aux États-Unis, seuls les malentendants âgés de plus de 12 ans pouvaient bénéficier d’un implant du tronc cérébral jusqu’en janvier 2013, date à laquelle la FDA a autorisé le lancement d’essai cliniques chez les enfants. Ces premiers résultats représentent donc une première pour le pays.

En Europe, en revanche, les enfants bénéficient d’ITC depuis déjà 10 ans. En Italie, l’équipe du professeur Vittorio Colletti a déjà implanté plusieurs enfants souffrant d’aplasie du nerf cochléaire, tandis qu’en France, en 2014, et alors que la HAS ne se prononce pas sur un éventuel âge minimum pour l’implantation, une équipe de chirurgiens de Necker et de la Pitié-Salpêtrière a posé un implant du tronc cérébral chez trois enfants, dont deux souffraient de neurofibromatoses de type 2 (NF2) et un d’une malformation labyrinthique bilatérale et d’une agénésie des deux nerfs cochléaires.

Des chercheurs mettent au point un implant pour entendre avec la langue

5 février 2015 - http://www.audition-infos.org

Entendre avec la langue serait possible, selon une équipe de chercheurs américains issus de l’université du Colorado. L’équipe de John Williams est, en effet, en train de mettre au point un appareil, composé d’un microphone et d’une oreillette Bluetooth, qui traduit les sons ambiants en stimuli sur la langue. Lesquels sont ensuite interprétés par le cerveau de la personne souffrant de déficience auditive qui pourra ainsi suivre une conversation. La technique nécessite pour le patient malentendant plusieurs semaines d’entraînement pour que son cerveau puisse reconnaitre les signaux électriques transmis par l’appareil et comprenne les mots prononcés.

Encore au stade de prototype, le prix de l’appareil ne devrait pas dépasser 2 000 dollars. Un coût bien en deçà des implants cochléaires, par exemple qui nécessitent une intervention chirurgicale, mais qui en France sont bien pris en charge. Parmi les pistes d’amélioration, les chercheurs tentent actuellement de diminuer la taille de l’appareil pour le rendre microscopique et confortable pour l’utilisateur.

Sensorion développe un traitement contre les vertiges liés aux acouphènes

 5 février 2015 - http://www.audition-infos.org

La société de biotechnologie spécialisée dans les maladies de l’oreille interne, Sensorion, cherche à lever des fonds auprès de ses actionnaires, Innobio et Inserm Transfert Initiative, pour mettre au point un traitement des crises de vertiges liées aux acouphènes.

Une somme de quatre millions d’euros serait nécessaire, selon la structure, pour mener à bien la phase 1 d’essai clinique chez l’homme et mettre au point un nouveau médicament nommé, pour l’heure, Sens-111. Les financements collectés permettraient également de tester un autre traitement innovant ciblant les lésions évolutives de l’oreille interne.
Sensorion a développé son expertise scientifique dans le domaine de la cellule ciliée de l’oreille interne. La structure, présidée par le médecin Laurent Nguyen, a été créée en 2009. Elle emploie 15 personnes.

 

Imprimer E-mail

Amélioration des droits de retraite des personnes handicapées

Les conseils d'administration des régimes complémentaires ont décidé d'autoriser les cadres et non cadres présentant un handicap à bénéficier d'une retraite anticipée à 55 ans et d'une retraite pleine à 62 ans.

Des décisions qui peuvent étonner alors que l'Agirc et l'Arrco sont dans une passe difficile.

Les conseils d’administration des régimes complémentaires AGIRC et ARRCO ont décidé d’autoriser les cadres et non cadres présentant un handicap à bénéficier d’une retraite anticipée à 55 ans et d’une retraite pleine à 62 ans. Des décisions qui peuvent étonner alors que l’Agirc et l’Arrco sont dans une passe difficile.
Les cadres et non-cadres présentant une incapacité permanente (IP) d’au moins 50% sont autorisés à percevoir leurs pensions complémentaires dès 55 ans. Pour bénéficier d’une retraite anticipée pour handicap, il fallait jusqu’ici justifier d’une IP d’au moins 80% ou de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), difficile à obtenir. Qu’ils soient cadres ou non, les salariés présentant une IP d’au moins 50% pourront également partir avec une retraite complémentaire à taux plein (sans décote) à 62 ans au lieu de 65.

