Archives revues de presse 2013 à 2016

    Revue de presse août 2014

    140825-rp1Les assistants d'écoute autorisés à la vente en pharmacie

    25.08.2014 - www.allodocteurs.fr

    Les assistants d'écoute préréglés, ou sonophones, sont officiellement inscrits à la liste des produits pouvant être vendus en pharmacie. Ces appareils d'aide auditive sont trois à six fois moins chers que les prothèses auditives, mais ne les remplacent pas dans les cas de pertes auditives importantes.

    Le gouvernement vient d'ajouter les aides auditives dans la liste des produits pouvant être vendus en pharmacie, comme le rapporte Le Parisien. Le décret autorisant cette vente est paru le 22 août 2014 au Journal officiel. Les appareils concernés sont "des assistants d'écoute préréglés d'une puissance maximale de 20 décibels". Il ne s'agit donc pas de prothèses auditives qu'un audioprothésiste règle en fonction de la perte d'audition et pour lesquelles une prescription médicale est nécessaire.

    Ces assistants d'écoute sont trois à six fois moins chers que les prothèses auditives. Les audioprothésistes vendent leurs prothèses aux alentours de 1.500 à 1.600 euros par oreille alors qu'il faut débourser 300 euros pour un assistant d'écoute.

    Fin de la pression juridique pour les pharmaciens

    Depuis 2011, les pharmaciens qui commercialisaient ces appareils ont subi de fortes pressions de la part des syndicats audioprothésistes (l'Unsaf) et des entreprises de l'audition (Synea) afin qu'ils cessent de vendre ces aides auditives, explique Le Parisien.

    Certains d'entre eux ont même été assignés en justice. Une pression qui aurait poussé les pharmaciens à délaisser ce produit : alors que 3.000 officines vendaient l'appareil en 2011-2012, leur nombre est passé à 300 l'année suivante, selon le quotidien. Cette autorisation met donc un terme à cette pression juridique.

    Quand utiliser un assistant d'écoute ?

    Les assistants d'écoute sont envisagés, quand, avec l'âge, l'audition décline et entraîne une gêne auditive légère, ce qu'on appelle la presbyacousie. Ils ne sont pas pris en charge par le Sécurité sociale.

    En revanche, ce dispositif ne convient pas pour les pertes auditives importantes liées à des douleurs ou ressenties d'une seule oreille, de possibles symptômes d'une pathologie grave nécessitant un diagnostic par un médecin spécialisé. Les prothèses sont en partie remboursées par l'Assurance maladie et certaines mutuelles.

    Source : www.allodocteurs.fr

    140825-rp2

    Autres sources :


    Le café pourrait protéger des acouphènes

    08.08.2014 - www.santemagazine.fr

    140808-rp1Consommer trois ou quatre tasses de café par jour réduirait de 15 % le risque de bourdonnements d'oreilles.

    Plus de 65 000 femmes ont été suivies pendant 18 ans par des chercheurs du Brigham and women's Hospital d'Harvard (USA). Agées de 30 à 44 ans au début de l'étude en 1991, aucune ne souffrait d'acouphènes. En revanche 5 289 étaient atteintes au bout de 18 ans de suivi.

    Il faut préciser que les acouphènes sont des sifflements et des bourdonnements d'oreilles qui ne sont pas produits par un son extérieur. Ils peuvent toucher une seule oreille ou les deux à la fois.

    3 ou 4 tasses de café par jour pour réduire les acouphènes

    En cherchant la différence entre les femmes atteintes et celles qui ne l'étaient pas, les scientifiques ont mis en évidence leur consommation de café. Celles qui buvaient trois ou quatre tasses par jour avaient un risque d'acouphènes réduit de 15 % par rapport aux femmes consommant moins d'une tasse de café par jour.

    Pour l'heure, rien ne permet d'expliquer cette différence. L'auteur principal de l'étude, le Pr Gary Curhan, émet cependant une hypothèse : « Le café stimule le système nerveux central, et des études précédentes ont démontré que la caféine a un effet direct sur l'oreille interne ».

    À dose modérée (trois ou quatre tasses par jour), le café n'a pas d'impact négatif sur la santé. Il pourrait même prévenir certaines maladies comme Parkinson, Alzheimer et le diabète de type 2.

    Source : American Journal of Medicine - août 2014

    Lire la suite de l'article sur le site de www.santemagazine.fr


    Avec l'âge, la perte d'audition et de vision altèrent la vie sociale

    07.08.2014 - www.pourquoidocteur.fr

    140807-rp1 Les personnes âgées de plus de 50 ans qui ont des troubles de la vue ou de l'audition auraient tendance à se couper du monde extérieur et rester chez elles, selon une récente étude.

    L'audition et la vue qui baissent sont les premiers signes de la vieillesse. Dès l'âge de 50 ans, certaines personnes subissent ce type de désagréments. Le Centre de Recherche de Gérontologie de l'Académie de Finlande met en lumière l'impact néfaste de ces troubles sur la vie sociale. Les résultats montrent que celles qui en souffrent ont plus tendance à rester à leur domicile et à se replier sur elles-mêmes, que celles ne présentant aucun trouble.

    Des conversations difficiles
    Le Centre de Recherche de Gérontologie a rassemblé deux études. L'une, réalisée par Tuija Mikkola, réunit 848 personnes âgées de 75 à 90 ans, souffrant toutes de déficience auditive et/ou visuelle. Un peu moins de la moitié d'entre elles a déclaré avoir des difficultés à entretenir une conversation dans un endroit bruyant. Les autres ont déclaré avoir de « grandes difficultés ». Les personnes atteintes des deux troubles ont quant à elles reconnu leur incapacité à rencontrer de nouvelles personnes ainsi qu'à pratiquer des activités en extérieur.

    La seconde étude réalisée par l'université du Danemark réunit plus de 27 000 personnes âgées de 50 ans et plus provenant de 11 pays européens. « L'étude porte sur le lien entre la prévalence aux troubles auditifs et visuels de ces personnes et leur vie sociale. Les résultats montrent que celles souffrant de ces troubles ont une vie sociale moins active que les autres », souligne Anne Viljanen, l'auteur principal de l'étude. Les deux auteurs insistent sur l'importance pour les personnes âgées « de mener une vie sociale et de saisir l'opportunité de rencontrer et d'interagir avec d'autres personnes ».

    Des gestes au quotidien
    Les auteurs de l'étude rappellent que l'on peut améliorer les conditions de vie sociales de ces personnes avec des gestes simples : « Pensez à parler fort et face à face avec la personne. Cela peut les aider à lire sur les lèvres. » Enfin, elles rappellent l'importance pour ces personnes de bénéficier d'une aide à domicile et de se rendre chez des spécialistes afin d'améliorer leur quotidien. Ils pourront prescrire les équipements adaptés au handicap : lunettes, prothèses ou implants auditifs. Près de 2 millions de Français présentent une déficience visuelle, affection dont la fréquence augmente avec l'âge : 61 % des déficients visuels sont âgés de plus de 60 ans. En France, 2/3 des plus de 65 ans ont des difficultés de compréhension de la parole dans le bruit. C'est le premier signe de la malaudition.

    Lire l'article sur le site de www.pourquoidocteur.fr


    Imprimer E-mail

    Revue de presse juillet 2014

    Acouphènes : la thérapie respiratoire pour les soulager

    30.07.2014 - www.topsante.com

    140730-rp1Un adulte sur quatre souffre de bourdonnements ou de sifflements d'oreilles. La thérapie respiratoire ne va pas les guérir, mais elle contribue à réduire le bruit et à ne plus le ressentir comme un obstacle. Les conseils de Maria Holl, psychothérapeute et initiatrice de cette thérapie.

    Exercices anti-acouphènes : à quel rythme ?

    "L'objectif de ces exercices respiratoires simples est de soulager les acouphènes et à sortir de la résignation irrémédiable qu'ils entraînent" explique Maria Holl, psychothérapeute et auteur de la thérapie respiratoire pour les acouphènes.

    Les exercices doivent être effectués tous les jours, surtout au début. C'est pourquoi Maria Holl conseille aux personnes qui souffrent d'acouphènes, en tout premier lieu, de passer un contrat avec elles-mêmes en promettant de s'entraîner tant de minutes par jour. "Je conseille également de bien lire les exercices qui vont suivre, de se les approprier et de les retranscrire, de mémoire, dans un cahier d'exercices. En pratiquant les exercices à partir de notes manuscrites, ils prennent une touche toute personnelle".

    Effectuez de préférence ces exercices chez vous, au calme. Pour les personnes souffrant d'acouphènes, le temps de pratique minimal est de 5 à 15 minutes par jour. En cas d'hyperacousie ou de surdité brutale, il est nécessaire de s'exercer au moins deux fois 30 minutes par jour.

    Lire la suite de l'article sur le site de www.topsante.com

    Article format pdf

    Découvrez d'autres exercices pour compléter cette première leçon dans 12 exercices de respiration pour soulager les acouphènes de Maria Holl, éditions Josette Lyon.


    Lutte anti-chômage des personnes handicapées : une priorité !

    07.07.2014 - www.handicap.fr

    22% des personnes en situation de handicap en capacité de travailler sont au chômage ! L'aggravation du nombre de demandeurs d'emploi en situation de handicap, + 80% entre 2008 et 2013, révèle une situation particulièrement préoccupante. Ils sont passés de 228 000 fin 2008 à 413 000 fin 2013, principalement jeunes et seniors, selon l'APF (Association des paralysés de France).

    L'emploi des plus vulnérables

    Dans ce contexte, quelle place leur sera-t-elle accordée lors de la 3ème « Grande conférence sociale pour l'emploi » qui se tient au Palais d'Iéna, à Paris, le 7 et 8 juillet 2014 ? L'APF rappelle que la lutte contre le chômage des personnes en situation de handicap doit constituer une priorité. Elle demande également que les partenaires sociaux engagent des négociations interprofessionnelles pour les personnes éloignées de l'emploi, incluant les personnes handicapées afin de permettre la sécurisation de leur accès à l'emploi et de leur maintien.

    Lire la suite de l'article sur www.handicap.fr


    Etes-vous handicapé face à la justice ?

    140706-rp106.07.2014 - www.huffingtonpost.fr

    "Pas de bras, pas de chocolat. Où est l'aventure humaine, où sont nos résistants, nos maquisards, nos anges gardiens ? Il y a ici, c'est certain, un début de réponse. Et ça rassure tellement de savoir que certains ne renoncent jamais et peuvent changer la vie des hommes, en essayant toujours de rétablir le juste, quand tout autour de nous nous permet de l'oublier." - Zabou Breitman

    • Le divorce de cette femme est prononcé dans le hall du tribunal, sous les yeux des passants: trop compliqué de hisser son fauteuil roulant jusqu'en haut des marches pour accéder au cabinet du juge.
    • Avant de clore l'audience, le président de la Cour d'Assises interroge le violeur: "Avez-vous quelque chose à dire à la victime?" Va t-il s'excuser? Regretter? La jeune femme victime ne le saura pas. Elle est sourde et l'interprète en langue des signes est en pause depuis dix minutes.
    • "C'est au moment où l'audience s'est terminée que j'ai compris qui était qui", raconte Julien, chef d'entreprise, aveugle. Comment aurait-il pu identifier ses interlocuteurs dès lors qu'ils ne s'annoncent pas ?
    • Ce vieil homme renonce à porter plainte: "C'est impossible pour moi de suivre un procès au tribunal correctionnel : je n'entends plus que 30% des sons, ce n'est pas la peine..."

    Ils sont malentendants, malvoyants, sourds, paraplégiques, schizophrènes...

    Tous sujets de droits, tous confrontés un jour ou l'autre à la Police, à la Justice. Que ce soit pour un conflit de voisinage, un licenciement, une agression ou un litige avec l'Administration, ils se retrouvent face à des professionnels du Droit, dans des procédures où ils constatent souvent que leur présence n'a jamais été sérieusement envisagée : rien n'est réellement prévu pour leur permettre de faire valoir leurs droits comme n'importe quel citoyen. Quand elle n'est pas simplement impossible, leur rencontre avec la Justice est particulièrement éprouvante. J'écris "ils", mais ces gens, c'est moi, c'est vous. Vous ou moi demain car en vieillissant, nos sens déclinent, le risque de maladie ou d'accident invalidants s'accroît. Aujourd'hui, plus de 10 % de la population est handicapé.

    Lire sur le site www.huffingtonpost.fr


    L'association AGIR POUR L'AUDITION s'implique auprès d'AUDITION SOLIDARITÉ

    140704-rp304.07.2014 - www.audition-infos.org

    L'association AGIR POUR L'AUDITION (en passe de devenir fondation reconnue d'utilité publique fin 2014) a décidé de soutenir AuditionSolidarité dans une dynamique écologique et citoyenne puisqu'elle va financer pour la durée d'un an la prestation des électroniciens qui réparent les contours auditifs usagés reçus à l'association provenant de particuliers de toute la France et des audioprothésistes-mécènes impliqués.

    « Le nouveau directeur d'AGIR POUR L'AUDITION, le docteur Pierre Anhoury est venu à notre rencontre sur notre stand au congrès des audioprothésistes, détaillent les fondatrices d'AuditionSolidarité, Christine Bourger, Odile Petit et Carole Ercole. Il est ensuite nous rendre visite en compagnie de Geneviève Monguillot lors de notre dernière mission humanitaire dans le BUSABRI, place de la Bourse à Paris. Enfin, Pierre Anhoury est venu dans la foulée visiter le siège de notre association dans les Landes ; cette démarche sur le terrain nous a beaucoup touchées et cette belle rencontre a abouti aujourd'hui à un travail solidaire commun ».

    « C'est une excellente nouvelle pour l'association, poursuit Christine Bourger, présidente d'AuditionSolidarité, car en 2013, nous avons reçu plus de 3 500 appareils et nous ne pouvions financer les électroniciens que trois heures par semaine... Grâce au soutien d'AGIR POUR L'AUDITION, nous allons pouvoir les accueillir huit heures par semaine ! Cela va tout simplement doubler le nombre d'appareils recyclés ! Je dois dire qu'en tant qu'audioprothésiste, c'était vraiment mon rêve depuis la création de notre association : ne plus gâcher et donner une deuxième vie à tous ces appareils reçus... Et je remercie chaleureusement AGIR POUR L'AUDITION pour le financement d'un ordinateur et d'un audiomètre portable, nous en avions grand besoin pour nos missions ! C'est vraiment un énorme coup de pouce pour AuditionSolidarité ! »

    Sites des deux associations : www.agirpourlaudition.fr | www.auditionsolidarite.org

    Lire sur le site de www.audition-infos.org


    L'association AuditionSolidarité reçoit un soutien significatif de la part de Martin Hirsch

    140704-rp204.07.2014 - www.audition-infos.org

    Dans le cadre de ses dernières missions d'appareillage auditif auprès des sans domicile fixe (SDF), l'association AuditionSolidarité a reçu un soutien significatif de la part de Martin Hirsch, président de l'AP-HP. « Votre travail mérite de trouver des débouchés, souligne-t-il dans l'interview. Votre démarche de recyclage (des appareils auditifs, NDLR) est utile économiquement ; et vous vous adressez à une population qui se trouve dans tous les trous du système... Nous avons un système très généreux, très complet, mais qui contient des failles. Nous devons savoir les combler ! », précise-t-il.

    Un appui qui pourrait se traduire dans les faits par des projets communs entre le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et l'association AuditionSolidarité. Martin Hirsch évoque en effet la possibilité d'ouvrir les hôpitaux de l'AP-HP aux bénévoles et mécènes de l'association afin qu'ils puissent se rendre auprès des personnes sans domicile fixe sourdes et malentendantes et des bénéficiaires de l'AME, l'aide médicale d'État. Cette aide est un dispositif permettant aux étrangers en situation irrégulière et ne percevant que de faibles revenus de bénéficier d'un accès aux soins. « Un travail qui reste encore à l'heure actuelle à l'état de projet », précisent cependant Carole Ercole et Odile Petit, cofondatrices de l'association, « très heureuses » de la rencontre et du soutien apporté par l'ancien directeur d'Emmaüs France.

    Lire sur le site de www.audition-infos.org | Voir la vidéo sous-titrée de l'interview


    Les acouphéniques traitent les émotions différemment

    140704-rp104.07.2014www.audition-infos.org

    Selon des travaux réalisés par des chercheurs de l'université Urbana-Champaign, dans l'Illinois, les personnes acouphéniques ne traitent pas les émotions de la même manière que les autres. L'imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle) a en effet révélé des différences entre le cerveau d'acouphéniques et celui de non-acouphéniques, lorsqu'ils étaient soumis à des stimuli sonores émotionnels (comme un enfant qui pleure, une personne qui rit, etc.).

    Les chercheurs américains ont réalisé leurs expériences sur 37 personnes réparties en trois groupes : les personnes souffrant d'acouphènes et de perte auditive (13), celles atteintes de perte auditive uniquement (12) et les normo-entendants sans acouphène (12). Chaque sujet devait écouter 30 sons désagréables, 30 agréables et 30 neutres. Leur cerveau était simultanément observé en IRM fonctionnelle.

    Concrètement, les résultats montrent que l'activité dans certaines zones du cerveau varie d'un groupe à l'autre. Surtout, ils indiquent que, chez les acouphéniques, les différences ne résident pas au niveau du cortex auditif, mais dans d'autres régions du cerveau, comme le système limbique, une zone qui traite notamment les émotions. Ce qui indique que le son est traité de la même manière, mais que c'est l'émotion qui est traitée différemment chez les acouphéniques. Selon les auteurs, il s'agit d'une adaptation du cerveau à l'acouphène, témoin de sa plasticité. Ainsi, ils ont observé une activité moindre dans l'amygdale des acouphéniques, une région dédiée à l'émotion. Pour eux, c'est qu'une partie de l'amygdale a été réattribuée à d'autres fonctions, car elle serait sinon en constante activité à cause du bruit désagréable de l'acouphène. Les futurs travaux de ces chercheurs devraient permettre de déterminer le lien exact entre les acouphènes et l'amygdale ainsi que chacune des zones cérébrales analysées au cours de ces expériences.

    Source : Alterations of the emotional processing system may underlie preserved rapid reaction time in tinnitus (texte en anglais)

    Lire l'article sur le site de www.audition-infos.org


    EasyJet condamné à 60 000 euros d'amende pour discrimination

    140703-rp103.07.2014 - www.handicap.fr

    60 000 euros d'amende pour la compagnie aérienne britannique à bas coûts EasyJet. Ainsi en a décidé, le 3 juillet 2014, le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir refusé l'embarquement à une passagère handicapée, au motif qu'elle voyageait sans accompagnateur. La société Europe Handling, qui sous-traite les opérations d'enregistrement et d'embarquement des passagers EasyJet à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, a, quant à elle, été condamnée à une amende de 30 000 euros. Les deux entreprises ont en outre l'obligation de publier le jugement dans le quotidien Le Monde à leurs frais.

    Des peines supérieures aux réquisitions

    Ces peines sont légèrement supérieures aux réquisitions du parquet, qui avait demandé lors de l'audience du 19 juin des amendes respectivement de 50 000 et 30 000 euros à l'encontre d'EasyJet et de son sous-traitant. Bien que "déçue" par la décision du tribunal de Bobigny, Easyjet a annoncé qu'elle ne ferait pas appel. EasyJet n'a jamais eu l'intention de discriminer Mme Arminda Maia ou tout autre passager à mobilité réduite. Elle accepte toutefois cette décision de justice et préfère concentrer ses efforts et ses ressources à rendre plus facile et abordable les déplacements de l'ensemble de ses passagers", écrit-elle dans un communiqué.

    Lire l'article sur le site de www.handicap.fr


    Total paiera les prothèses auditives des sinistrés d'AZF

    140702-rp202.07.2014 - www.ladepeche.fr

    Les sinistrés d'AZF souffrant de troubles auditifs depuis la catastrophe ont obtenu gain de cause. Total, maison-mère de Grande Paroisse, propriétaire de l'usine qui a explosé le 21 septembre 2001, remboursera leurs prothèses auditives. Un accord a en effet été trouvé entre les victimes, la CPAM et le pétrolier mardi 1er juillet.

    Dans un communiqué, Jean-François Grelier, le président de l'Association des sinistrés du 21 septembre, se réjouit de cette décision. "Depuis deux ans le remboursement des prothèses auditives était bloqué par Total. Soit les sinistrés s'autofinançaient pour près de 4000 €, soit privés de communication, ils se coupaient du monde", écrit-il. "Ils exigeaient une procédure simple pour le renouvellement automatique des prothèses, le paiement des piles pour les cinq ans à chaque renouvellement, et enfin la possibilité de choisir le paiement à vie de la capitalisation des tous les frais de remplacement et d'entretien plutôt que le paiement à chaque renouvellement" poursuit-il.

    "Les sinistrés ont obtenu satisfaction sur toute la ligne. Total s'est même engagé à ouvrir un bureau à Toulouse avec un interlocuteur qui réglera les questions administratives dans un délai d'un mois. Jusque-là ils devaient communiquer par mail avec un courtier parisien [...] De plus Total s'est engagé à mettre tout cela par écrit, et la CPAM à informer tous les audioprothésistes de la nouvelle procédure simplifiée."

    Lire sur le site de www.ladepeche.fr

     

    Imprimer E-mail

    Revue de presse juin 2014

    Une application portable pour en savoir plus sur la maladie de Ménière

    140618-rp218.06.2014 - www.audition-infos.org

    Ce n'est pas une application smartphone comme les autres, mais un outil d'étude de la maladie de Ménière, un trouble de l'oreille interne qui peut provoquer des acouphènes, perte auditive, vertige, etc. Une équipe de chercheurs au Royaume-Uni a créé une application mobile pour permettre aux patients atteints de cette maladie de contrôler au jour le jour leurs symptômes. Les données qui en seront issues permettront aux chercheurs de mieux connaître les facteurs, notamment environnementaux (pression, humidité de l'air) agissant sur cette maladie.