Alignement sur le régime de base

En instaurant ces mesures, les représentants du patronat et des syndicats n’ont fait que s’aligner sur les changements introduits dans le régime de base des salariés. Comme prévu dans la dernière réforme des retraites, le décret du 31 décembre 2014 a nettement amélioré les droits de retraite des personnes handicapées mais aussi des aidants familiaux.
Dans ces conditions, les administrateurs de l’Agirc et l’Arrco ont jugé qu’il aurait été compliqué d’expliquer aux cadres et non cadres disposant d’une IP d’au moins 50% qu’ils ne pouvaient pas percevoir de retraite complémentaire à compter de 55 ans, ni de retraite complémentaire sans décote à 62 ans.

Abaissement de l’âge d’accès à la retraite progressive

Le même principe s’applique pour la réforme de la retraite progressive. Un décret est paru le 14 décembre 2014, abaissant de 62 à 60 ans l’âge d’accès à ce dispositif permettant aux salariés de percevoir une fraction de leur pension tout en travaillant à temps partiel. Là encore, si la réforme de la retraite progressive ne s’était pas appliquée aux pensions complémentaires, elle aurait perdu de son intérêt. Les retraites complémentaires représentent environ 30% de la pension totale des non cadres et 60% de celle des cadres.

Source : http://www.toutsurlaretraite.com  article de JP Dubosc

 

Imprimer E-mail

Inauguration d'un hôpital de jour Déficience auditive à Paris

Le Bucodes SurdiFrance et l’ARDDS Ile de France étaient conviés le jeudi 5 mars pour l’inauguration de « l’Hôpital de jour Déficience Auditive » à la Fondation Sainte Marie, à Paris.

Vous trouverez ci dessous de larges extraits de la présentation faite en conférence de presse. Tous les éléments du projet seront présentés en détail dans le prochain numéro de la revue 6 Millions de Malentendants (numéro 17 d'avril 2015). Voir aussi le dossier Forum dans le n°16.

L’hôpital de jour Déficience Auditive est un projet dont le but est de permettre aux patients déficients auditifs d’améliorer leur autonomie et leur indépendance dans la vie quotidienne suite aux situations de handicap liées à la déficience auditive.

Les objectifs de la prise en charge Déficience Auditive sont les suivants :

  • Evaluer la déficience et les situations de handicap
  • Compenser la déficience auditive par l’évaluation et l’adaptation de l’appareillage
  • Rééduquer afin de diminuer la déficience auditive
  • Réadapter la personne à son environnement
  • Informer le patient et son entourage
  • Accompagner la personne dans sa globalité au-delà de la déficience auditive
  • Orienter le patient afin de permettre un suivi au-delà de son hospitalisation

Le parcours de soins personnalisé comprend :

  • Entraînement auditif
  • Entraînement cognitif
  • Lecture labiale
  • Réadaptation aux activités de la vie quotidienne
  • Recherche, adaptation et utilisation des aides techniques
  • Mise en situation de vie sociale
  • Aide à la réinsertion

L’équipe pilotée par le Docteur Joël Crevoisier (médecin chef) se compose d’un médecin ORL (Docteur Carole Mousset), un audioprothésiste (M François Xavier Betolaud), une orthophoniste (Mme Agathe Benoist-Lucy), un ergothérapeute (Mme Caroline Renard), un psychologue (M Pierre Griffon) et une secrétaire médicale (Mme Valérie Raine).

Imprimer E-mail

Agenda 2015 du Bucodes Surdifrance

Le Bucodes SurdiFrance sera présent :

  •  12 mars 2015

Comme tous les ans depuis le lancement de la campagne Journée Nationale de l'Audition le Bucodes SurdiFrance et ses associations participeront à la Journée Nationale de l'audition : dépistages auditifs, informations, conférences etc. Plus d'informations sur le site de la JNA .

Contactez les associations de votre département pour connaitre les programmes.

  • Du 22 au 24 mars 2015

Congrès National des Professionnels de la Gériatrie, Palais des Congrès Paris.

Renseignements & Inscriptions
Tel: 01 40 07 11 21
Fax: 01 40 07 10 94
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • Du 9 au 12 avril 2015

Salon des séniors, Porte de Versailles, Parislogo officiel site250

60 conférences avec les meilleurs experts sur des sujets très variés (santé, droits, famille, maison etc..), pour faire le point et poser vos questions aux spécialistes. Accès libre et gratuit, dans la mesure des places disponibles.

Imprimer E-mail

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.