    Site du projet de recherche : http://menieresmonitoring.wordpress.com/

    Source : www.audition-infos.org


    Surdité : découverte d'une perte d'audition plus grave qu'il n'y paraît

    140618-rp118.06.2014 - www.pourquoidocteur.fr

    Des travaux français viennent d'élucider la gêne considérable que représente le bruit ambiant pour la perception des fréquences aiguës chez certains malentendants.

    Pour certaines personnes suivre une conversation lorsqu'il y a beaucoup de bruit ambiant s'avère être un vrai calvaire et pourtant il arrive que chez ces individus le test pour mesurer l'audition, à savoir l'audiogramme, révèle que ce défaut d'audition est léger et ne nécessite aucun appareillage. Pourtant, des chercheurs français de l'Institut Pasteur, de l'Inserm, du Collège de France et de l'Université Pierre et Marie Curie viennent d'élucider l'anomalie physiologique qui pourrait être à l'origine de ce trouble. Ils viennent notamment de montrer qu'il constituerait un déficit auditif beaucoup plus profond qu'on ne le pensait jusque là. Grâce à un modèle de souris reproduisant une perturbation de la perception des sons aigus chez l'homme, cette équipe a donc pu trouver les anomalies physiologiques réellement en cause.

    Une altération profonde du traitement des fréquences

    C'est en étudiant un type de souris particulier, car porteuses d'une mutation affectant certaines cellules sensorielles de l'oreille interne, que ces chercheurs ont pu établir un parallèle rappelant la gêne rapportée par ces malentendants soit disant léger. « La souris étudiée présente une perte auditive en apparence très modérée, qui ne concerne que les sons aigus (sons de haute fréquence), qui sont traités à la base de la cochlée, explique le communiqué de l'Inserm-Pasteur. Les défauts morphologiques observés sont pourtant très importants à ce niveau : les cellules ciliées externes de la base de la cochlée ne peuvent plus répondre aux hautes fréquences, et leurs touffes ciliaires, qui jouent le rôle d'antenne de réception du son, sont gravement touchées ». A partir de cette constatation, ces scientifiques ont ensuite montré que chez ces souris, la région apicale de la cochlée elle, indemne de toute atteinte, qui traite normalement les sons graves, répondrait, non seulement aux sons graves, mais également aux sons aigus. Elle se substituerait ainsi fonctionnellement à leur région habituelle de codage, la base de la cochlée, qui a donc perdu perdu sa sensibilité.

    Des audiogrammes faussement optimistes

    Et bonne nouvelle, selon ces chercheurs, il est tout à fait envisageable de transposer cette découverte chez l'homme. « Transposés à l'homme, ces résultats pointent l'existence, chez certains individus, d'audiogrammes faussement optimistes, qui dissuadent à tort de les appareiller », concluent-ils. Ainsi ces scientifiques espèrent que leur recherche permettront de faire évoluer la pratique clinique et donc le diagnostic de cette forme de perte auditive en apparence légère qui pourtant nécessiterait un appareillage. Ils proposent notamment que chez les patients se plaignant de ce type de gêne en présence de bruit, des tests auditifs plus poussés soient réalisés en complément de l'audiogramme classique. Ces individus ainsi dépistés pourraient ainsi être équipés de prothèses auditives capables de rétablir sélectivement la détection des hautes fréquences, tout en évitant l'interférence par les sons graves.

    Lire l'article sur le site www.pourquoidocteur.fr


    La perte d'audition : un facteur de risque des maladies de la mémoire

    140617-rp117.06.2014www.franceinfo.fr

    Souffrir d'une perte d'audition avec l'âge peut-il favoriser le développement d'une maladie de la mémoire comme Alzheimer ? Une question au centre du congrès sur l'audition de Cracovie.

    La perte d'audition augmente considérablement avec l'âge. Elle concerne 40% des 60-70 ans et plus de 50% des plus de 80 ans. Plus on avance en âge et plus on a des difficultés pour entendre. C'est la presbyacousie, littéralement la perte de l'audition liée à l'âge. Plusieurs études ont montré que les personnes qui en souffrent sont plus susceptibles de développer des troubles intellectuels, notamment des pertes de mémoire, que les personnes qui ont une audition normale.

    Le lien entre la perte auditive et le déclin cognitif était pressenti mais plusieurs études récentes le retrouvent de manière beaucoup plus claire, explique le Dr Arach Madjlessi, gériatre à Paris et président de la Société Française de Réflexion Sensori-Cognitive. Une personne augmente ses risques de développer une maladie de la mémoire à partir d'une perte de 25 db (deux fois plus de risques) et a cinq fois plus de risques de développer une démence sénile à partir d'une perte de 40 db.
    Le lien entre perte auditive et la perte des capacités intellectuelles sont dues au fait que la perte d'audition entraîne un isolement social avec une diminution des stimulations sensorielles. Quand on entend moins bien, on concentre ses capacités intellectuelles pour essayer d'entendre, on fait travailler une zone du cerveau au détriment des autres et ne pas entendre favorise la dépression.

    Les prothèses

    Le fait de mieux entendre en ayant des prothèses auditives règlerait le problème, et permettrait d'éviter le déclin intellectuel et les maladies de la mémoire. Mais cette hypothèse reste à confirmer. Les fabricants de prothèses auditives utilisent ces études récentes et en font en argument marketing pour mieux vendre leurs produits. Donc acheter des prothèses auditives : c'est donc pour mieux entendre et ne pas s'isoler socialement, mais pas pour prévenir Alzheimer.

    Prévenir les risques

    Il est impossible d'éviter totalement la perte auditive car il y a des facteurs génétiques. On peut toutefois éviter les traumatismes sonores, les médicaments toxiques pour l'oreille et traiter les facteurs de risques cardiovasculaires comme le diabète qui a un impact négatif sur le système auditif. Pour éviter les maladies de la mémoire, il faut privilégier les interactions sociales et les stimulations intellectuelles, avoir des activités physiques régulières, une alimentation équilibrée, traiter les risques cardiovasculaires et prévenir et traiter les pertes sensorielles.

    Ecouter l'émission, en ligne jusqu'au 03/12/2016 sur le site de www.franceinfo.fr (pour un accès directe à l'émission, cliquer sur l'image)

    140617-rp2


    Certaines maladies peuvent-elles entraîner une baisse d'audition, voire une surdité ?

    140612-rp112.06.2014 - www.allo-medecins.fr

    En France, la prévention concernant la surdité et les troubles de l'audition fait parfois cruellement défaut. Peu de gens savent, par exemple, qu'il existe des facteurs réels et non contrôlables, causes essentielles de ces problèmes. Allo-Médecins vous donne quelques explications.

    Baisse de l'audition et surdité, quésaco ?

    La baisse de l'audition est une perte auditive. Plus le temps passe et moins vous êtes capable d'entendre correctement les sons émis extérieurs. Il existe de nombreuses causes liées à ce dégât auditif, même si la raison de l'âge avancé est connue de tous.

    Les causes d'une baisse d'audition et de surdité

    Il faut tout d'abord distinguer deux types de surdité : celle de transmission (lorsque quelque chose empêche les sons d'arriver à l'oreille interne) et celle de perception (généralement due à une lésion de l'oreille interne, voire parfois des nerfs, empêchant alors la transmission des sons à votre cerveau). Dans le pire des cas, vous pouvez souffrir des deux.

    Il existe de nombreuses causes à cette perte auditive. Par exemple, la surdité peut survenir momentanément à la suite d'un virus. Un malade peut aussi perdre graduellement son audition à la suite d'une lésion nerveuse ou même d'une maladie.

    Voici la liste de quelques causes connues de la surdité partielle ou totale :

    • tympans percés,
    • problèmes osseux au niveau de l'oreille,
    • infections de l'oreille,
    • accumulation de liquide derrière vos tympans,
    • maladies congénitales,
    • tumeurs,
    • maladies génétiques (une des premières causes de la surdité de perception : otospongiose, syndrome d'Usher),
    • maladies infectieuses (zona, infections à cytomégalovirus, toxoplasmose, herpès, méningite, etc.),
    • diabète,
    • troubles cérébraux,
    • troubles nerveux (AVC), etc.

    Des maladies sont donc responsables de la surdité, qu'elle soit partielle ou totale. Si vous avez des précédents génétiques, soyez vigilant. Par exemple, dans le cas de la surdité liée à l'âge (appelée presbyacousie), elle est généralement génétique. Bien sûr, des facteurs externes sont aussi à prendre en considération, comme l'exposition trop fréquente à des bruits très forts.

    Visiter la rubrique audition du site Allo-Médecins


    Le tabagisme, même passif, augmente les risques de pertes d'audition

    140610-rp110.06.2014 - www.edp-audio.fr

    Le tabac pourrait avoir une influence néfaste sur l'audition. Une étude menée par des chercheurs britanniques montre en effet que le risque de perte auditive chez les fumeurs est 25 % plus élevé que pour les non-fumeurs. Il en va de même pour les personnes exposées au tabagisme passif, avec toutefois un risque moindre (15 %). Dans les deux cas, la dose d'exposition est corrélée au niveau de perte.

    De plus, les résultats montrent que les personnes qui ont arrêté de fumer sont exposées à un risque sensiblement plus faible de souffrir de perte auditive. Selon les auteurs, ces résultats inattendus pourraient venir du fait que les sujets qui décident d'arrêter de fumer le font dans le cadre d'une amélioration globale de leur hygiène de vie.

    Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs de l'université de Manchester ont réalisé une analyse transversale sur un échantillon de 164 770 sujets britanniques, âgés de 40 à 69 ans, à qui ils ont fait passer un test de compréhension de la parole dans le bruit, après avoir recueilli leurs habitudes en termes de tabagisme (passif ou actif). Afin de s'affranchir des autres potentielles causes de perte auditive, les sujets étaient également interrogés sur d'éventuels problèmes cardiovasculaires, de diabète, d'hypertension, etc.

    En revanche, l'étude ne démontre pas le lien de causalité entre le tabagisme et l'audition. Mais selon les auteurs, il se pourrait que certaines toxines présentes dans la cigarette puissent affecter le système auditif. En outre, la nicotine, qui est un vasoconstricteur, pourrait nuire au bon fonctionnement du système auditif.

    Source de l'étude : Dawes P et al. J Assoc Res Otolaryngol. 2014 Cigarette Smoking, Passive Smoking, Alcohol Consumption, and Hearing Loss

    Lire l'article sur le site de www.edp-audio.fr


    Hearing Aide, l'application d'alerte qui averti en temps réel les malentendants

    140610-rp210.06.2014 - www.handimobility.org

    Chaque année, on ne compte plus le nombre de personnes sourdes ou malentendantes qui décèdent faute de pas avoir pu entendre une sirène d'alarme, un signal d'évacuation ou d'urgence.

    Quel ambulancier, pompier pourrait imaginer qu'un piéton va traverser en toute tranquillité la route, sans faire attention à eux, faute d'avoir pu percevoir le son émis par la sirène ? Le choc avec le véhicule sera alors peut-être inévitable !
    Que dire par exemple des alarmes incendies non détectées ? Lors du Tsunami Japonais, on a évalué à 75 le nombre de personnes sourdes qui sont décédées faute d'avoir pu entendre le signal d'évacuation et pouvoir se mettre ainsi à l'abri.

    C'est pour apporter une solution à ce problème majeur qu'une association rassemblant les personnes sourds de Singapour, en collaboration avec l'agence Grey, a décidé de mettre au point l'application Hearing Aide pour smartphones et tablettes.
    Dès qu'un signal d'alarme est perçu par le micro du smartphone, celui-ci se met à vibrer, son écran s'allume et un pictogramme détaillant la nature de l'alerte est affiché en temps réel.
    Il existe dès le départ cinq alertes de bases pré-enregistrées : les sirènes d'ambulances, de pompiers, de police, l'alarme incendie et le détecteur de fumée.

    Encore plus intéressant, comme vous le découvrirez dans la vidéo ci-dessous, la personne sourde ou malentendante peut également enregistrer elle-même d'autres sons importants via cette application comme, par exemple, un bébé qui pleure, la sonnette de la maison, l'aboiement de son chien...

    L'application Hearing Aide est gratuite et n'est actuellement disponible que sur Android.

    Voir la vidéo sur le site de www.handimobility.org


    Marseille : Le MuCEM s'adapte aux visiteurs malentendants

    140603-rp203.06.2014 - www.mucem.org/fr/

    Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, MuCEM, à Marseille, se rend accessible aux sourds et malentendants. Les visiteurs malentendants appareillés d'aides auditives peuvent ainsi bénéficier :

    • de l'amplification de l'auditorium dans lequel est diffusée la plus grande partie de la programmation culturelle et artistique,
    • de visites guidées, en empruntant une boucle à induction magnétique individuelle sur les points d'accueil du J4 et du fort Saint-Jean,
    • du guide multimédia, en empruntant une boucle à induction magnétique individuelle sur les points d'accueil.

    Des visites guidées en LSF menées par des conférenciers sourds sont également proposées, pour un tarif de cinq euros par personne.

    Les précisions sur le site du MuCEM


    Mondial 2014 : comment tacler les acouphènes

    140603-rp103.06.2014 - http://sante-medecine.commentcamarche.net

    Il y a quatre ans, la Coupe du monde de football avait permis d'évoquer un problème qui touche près d'un français sur 6 : les acouphènes. En partenariat avec Relaxnews, le site PasseportSanté interroge Roselyne Nicolas, présidente de l'association France Acouphènes, pour aider les supporters à adopter les bons réflexes lors de ces événements bruyants.

    Que se passe t-il à l'intérieur de l'oreille lorsqu'un spectateur subit pendant 90 minutes un niveau sonore d'environ 130 décibels (niveau mesuré lors de la dernière coupe du monde) ?
    Les cellules cillées de l'oreille qui réceptionnent les vibrations des sons peuvent être gravement endommagées lorsqu'un tel niveau sonore est atteint. Les spectateurs risquent une perte d'audition qui pourrait même persister avec le temps puisque les cellules ciliées lésées ne peuvent pas se régénérer, et cela même avec le traitement d'urgence 24 heures après le traumatisme.
    Que conseillez-vous à titre préventif pour ceux qui se rendent à de telles manifestations bruyantes ?
    Il faut savoir qu'il n'y a pas de différences notables entre les milieux fermés comme les discothèques et les milieux ouverts comme les stades. Ce n'est pas parce qu'on est en plein air que l'on ne va pas être touché ! D'autant que dans ce type de manifestations, il y a souvent des amplificateurs un peu partout. Le premier conseil est évidemment de se munir de bouchons anti-bruits qui réduisent significativement le nombre de décibels. Il existe d'ailleurs des bouchons qui réduisent ce nombre en fonction de l'usage qu'on va en faire, comme les bouchons pour musiciens. Ensuite, il faut éviter de se mettre près des sources sonores trop bruyantes et ne pas hésiter à faire des pauses en s'éloignant quelques minutes des nuisances.
    Qu'en est-il des personnes qui souffrent déjà de ces bourdonnements très désagréables ? Faut-il se priver de ce genre de festivités ?
    Le mieux c'est d'éviter d'y aller, même si cela peut être difficile à accepter ! Les personnes qui souffrent d'acouphènes s'aperçoivent bien qu'ils ne peuvent plus faire les choses comme avant avec leurs amis, leurs familles. Ils sont obligés de se protéger au maximum des nuisances pour éviter de nouvelles conséquences dramatiques. Ils savent qu'ils ne peuvent plus retourner dans ces endroits bruyants. Voilà pourquoi c'est important de mettre l'accent sur la prévention !

    Lire sur le site de sante-medecine.commentcamarche.net


    Des étudiants inventent le gant qui fait parler sourds et muets

    140602-rp202.06.2014www.digischool.fr

    Le projet Hand'speaker a une ambition folle : faire parler les sourds et muets. Cette utopie est pourtant en train de se réaliser grâce à une équipe de 6 étudiants nancéiens.

    Faire parler les sourd et les muets

    Faire parler les sourds et les muets est un rêve qu'aucun homme n'a jamais pu exaucer. Pourtant une équipe de 6 étudiants de Nancy a mis au point une technique faisant parler les personnes n'ayant pas la chance de pouvoir s'exprimer avec des mots. La solution est un gant ! Oui, vous avez bien lu, un gant. Mais comment est-ce possible ?

    À l'aide de capteurs positionnés sur le gant numérique, un signal est envoyé au smartphone qui analyse les mouvements et les retranscrit vocalement par un boitier. Ainsi, avec Hand'speaker, une personne utilisant la langue des signes pourrait se faire comprendre par tous. L'objectif principal de ce projet et de "réduire le taux de chômage des personnes atteintes de surdité sévère en favorisant leur insertion professionnelle", précise Tracy Rival, responsable communication de Hand'speaker sur la présentation vidéo du projet.

    Lire l'article sur le site de www.digischool.fr


    AZF: les sinistrés veulent faire entendre raison à Total

    140602-rp102.06.2014 - www.metronews.fr

    FAIT-DIVERS – Quelques semaines après avoir rendu public les difficultés de remboursement des prothèses auditives, l'association des sinistrés du 21 septembre a recensé de nouveaux cas. De son côté Total se défend de bloquer l'indemnisation des appareils auditifs.

    Ils veulent continuer à se faire entendre. Après avoir dénoncé l'immobilisme de Total et de son assureur qui refusaient de rembourser leurs prothèses auditives, les victimes d'AZF retournent au combat. "Il y a deux mois nous étions six plaignants, aujourd'hui nous sommes 21", constate Jean-François Grelier, président de l'association des sinistrés du 21 septembre qui déplore cependant le même attentisme.

    Les personnes touchées par des problèmes de surdité après la catastrophe de septembre 2001 exigent qu'une règle publique et unique soit édictée afin que chaque sinistré bénéficie gratuitement de prothèses à chaque renouvellement. "Il y a deux poids, deux mesures : à certains on rembourse la totalité des équipements, à d'autres non. A certains, c'est le montant des piles qui n'est pas pris en compte..." dénonce la fille de Maria, 61 ans.

    "A nouveau une vie sociale"

    Cette dernière a pris contact avec l'association des sinistrés après la première médiatisation de l'affaire début avril : cela faisait dix ans que ses appareils n'étaient plus adaptés et que les assurances refusaient de rembourser les nouveaux équipements. "Aujourd'hui tout est rentré dans l'ordre, avec ses prothèses ma mère a de nouveau une vie sociale".

    Mais ce n'est pas le cas de toutes les victimes qui espèrent que la réunion entre l'industriel et la CPAM le 13 juin prochain débouche sur une solution concertée. "Je n'entends plus rien d'une oreille et suis sourde en partie de l'autre, j'ai été tellement humiliée lors des expertises où me reprochait de simuler que je me suis renfermée sur moi-même", témoigne Catherine Cosse, 49 ans, qui redoute de plonger dans "le monde du silence".

    Principe d'indemnisation à vie acquis depuis 2001

    Dans les rangs de Total, la question agace au plus haut point Patrick Timbart, directeur délégué du groupe pétrolier. "Je suis stupéfait qu'on évoque encore ce dossier, c'est possible qu'il y ait des problèmes de remboursement dus à des retards ou des recherches d'information mais le principe d'indemnisation à vie est acquis depuis 2001", explique celui qui assure le suivi du dossier AZF depuis 14 ans. Et de rappeler que Total a versé 12 millions d'euros d'indemnisations aux victimes de la catastrophe en 2013.

    Lire l'article sur le site de www.metronews.fr

     

     

    Imprimer E-mail

    Revue de presse mai 2014

    Ces opticiens qui prennent soin aussi de vos oreilles

    Photo appareils auditifs31.05.2014 - www.lefigaro.fr

    Désireux de trouver de nouveaux relais de croissance, les magasins d'optique se positionnent désormais sur le marché de l'audition.

    Mais les perspectives semblent favorables. «On pense que le marché va bientôt décoller» estime Jean-Pierre Champion. Maxence Petit de Sonalto abonde dans le même sens: «les acteurs de l'optique sont convaincus que le marché va se resserrer et que l'audition est le principal relais de croissance des prochaines années». Un relais prometteur: on estime que le marché dans sa globalité génère en France 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires par an.Pendant que les pharmaciens vendent «leurs» lunettes, les opticiens se lancent dans le secteur de l'audition. Ce constat pour le moins incongru relève pourtant d'une logique imparable: si les espaces de vente de lunettes dans les pharmacies sont l'occasion pour ces dernières d'augmenter leurs marges, la commercialisation d'appareils auditifs par les opticiens répond avant tout à une opportunité liée à leur clientèle. «40% du chiffre d'affaires des opticiens est généré par la vente aux seniors de verres progressifs. Ces mêmes seniors qui représentent plus de 90% du chiffre d'affaires des audioprothésistes» avance Maxence Petit, cofondateur de Sonalto, une société qui fabrique et commercialise Octave, une aide auditive préréglée vendue à 299 euros dans les pharmacies, sur Internet et depuis peu, chez certains opticiens: Sonalto en revendique plus de 200 en France, «ceux qui ne sont pas sous enseigne, ou bien des franchisés».

    Les distributeurs voient dans les assistants d'écoute une manière de «rendre service à [leurs] clients». «C'est une tranche d'âge qui est intéressée» confirme-t-on chez un opticien de Cormontreuil, dans la Marne. «Nous expliquons bien que cela ne remplace pas une audioprothèse, mais que c'est un premier pas. Le marché est complémentaire, nous ne sommes pas du tout sur les plates-bandes des audioprothésistes. D'ailleurs nos clients répondent à un questionnaire en amont, et si besoin nous les redirigeons directement vers un ORL». Les retours sont très positifs: «ils sont déjà satisfaits de pouvoir essayer, alors quand ça marche c'est fabuleux» s'enthousiasme le professionnel.

    Pour l'instant, deux stratégies s'opposent

    Pour le moment, les grandes enseignes tournent le dos aux solutions préréglées. «Ce n'est pas une priorité à ce stade» a déclaré au Figaro Jean-Pierre Champion, directeur général de Krys Group (Krys, Lynx, Vision Plus). Sans délaisser pour autant l'opportunité offerte par le marché de l'audition. Le groupe recrute des audioprothésistes pour les corners (ou rayons) dédiés à l'audition dans ses magasins d'optique. «Krys, c'est 1,5 million de clients de plus de 60 ans. Cela donne un accès à l'audioprothèse» ajoute Jean-Pierre Champion. Une manière de confirmer les analogies existant entre les deux métiers, en les complétant dans le cas du groupe Krys par des synergies «de marque, d'emplacement, de formation et de parcours client». La stratégie de l'enseigne doit toutefois surmonter la difficulté liée au manque d'audioprothésistes sur le marché: 150 nouveaux professionnels sont diplômés chaque année, pour 2000 opticiens.

    Lire l'article sur le site de www.lefigaro.fr

    Article format pdf


    Banque Populaire lance la première offre clé en main pour l'accessibilité des commerces

    20.05.2014 - Communiqué de presse

    Logo banque populaire accessibilité Banque Populaire s'associe à Handibat Développement, Handidiag, I.Cert et à la Socama pour proposer aux commerçants et artisans une offre technique et financière simplifiant leur mise en conformité avec la loi sur l'accessibilité des Etablissements Recevant du Public (ERP).Cette offre est la première solution clé en main, depuis le diagnostic initial de l'établissement jusqu'à la certification de l'ouvrage en passant par le financement et la réalisation des travaux par des professionnels labellisés. Banque Populaire s'engage fortement aux côtés des commerçants et artisans pour leur permettre d'accueillir tous les clients, notamment les personnes en situation de handicap, les personnes âgées ou bien encore les familles avec jeunes enfants, et ainsi transformer l'obligation légale en une véritable opportunité commerciale.

    En vertu de la loi du 11 février 2005, les ERP doivent être accessibles à toutes personnes, notamment celles en situation de handicap, à compter du 1er janvier 2015. Cette échéance devrait être assouplie avec l'Agenda d'Accessibilité Programmée (Ad'AP) qui prévoit un délai supplémentaire en contrepartie d'un calendrier précis assorti d'un engagement financier.

    Alors que 85 % des commerces ne sont pas encore aux normes, Banque Populaire s'associe à Handibat Développement, Handidiag, I.Cert et à la Socama pour lancer la première offre clé en main couvrant toutes les étapes de la mise en conformité.

    Dossier de presse de l'offre accessibilité


    La CEAPC - 1ère banque accessible aux personnes malentendantes et sourdes sur ses régions

    20.05.2014 - Communiqué de presse/Innovation

    Caisse d'épargne - Accessibilité aux personnes malentendantesLa Caisse d'Epargne Aquitaine Poitou-Charentes, 1ère banque à rendre accessible l'ensemble de ses agences et de ses conseillers aux personnes malentendantes et sourdes sur ses régions, grâce aux services Acceso. Concrètement, deux services vont permettre aux personnes malentendantes ou sourdes de communiquer directement et en complète autonomie, par téléphone, avec leur interlocuteur CEAPC :

    La TIP (Transcription Instantanée de la Parole) et la Visio interprétation en LSF (Langue des Signes Française).

    Pour plus de renseignements, lire le communiqué de presse de la CEAPC


    Utilisation massive du téléphone portable & tumeurs cérébrales

    13.05.2014 - Communiqué de l'INSERM

    L'INSERM a publié une mise au point autour de l'étude sur l'utilisation du téléphone portable et le développement de tumeurs cérébrales parue dans le journal Occupational & Environmental Medicine.

    L'effet des radiofréquences électromagnétiques chez l'Homme reste controversé. Les chercheurs de l'Unité Inserm 897 "Epidémiologie et Biostatistiques" (ISPED) à Bordeaux ont analysé l'association entre l'exposition aux radiofréquences du téléphone mobile et les tumeurs cérébrales du type gliomes et méningiomes chez les adultes.

    Les chercheurs révèlent les résultats de l'étude multicentrique cas-témoins CERENAT, publiée dans le journal Occupational & Environmental Medicine, menée dans 4 endroits (Gironde, Calvados et Manche, Hérault) en France et initiée en 2004. Au total, les données d'exposition au téléphone mobile et les données médicales de 1339 personnes âgés de 59 ans en moyenne, ont été étudiées : 253 présentaient une tumeur cérébrale de type gliome, 194 de type méningiome (diagnostiqués entre 2004 et 2006) et 892 ne présentaient pas de tumeurs. Concernant le téléphone mobile, les chercheurs ont demandé aux personnes leurs utilisations sur l'ensemble de leur vie. Le temps moyen passé au téléphone de l'ensemble des individus est de 2.7h/mois. Dans l'échantillon, seuls 12% des individus étudiés ont utilisé leur téléphone sur une période égale ou supérieure à 10 ans.

    "Nous montrons que l'utilisation massive du téléphone portable, supérieure ou égale à 896h d'appels dans une vie serait associée au développement de tumeurs cérébrales. Chez ces personnes, le risque d'avoir une association positive entre l'utilisation du téléphone et le développement de tumeurs cérébrales est augmentée pour celles qui téléphonent plus de 15h par mois. explique Isabelle Baldi, coauteur de ces travaux.

    Cependant, il est important de souligner qu'il s'agit d'une association et non d'un lien de cause à effet. Cela ne signifie donc pas qu'une personne utilisant massivement son téléphone portable développera une tumeur au cerveau" ajoute la chercheuse.


     

    Des audioprothèses connectées ?

    6 mai 2014 - www.info-mobiles.com

    140506-rp1Les prothèses auditives deviennent aussi des objets connectés. Concevoir un monde connectée fait partie des projets de toutes les entreprises de tous les domaines actuelles. Cette connectivité a commencé par les montres et les bracelets, s'est poursuivie par les lunettes, et passe aujourd'hui, aux prothèses auditives.

    Les prothèses auditives proposent des applications iOS.

    Tout le monde peut profiter des œuvres de la technologie !! C'est donc Audika, une firme connue dans la distribution d'appareillages de correction auditive qui a développé ce nouveau gadget. Des applications notamment des applications iOS sont donc disponibles sur quelques prothèses auditives. Le but, d'après le groupe, c'est de faciliter le réglage de nos mobiles que ce soit une tablette ou un smartphone. Quelques exemplaires de ces appareils sont ainsi actuellement disponibles chez Beltone et Starkey.

    Un gadget qui pourrait aider les souffrants d'Alzheimer ?

    Si l'audioprothèse n'était uniquement utile que pour compenser une perte auditive, aujourd'hui, il vaut bien plus que ça grâce à Audika. Il devient connecté et peut nous aider dans certaines tâches de la vie grâce aux applications que cette même firme lui a incluses. Mais en plus de cela, avec votre prothèse, vous pouvez aussi aider les autres à retrouver le leur s'ils l'ont perdu. On parle ici surtout des personnes souffrant d'Alzheimer qui sont sujettes à des fréquentes pertes de mémoire. Sinon, ce petit appareil connecté est destiné seulement aux personnes souffrant de problèmes auditifs. Il peut aussi être utilisé pour certains usages médicaux.

    Des modèles différents proposants des applications différentes.

    D'après Audika, quelques appareils contenant ses applications sont déjà disponibles chez Beltone et Starkey. Mais pour ceux qui désirent avoir le modèle entrée de gamme provenant de chez Audika, il faudra patienter encore quelque temps. Les applications proposées dans chacune des audioprothèses de chez Beltone et de chez Starkey sont donc différentes. Chacun y met du sien pour lancer son produit !

    Sinon, ceux qui veulent jouir des applications venant d'Android sur ces prothèses, devront faire preuve d'une grande patience, car Audika est encore en train de réfléchir sur sa mise en œuvre.

    Source : http://www.infos-mobiles.com/audioprotheses/des-audioprotheses-connectees/63341


     

    140501-rp1Le risque de surdité est multiplié par 4 chez les musiciens

    1er mai 2014 - www.pourquoidocteur.fr

     Etude sur 2000 professionnels : L'exposition quotidienne à la musique, amplifiée ou non, expose à des troubles de l'audition allant des acouphènes à la surdité.

    Une étude allemande publiée dans la revue Occupational & Environmental Medicine montre que ces troubles de l'audition font véritablement partie des risques du métier pour les musiciens professionnels.

    Ces chercheurs de l'Université de Brême ont passé en revue la base de données de l'Assurance Maladie allemande entre 2004 et 2008 pour y suivre tout particulièrement les 2227 assurés âgés de 19 à 66 ans et déclarés en tant que musiciens professionnels. Par rapport au reste de la population active allemande, ces musiciens avaient près de 4 fois plus de risques de développer une surdité dite induite par le bruit. Leur risque de souffrir d'acouphènes persistants était également augmenté de 57% par rapport à la population générale. Dans le cas des musiciens, le danger vient de l'exposition prolongée et répétée plus qu'à des traumatismes sonores soudains.

    Lire l'article sur le site www.pourquoidocteur.fr

    Article format pdf


     

     

     

     

     

    Imprimer E-mail

    Revue de presse avril 2014

    AMPLIFON acquiert les centres italiens du groupe français AUDIKA

    29.04.2014 - http://www.audition-infos.org

    Dans un communiqué de presse en date du mardi 29 avril, le groupe italien Amplifon a annoncé l'acquisition de la chaîne de centres de correction auditive appartenant à Audika Italia Srl, la filiale italienne du Français Audika. Grâce à cette acquisition, Amplifon renforce son réseau de l'intégralité des points de vente d'Audika en Italie. Cela représente 55 points de vente qui ont pesé pour 7,4 millions d'euros de revenus en 2013. Avec ce rachat, Amplifon sera en mesure de renforcer sa présence nationale - en particulier dans des régions comme l'Émilie-Romagne, le Piémont, le Latium et la Trivénétie - ainsi que d'augmenter la portée de son réseau de distribution et de se rapprocher de ses clients, des facteurs essentiels au succès du groupe, souligne le communiqué de presse. La valeur totale de la transaction s'élève à 7,1 millions d'euros. « Avec cette acquisition, nous sommes en mesure d'améliorer la portée de notre réseau de distribution et notre capacité de fournir des services en Italie, explique Franco Moscetti, P.-d.g. d'Amplifon. C'est un marché dans lequel nous croyons et qui a encore un énorme potentiel de pénétration et de croissance. » Alain Tonnard, coprésident et fondateur du groupe Audika commentait pour sa part : « Nous avons choisi Amplifon parce que nous voulions nous assurer que notre réseau ferait partie d'un projet à long terme et, dans le même temps, pourrait assurer et garantir la continuité et la qualité du service fourni à nos clients. »

    Source : www.audition-infos.org


    140424-rp1Des implants cochléaires améliorés par la thérapie génique

    24.04.2014 - www.sciencesetavenir.fr

    Une équipe de chercheurs australiens a réussi à considérablement améliorer l'efficacité des implants cochléaires en les couplant à une thérapie génique.

    ... De récentes recherches en thérapie génique ont montré que l'injection en laboratoire d'une autre protéine connue sous le nom de BDNF (facteur de croissance nerveux) impliquée dans la survie des neurones du système nerveux peut être utilisée pour bloquer la dégénérescence des neurones de l'oreille interne.....

    ....L'approche développée par ces chercheurs australiens consiste à injecter une solution d'ADN dans la cochlée au moment de l'implantation du dispositif. Lorsque celui-ci s'active et envoie des impulsions électriques, l'ADN est alors transporté dans les cellules autour des électrodes. Les premiers essais menés sur des cochons d'Inde totalement sourds se sont avérés très concluants.....

    Lire sur le site Sciencesetavenir.fr

    Article format pdf


    140423-rp2Nouveaux soupçons sur le bisphénol A

    23.04.2014 - www.lemonde.fr

    Le bisphénol A (BPA), cette molécule entrant dans la fabrication de certains plastiques, est présente dans les tissus de 90 % de la population occidentale. C'est un perturbateur endocrinien : ses effets sur le système reproducteur, bien décrits tant chez l'animal que chez l'homme, sont attribués à l'affinité de cette molécule avec les récepteurs à œstrogènes, des hormones sexuelles « mimées » par le BPA. Mais d'autres effets, liés à un autre récepteur, viennent pour la première fois d'être mis en évidence in vivo, chez un modèle animal, le poisson zèbre. ....

    .... L'idée que le BPA puisse interagir avec d'autres récepteurs était dans l'air. Une équipe japonaise a ainsi montré in vitro que le récepteur ERRγ (γ pour gamma) présentait une forte affinité avec le plastifiant. « En 2011, nous venions de découvrir que chez les poissons zèbres, l'exposition au bisphénol A entraînait des malformations des otolithes, des structures minéralisées situées dans l'oreille interne, qui participent à la régulation de l'équilibre, rappelle Vincent Laudet. Nous avons décidé de voir si le récepteur ERRγ n'était pas impliqué. »

    Cet article contient deux images avec les légendes suivantes :

    • L'oreille interne du poisson zèbre est altérée en présence de bisphénol A.
    • Embryon de poisson zèbre avec, au centre, les otolithes, structures minérales ayant un rôle dans la gestion de l'équilibre au sein de l'oreille interne.

    Lire la suite sur le site Lemonde.fr


    Le centre d'aide et d'information sur la surdité de BloisSurdité : des matériels à tester gratuitement

    23.04.2014 - www.lanouvellerepublique.fr

    Le Centre d'aide et d'information sur la surdité de Blois propose un service de conseil et de test de matériels, gratuit et surtout, 100 % indépendant.

    Les aides techniques pour les personnes sourdes ou malentendantes sont nombreuses, elles sont également plutôt onéreuses. Et beaucoup de gens nous faisaient part de leur déception, hélas après avoir acheté tel ou tel matériel. De ce constat établi par Céline Camus, chef de service du CAIS (lire par ailleurs), est né tout récemment à Blois le Centre d'information et de conseil sur les aides techniques (Cicat) entièrement dédié à la surdité : une initiative originale, permettant aux personnes malentendantes, sourdes, ou devenant sourdes, de découvrir de nombreuses solutions matérielles susceptibles de les aider dans leur vie quotidienne. Mais aussi de s'assurer d'avoir fait le bon choix en testant des matériels gratuitement à domicile.

    « Le tout, sans aucune pression, précise Philippe Balin, directeur de l'association gestionnaire, car nous n'avons aucun lien avec les fabricants ou les revendeurs de ces matériels, que nous ne vendons pas non plus. C'était notre volonté que de proposer un service totalement indépendant, quel qu'en soit le coût ! »

    Lire la suite sur le site de Lanouvellerepublique.fr

    Article format pdf


    140422-rp2Malentendants : une appli pour le cinéma

    22.04.2014 - www.ladepeche.fr

    Le cinéma reste un lieu déserté par beaucoup de malentendants, appareillés ou non.
    Le cinéma Gaumont Wilson sera demain le théâtre du test d'un dispositif pour malentendants. Il s'agit d'une application installée sur un téléphone portable, sur lequel on met un casque. L'émetteur est relié à la sono de la salle de cinéma et le téléphone fait récepteur. L'écoute se fait soit par un casque (personnes non appareillées, prothèse à écouteur déporté ou implant), soit par une crosse ou un collier magnétique individuel (prothèses ou implants avec position «T»). Le fonctionnement de l'application Twavox est très simple. L'utilisateur télécharge l'application gratuite «Twavox» dans son mobile (Iphone/Android/baladeur Wifi), et valide son installation en arrivant à la salle de cinéma. Il peut ensuite suivre le film via un kit oreillette inductif ou un câble audio, ou un casque. Il obtient la bande-son du film, transmise par Wifi en mode synchronisé vers son mobile. Une quinzaine de volontaires est concernée par ce test, porté par la société ESII et le Centre d'Information sur la Surdité et l'Implant Cochléaire (CISIC).

    Lire sur le site de Ladepeche.fr

    Article format pdf


    140422-rp1La sophrologie pour atténuer les acouphènes

    22.04.2014 - www.allodocteurs.fr

    A ce jour, aucun traitement médicamenteux ne fait disparaître les acouphènes. Pour soulager leurs patients, les médecins peuvent prescrire des antidépresseurs ou des anxiolytiques, mais une autre solution peut aussi améliorer leur qualité de vie : apprivoiser ces bruits parasites.

    "La guérison qu'on apporte aux patients ce n'est pas celle qu'ils viennent chercher. Ils viennent chercher le silence et on a très peu de chances d'y arriver, mais on leur propose un autre type de guérison, que l'on appelle l'habituation [NDLR : une forme d'apprentissage qui permet de diminuer les sensations incommodantes de l'acouphène]. Il s'agit d'une prise de conscience de la présence de l'acouphène, sans que celui soit intrusif", explique le Dr Martine Ohresser, médecin ORL.

    La sophrologie aide à se détacher des sons qui perturbent le patient. Il les entend, mais il s'habitue à leur présence, comme tous les autres bruits qui l'entourent. L'acouphène est ainsi intégré parmi les autres sons. Le patient peut reprendre une vie normale.

    Lire la suite sur le site de Allodocteurs.fr


    Emploi en EA et allocation adulte handicapé : pas compatible

    12.04.2014 - www.handicap.fr

    Une personne handicapée à moins de 80% qui travaille dans une "entreprise adaptée (EA)" ne peut pas recevoir l'allocation d'adulte handicapé car elle n'est pas victime d'une "restriction substantielle et durable pour l'accès à l'emploi". Dès lors qu'elle travaille, même dans une entreprise adaptée, autrefois appelée "atelier protégé", cette personne handicapée ne peut pas être considérée comme subissant une restriction d'accès à l'emploi, a jugé la Cour de cassation.

    Restriction à l'emploi ou pas ?

    La loi prévoit qu'un taux d'incapacité situé entre 50 et 79% ne permet l'attribution de l'allocation que si une Commission des droits et de l'autonomie des handicapés (CDAH), qui siège au sein des MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) a reconnu cette "restriction" d'accès à l'emploi. En l'espèce, un juge avait accordé l'allocation à un travailleur handicapé qui bénéficiait d'un CDI depuis plusieurs années dans un établissement spécialisé. Le juge estimait que l'emploi dans une structure spécialisée pour handicapés n'était pas un emploi dans un milieu professionnel ordinaire. Il en concluait qu'il y avait bien une restriction à l'accès à l'emploi.

    Lire la suite sur le site de Handicap.fr


    140408-rp2Retrouver l'ouïe grâce à un implant, ce n'est pas de la science-fiction

    08.04.2014www.telerama.fr

    TEMOIGNAGE | Agée de 19 ans, Célia devrait être sourde. Mais grâce à un implant nouvelle génération, elle entend à nouveau. Elle raconte cette expérience hors-norme.

    En mars 2014, dans un long entretien à Télérama.fr, l'écrivain de science-fiction, Alain Damasio, revenait sur la manière dont les nouvelles technologies peuvent déjà impacter le corps humain, provoquer des mutations. Afin de poursuivre cette réflexion de manière concrète, nous sommes allés à la rencontre de Célia, étudiante Valdoisienne de 19 ans, née entendante mais qui a peu à peu perdu l'audition suite à une maladie d'origine inconnue. « Aujourd'hui, je pourrais être sourde », confesse-t-elle. C'était sans compter son implantation de l'oreille interne, à l'âge de 14 ans.

    L'une des technologies les plus avancées aujourd'hui pour pallier à la perte partielle ou totale de l'ouïe est l'implant cochléaire. Cette prothèse est d'abord composée d'une partie externe, posée sur l'oreille de l'implanté, qui capte les sons environnants et les traite à l'aide d'un processeur, pour ensuite les émettre vers une partie interne, insérée chirurgicalement sous la peau. Cet implant va alors transformer les informations reçues en impulsions électriques, envoyées à un groupe d'électrodes placés dans la cochlée, partie de l'oreille interne donnant son nom à l'implant.

    Lire la suite sur le site de Telerama.fr

    Article format pdf


    140410-rp1Hyperacousie: l'Andrésienne Agnieszka veut briser le silence et obtenir la reconnaissance

    10.04.2014 - www.nordeclair.fr

    L'hyperacousie est une hypersensibilité de l'ouïe à certaines fréquences, des sons normalement tolérés par la population : bruit de vaisselle, ventilation, froissement de papier... Un « dysfonctionnement » auditif pas encore reconnu comme handicap, dont Agnieszka, de Saint-André, souffre depuis trois ans. Faute de solution, elle alerte les pouvoirs publics et veut créer une association.

    Deux millions et demi de Français sont hyperacousiques et acouphéniques (bourdonnements, sifflements dans l'oreille), une souffrance permanente et surtout invisible qui empoisonne le quotidien. Les origines de ces dysfonctionnements sont multiples. Ils peuvent se manifester après un gros choc auditif ou être dus à une pathologie.

    C'est le cas d'Agnieszka. Elle se plaignait de plus en plus de « tout entendre très fort ». En 2011, elle découvre qu'elle souffre d'une pathologie difficile à déceler, l'ostopongiose (une déformation des tissus osseux de l'oreille interne), sans doute due aux nuisances sonores de ses voisins. Pour se faire opérer, elle doit aller jusqu'à Marseille. Mais l'hypersensibilité et les acouphènes persistent. « Je suis tout le temps fatiguée, sensible. Certains sons me sont extrêmement douloureux et m'empêchent de me concentrer ou dormir. J'ai dû déménager cinq fois à cause des nuisances sonores qui étaient invivables (tuyauterie, musique des voisins...). Je suis encore à la recherche d'un nouveau logement, car le mien a une VMC (ventilation mécanique contrôlée) ultra-bruyante qui ne peut pas être coupée. »

    Depuis la découverte de la maladie, Agnieszka tente tant bien que mal de trouver de l'aide et du soutien : « Je suis d'origine polonaise, je n'ai aucune famille ici. Quand j'évoque mes symptômes, les réponses sont toujours les mêmes, Va voir une assistante sociale, comme si c'était une magicienne ! Ou Mets des boules Quies. Je suis foudroyée par le manque d'empathie. Mon handicap est invisible, d'où ce terrible sentiment d'isolement. »

    Lire la suite sur le site de Nordéclair.fr

    Article format pdf


    140408-rp1Royaume-Uni : Le bébé le plus jeune à être implanté cochléaire

    08.04.2014 - BBC News

    Un bébé de trois mois et trois jours est devenu le plus jeune au Royaume-Uni d'avoir été implanté cochléaire. Evie Smith a eu le premier dispositif implanté dans l'oreille droite, puis le second sept semaines plus tard. Evie est maintenant âgée de six mois. Elle est retournée la semaine dernière à l'hôpital St Thomas de NHS à Londres pour l'activation de ses processeurs vocaux (parties externes). Le personnel de santé souligne que son cas est exceptionnel.

    Evie est devenue sourde profonde après avoir contracté la méningite à pneumocoques quand elle avait seulement trois jours.

    Elle a passé six semaines aux soins intensifs et avait besoin d'être sous ventilateur pour une quinzaine de jours. Elle a reçu un implant cochléaire à un âge exceptionnellement jeune parce que la méningite a généré l'ossification de l'oreille interne. Ces dommages se sont rapidement aggravés ce qui signifiait que l'attente pour implanter Evie ultérieurement n'était plus été possible.

    Lire la suite de l'article sur le site de BBC News (en anglais)

    Article format pdf


     

    140401-rp1AZF : ils veulent se faire entendre par le groupe Total

    01.04.2014 - Metro News Toulouse

    Des victimes atteintes de surdité après l'explosion de l'usine AZF en septembre 2001 se trouvent dans une impasse: selon elles l'assureur de la société refuse d'indemniser le renouvellement de leurs prothèses auditives.

    Ils veulent que Grande Paroisse continue à payer leurs équipements auditifs. Treize ans après la catastrophe industrielle de Toulouse, l'association des sinistrés du 21 septembre recueille des témoignages de victimes rencontrant des difficultés pour se faire rembourser leurs prothèses.

    "Depuis 2001, un accord avec AON, l'assureur de Total prend en charge le renouvellement de mes appareils. J'ai ainsi pu m'équiper en 2003 et en 2008. Mais depuis qu'un nouvel expert gère les dossiers, le groupe Diot, je n'ai droit qu'au remboursement de la part sécurité sociale", explique Pauline Miranda, blessée le 21 septembre 2001 alors qu'elle circulait en voiture près de l'usine. Cette dernière a perdu entièrement l'audition de l'oreille gauche et plus de 40% à l'oreille droite.

    Sur 1800 euros d'appareillage, elle a désormais droit à 199 euros de remboursement. Le reste étant de sa poche. "Aujourd'hui ma prothèse marche une fois sur deux, j'aurais dû la changer il y a deux ans, je vais être obligée de contracter un petit crédit pour en acheter une nouvelle".

    Au moins 28 dossiers en souffrance à la CPAM. Le cas de Pauline n'est pas isolé.

    Lire la suite sur le site de Metro News


    Imprimer E-mail

    Revue de presse mars 2014

    Appareils auditifs. Les deux tiers des personnes appareillées insatisfaites

    140313-rp113.03.2014 - www.quechoisir.org

    Alors que le 13 mars est la journée nationale de l'audition, le baromètre commandité par l'enseigne Audio 2000 jette un pavé dans la mare du marché juteux des audioprothèses. Selon cette enquête, les deux tiers des personnes équipées d'appareils auditifs ne seraient pas satisfaites de leur prothèse.

    En matière d'audioprothèses, les sondages se suivent et ne se ressemblent pas : le 27 février 2014, au cours d'une conférence de presse sur le prix et le remboursement des aides auditives, le Syndicat national des audioprothésistes (Unsaf) ne manquait pas de souligner les excellentes performances de la profession, enquête internationale Eurotrak 2014 à l'appui, selon laquelle la France enregistre un taux de satisfaction des personnes appareillées de 86 % (contre 36 % au Japon). Pourtant, si l'on en croit les résultats du baromètre réalisé par le cabinet Senior Strategic auprès de 1 487 personnes âgées de 45 à 79 ans souffrant de problèmes d'audition, la réalité ne serait pas aussi rose. Selon cette enquête, les deux tiers des personnes équipées d'appareils auditifs ne seraient pas satisfaites de leurs prothèses, la plupart se plaignant en effet de difficultés de réglage et d'adaptation importantes qui peuvent perdurer bien au-delà des premiers jours d'équipement. Des griefs qui augmentent avec l'âge même si 70 % des personnes équipées déclarent utiliser leurs appareils auditifs tous les jours. « Grâce aux progrès techniques importants enregistrés durant les trente dernières années, les aides auditives fonctionnent bien. Si ce n'était pas le cas, le secteur n'enregistrerait pas un taux de progression de 7,6 % chaque année », souligne Stéphane Caramagnol, le directeur de l'enseigne Audio 2000 qui a commandité l'étude. « Mais contrairement aux lunettes, l'adaptation à l'appareillage n'est pas immédiate. La capacité de récupération d'une bonne audition est très personnelle, plus on s'appareille tôt, mieux on accepte l'appareillage ».

    C'est, malheureusement, loin d'être le cas. Selon le baromètre de Senior Strategic, les Français demeurent très réticents face à l'appareillage, les plus jeunes surtout, seulement 40 % des 45-54 ans le considérant utile contre près de 70 % des plus de 75 ans. Chez les plus jeunes comme dans les catégories socio-professionnelles les plus aisées, les appareils auditifs renvoient une image de « vieux ». Le rejet est également plus fort chez les hommes.

    Et si les plus âgés mettent plus de temps avant de consulter (63 % des plus de 75 ans ne sont pas équipés alors qu'ils sont conscients d'une diminution de leur audition depuis plus de trois ans), les 45-54 ans sont ceux qui tergiversent le plus longtemps entre la prescription et l'achat de l'appareil.
    Des freins psychologiques... et financiers

    S'il y a urgence à changer les mentalités, la mauvaise image des prothèses auditives dans notre pays ne suffit pas à expliquer le faible taux d'équipement. Le nombre de personnes atteintes de gênes auditives est évalué à 6 millions de personnes en France, mais seulement 15 à 30 % d'entre elles possèderaient une aide auditive, contre 30 % en Allemagne et plus de 50 % au Danemark.

    Outre les freins psychologiques, le prix élevé des appareils est un obstacle majeur à l'appareillage. Les mutuelles proposent des prises en charge de 300 à 499 €, qui viennent s'ajouter aux 120 € remboursés par l'assurance maladie, alors que les appareils peuvent valoir entre 750 et 2 000 € par oreille, soit des factures pouvant grimper jusqu'à 4 000 €...

    Même si les audioprothésistes justifient leurs tarifs par la qualité de leurs services et par le temps passé pour affiner les réglages tout au long de la vie des appareils, ils rejettent la responsabilité du coût de l'appareillage sur l'insuffisance de leur prise en charge par l'assurance maladie. Et l'insatisfaction d'une majorité de patients pose question. Elle démontre clairement que l'offre actuelle d'audioprothèse ne correspond pas à l'attente des clients qui y voient un marché captif, dans lequel la loi de l'offre et de la demande ne joue pas à plein, et où, sous couvert d'une compétence paramédicale, une profession défend bec et ongles une situation de niche commerciale. L'arrivée de nouvelles enseignes sur le marché, tels qu'Alain Afflelou qui n'hésite pas à proposer deux aides auditives pour le prix d'une, pourrait changer la donne.

    Lire l'article sur le site www.quechoisir.org

    Article format pdf


    140312-rp3La sophrologie, future solution contre les acouphènes

    12 mars 2014 - www.medisite.fr

    L'Observatoire national de la Sophrologie va entamer de nouvelles recherches sur le traitement des acouphènes. Un espoir pour les millions de personnes touchées par cette pathologie alors que se tiendra le jeudi 13 mars la Journée nationale de l'Audition.

    Selon l'IPSOS, 16 millions de Français souffriraient d'acouphènes, qu'ils soient permanents ou occasionnels. Pourtant, aucun traitement médicamenteux n'existe à ce jour. Bien souvent, les médecins se tournent vers des antidépresseurs et/ou anxiolytiques pour soulager les patients éprouvés nerveusement par ces bourdonnements et sifflements dans les oreilles.

    Afin de leur proposer une solution moins contraignante, l'Observatoire national de la Sophrologie (ONS) va lancer une nouvelle étude sur les bienfaits de la sophrologie pour les sujets acouphéniques. Elle sera menée par une équipe de médecins français de Paris et Toulouse. Les participants seront choisis au hasard afin de vérifier et de mieux quantifier les effets de cette approche.

    Lire l'article sur www.medisite.fr

    Article format pdf


    140312-rp2Un système auditif précis et efficace

    Mars 2014 - www.cerveauetpsycho.fr

    Le bimestriel Cerveau&Psycho dans son numéro 62 de mars-avril 2014 consacre son dossier aux troubles de l'audition (revue version papier disponible en kiosque ou sur leur site au prix de € 6,95. Version numérique au prix de € 5,80 téléchargeable sur leur site)

    • La surdité, un handicap invisible
    • Un système auditif précis et efficace (voir article publié sur son site)
    • Les aides auditives : mieux les accepter
    • Les implants : pour entendre à nouveau

    Lire l'article sur le site de www.cerveauetpsycho.fr

    Artice format pdf


    140312-rp1Ces problèmes auditifs qui gâchent la vie

    12 mars 2014 - www.bienpublic.com

    Les acouphènes et l'hyperacousie sont des symptômes ORL de plus en plus fréquents au sein de la population. Témoignages.

    Les témoignages de Patrick, Guy et Valérie qui parlent de leur souffrance au quotidien.

    • Patrick : « Une souffrance interne que personne ne perçoit ».
    • Guy : « On s'habitue à vivre avec », dit-il, même s'il reconnaît « qu'au moment du coucher, c'est particulièrement pénible ».
    • Valérie : « Au début, c'était très dur, car j'étais tout le temps concentrée sur mes acouphènes. Depuis, je m'y suis fait. Malgré tout, certains téléconseillers qui m'appellent se moquent de moi, car je suis obligée de leur demander de se répéter. »

    Lire l'article sur le site www.bienbpublic.com

    Article format pdf


    140311-rp1Audilab : un réseau de correction auditive certifié AFNOR

    11 mars 2014 - www.senioractu.com

    L'enseigne spécialisée Audilab s'annonce comme « le premier réseau d'audioprothésistes à bénéficier de la marque NF Service Audioprothésiste ». Un certificat qui vise à garantir la qualité des services rendus dans le secteur de l'audioprothèse, du premier contact avec le patient souffrant de troubles de l'audition jusqu'au suivi pour toute la durée de l'appareillage.

    Lire l'article sur le site de www.senioractu.com

    Article format pdf


    140307-rp1Appareils auditifs. Les deux tiers des personnes équipées insatisfaites

    7 mars 2014 - www.letelegramme.fr

    Rejet fort chez les hommes

    Les 45-54 ans sont les plus réticents face à l'appareillage, seulement 40 % le considérant utile contre près de 70 % des plus de 75 ans. Chez les plus jeunes, comme dans les catégories socio-professionnelles les plus aisées, les appareils auditifs renvoient une image de « vieux ». Le rejet est plus fort chez les hommes, plus sensibles que les femmes à leur image.

    Les mutuelles offrent généralement des prises en charge de 300 à 499 euros, qui viennent s'ajouter à environ 120 euros remboursés par l'Assurance-maladie, alors que les appareils peuvent valoir entre 750 à 2.000 euros par oreille.

    Lire l'article sur le site de www.letelegramme.fr

    Article format pdf


    140306-rp1Appareils auditifs. Les deux tiers des personnes insatisfaites

    6 mars 2014 - www.ouest-france.fr

    Les deux tiers des personnes équipées d'appareils auditifs ne sont pas satisfaites de leur prothèse, la plupart se plaignant de problèmes d'adaptation, selon une enquête publiée jeudi 6 mars 2014.

    Des problèmes de réglages

    Réalisé par le cabinet Senior Strategic auprès de 1 487 personnes âgées de 45 à 79 ans souffrant de problèmes d'audition, le Baromètre 2 014 fait apparaître des difficultés de réglage et d'adaptation importantes qui peuvent perdurer bien au-delà des premiers jours d'équipement.

    Parmi les difficultés rencontrées, environ 30 % mentionnent des problèmes de réglage ou une sensation de gêne liée au port de l'appareil, tandis que près de la moitié se plaignent d'une mauvaise adaptation, un grief qui augmente avec l'âge.

    Le taux de satisfaction reste globalement faible, de l'ordre de 35 % (37 % chez les hommes et 32 % chez les femmes), même si plus de 70 % des personnes équipées déclarent utiliser leur appareil auditif tous les jours.

    Une image de "vieux"

    Les 45-54 ans sont les plus réticents face à l'appareillage, seulement 40 % le considérant utile contre près de 70 % des plus de 75 ans. Chez les plus jeunes comme dans les catégories socioprofessionnelles les plus aisées, les appareils auditifs renvoient une image de « vieux ». Le rejet est également plus fort chez les hommes, plus sensibles que les femmes à leur image.

    Lire la suite de l'article sur le site de www.ouest-france.fr

    Article format pdf


    140305-rp1Un quart des Français souffre de bourdonnements d'oreille

    5 mars 2014 - Le Figaro

    Un sondage inédit estime à 16 millions le nombre de Français touchés par des troubles de l'audition. C'est bien plus que ce que les projections laissaient penser jusque là.

    Les acouphènes, ces bourdonnements ou sifflements internes dans les oreilles, deviennent de plus en plus fréquents en France. Seize millions de personnes, soit un Français sur quatre, en souffrent, selon un sondage Ipsos réalisé en prévision de la 17ème Journée nationale de l'audition (JNA) qui se tiendra le 13 mars.

    Longtemps considérés comme des maladies mentales car ces troubles peuvent mener à la dépression, les acouphènes et l'hypersensibilité au bruit sont maintenant reconnus comme des pathologies ORL. Leur prise en charge fait appel à une équipe de professionnels qui rassemble l'ORL, l'audioprothésiste et parfois des psychologues.

    Les personnes qui souffrent d'acouphènes entendent des sons parasites ne provenant pas de leur environnement. Ces troubles sont liés à un dysfonctionnement du système nerveux auditif. La raison principale est l'exposition répétée à des bruits ayant un niveau sonore élevé. Ils sont le plus souvent liés à l'écoute de musique amplifiée ou au bruit au travail. Certaines pathologies de l'oreille, du nez et du larynx, le vieillissement, des chocs émotionnels ou encore la prise de certains médicaments dits ototoxiques comme l'Ibuprofène et plusieurs antibiotiques peuvent aussi entraîner ces troubles de l'audition.

    Lire la suite de l'article sur le site du Figaro

    Article format pdf


     

    Imprimer E-mail

    Revue de presse février 2014

    140205-rp1Le mensuel Top Santé n° 282 (mars 2014) consacre un article de deux pages au sujet des acouphènes. Intitulé Acouphènes on peut agir !, il aborde la pénibilité du vécu des quelques 400 000 personnes qui jugent leurs acouphènes intolérables et donne quelques éléments de réponse pour mieux vivre avec ce symptome qui peut altérer l'existence au point de provoquer une dépression.



    140211-rp1La société toulousaine Websourd se fait entendre par le gouvernement

    11 février 2014 - France 3 Midi-Pyrénées

    C'est la société toulousaine Websourd qui vient de remporter l'appel d'offres gouvernemental. Il s'agit d'une expérimentation initiée par le ministère de la Santé. Pendant un an, 500 personnes de tous âges, souffrant de différents types de surdité, habitant aussi bien en ville qu'à la campagne, vont être équipées du dispositif Elision créé par Websourd.

    Lire l'article et voir la vidéo sur le site de France 3 Midi-Pyrénées

    Article format pdf


    140212-rp1Les audioprothésistes réclament un meilleur remboursement de la Sécurité sociale

    12 février 2014 - Le Parisien

    Mal remboursées, les audioprothèses représentent pourtant une "priorité de santé publique" avec le vieillissement de la population, ont estimé mercredi des professionnels du secteur, qui réclament une meilleure prise en charge par la Sécurité sociale. "La France est très en retard en matière de remboursement des audioprothèses" car "il manque une implication des pouvoirs publics", a déclaré lors d'une conférence de presse Luis Godinho, président du syndicat national des audioprothésistes (Unsaf).

    Une prothèse auditive, qui permet de corriger la surdité, coûte en moyenne 1.535 euros toutes gammes confondues. Il faut compter 1.000 euros pour une entrée de gamme.
    Or, la Sécu ne rembourse que 120 euros par appareil, les complémentaires 350 euros en moyenne.

    Lire l'article sur www.leparisien.fr

    Article format pdf


    140212-rp2Le remboursement des audioprothèses, enjeu de santé publique

    12 février 2014 - Le Quotidien du Médecin

    Extrait de l'article :

    La principale cause de survenue de problèmes d’audition est l’âge. Le Pr Bruno Frachet, chef de service ORL de l’hôpital Rothschild à Paris, rappelle que les premiers signes de presbyacousie surviennent aux alentours de 60 à 65 ans et sont marqués « par des difficultés de compréhension dans un environnement bruyant ». Alors qu’il serait important d’intervenir dès ce moment, il déplore une latence beaucoup trop importante : « Il s’écoule en moyenne entre 7 et 10 ans entre les premières alertes et l’appareillage effectif de la personne. »

    Ce retard n’est pas sans conséquence. « À 70 ans, une personne qui accuse une perte de 25 dB est considérée comme ayant le même état cognitif qu’une personne de 77 ans », explique le Pr Frachet qui rappelle que des études montrent une corrélation entre vieillissement et déclin cognitif. De plus en plus isolée, la personne multiplie également les risques de développer une dépression ainsi que des problèmes de mobilités, puis des problèmes mnésiques aux conséquences parfois très lourdes.

    Lire l'article sur www.lequotidiendumedecin.fr

    Article format pdf


    140213-rp1Un implant cochléaire contre la surdité

    13 février 2014 - Femme Actuelle

    Extrait de l'article :

    Chaque année, 1 200 implants cochléaires sont posés, dont plus de la moitié chez des plus de 20 ans. Les évaluations pour ce dispositif sont toutes positives, chez les enfants, les adultes, et, de plus en plus souvent, les personnes âgées. « Il s'agit d'implanter un petit appareil placé derrière l'oreille et dans la cochlée afin de se substituer aux cellules ciliées. Celles-ci assurent normalement la transformation des sons en impulsions électriques, conduites via le nerf auditif jusqu'au cerveau » explique Nathalie Loundon, chirurgien ORL pédiatrique à l'hôpital Necker à Paris.

    Article format pdf


    140218-rp-FidelCastro-ACAFidel Castro n'est pas sourd - mais il est bien malentendant !

    18 février 2014 - Arrêt sur images

    Dans sa brève de 13h14, le site Arrêt sur images montre preuve à l'appui que Fidel Castro est bien malentendant, alors que les autorités cubaines ont essayé faire preuve du contraire. La surdité continue à faire peur ...

    Extrait de l'article :

    Mécontent de voir circuler des photos de Castro avec un appareil auditif lors d'une rencontre avec la présidente argentine Cristina Kirchner, en marge du sommet de la Communauté d'États Latino-Américains et Caribéens (CELAC) à La Havane, le régime a distribué un jeu de photos photoshopées où l'appareil auditif est gommé.

    Lire l'article sur www.arretsurimages.net

    Article format pdf


    Equilibre et audition - deux rendez-vous

    23 février 2014 - Source : Le Républicain Lorrain

    Marie Gaychet et les membres du centre communal d'action sociale annoncent deux rendez-vous. Le premier concerne la reconduction des ateliers équilibre à la suite du succès de l'expérience 2013. La municipalité tucquenoise, le CCAS et la Mutuelle familiale d'Homécourt vont mettre en place une session. La présentation de cet atelier aura lieu jeudi 6 mars, à 10h30, salle annexe de Tucquegnieux Marine, rue Amédée-Lamoine. Au terme de cette séance, les personnes intéressées pour s'inscrire auprès du CCAS en mairie de Tucquegnieux, ou par téléphone au 0382213265.

    En France, plus de 2,5 millions d'individus souffrent d'acouphènes et d'hyperacousie.La seconde démarche concerne la Journée nationale de l'audition. Il s'agira en 2014 de la 17ecampagne. Elle permet, chaque année, le deuxième jeudi du mois de mars, de sensibiliser la population à un vaste sujet de santé publique. En France, plus de 2,5 millions d'individus souffrent d'acouphènes et d'hyperacousie. Ces pathologies ORL sont méconnues du public. Ces gênes peuvent réellement générer une usure nerveuse, l'isolement ou un retrait de la vie professionnelle et sociale. A cet effet, Marie Gaychet, avec le CCAS et la Mutuelle familiale, propose un dépistage auditif et un échange d'informations avec des professionnels de l'audition. Cette journée de l'audition se déroulera à Tucquegnieux, salle municipale C, près de la mairie, vendredi 14 mars. Les personnes non adhérentes à la Mutuelle familiale sont priées de s'inscrire au préalable en mairie, avant le mercredi 5 mars.


    Accessibilité des handicapés : pourquoi l'échéance de 2015 n'était pas tenable

    27 février 2014 - Source : Le Monde

    Suite au report des mesures de la loi du 11 février 2005 annoncé le 26 février 2014, le quotidien Le Monde consacre un article bien documenté au sujet.  Ambitieux... mais irréaliste, comme le notait déjà la sénatrice PS Claire-Lise Campion dans un rapport de 2013, pourtant intitulé, dans un élan d'optimisme, « Réussir 2015 »

    Les associations jugent ce report « inacceptable ». Pourtant, la réalité démontre que les chantiers sont encore nombreux en France. Etat des lieux des actions réalisées – et des efforts encore à faire.

    Lire la suite : Pourquoi l'échéance de 2015 n'était pas tenable

    Article format pdf


    Imprimer E-mail

    Plus d'articles...

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.