Accessibilité

La signalétique de l'oreille barrée

La bonne signalétique

Un autre impératif, c'est la bonne signalétique pour informer les personnes malentendantes que l'ERP est équipé d'un système d'écoute. Apposer le logo spécifique (avec ou sans le T) en taille suffisamment grande et à un ou plusieurs endroits bien visibles favorisera l'inclusion des personnes avec pertes auditives et les incitera à tester l'accessibilité mise en place par l'ERP.

Logo handicap auditif

Oreille barrée = Accueil pour sourds et malentendants

Logo handicap auditif - accessible avec la position T

Oreille barrée + T = boucle d'induction magnétique installée

Le métier du transcripteur en simultané pour l'accessibilité du message oral

Vers un nouveau métier : Transcripteur en simultané pour l'accessibilité du message oral pour les sourds et malentendants

La transcription simultanée de la parole à la vitesse de la parole est un métier très difficile, quelles que soient les techniques adoptées.
Vu les progrès des logiciels de reconnaissance vocale, et des processeurs des PC, il est maintenant possible d'écrire jusqu'à 250 mots / minute.

A ce jour, il n'existe aucune machine capable de transcrire un discours oral en un discours écrit toute seule.
Seul un professionnel, qui maîtrise la technique, peut construire en un temps record, des phrases dans un français écrit correct, compréhensibles par tous, et avec le minimum de fautes.

Samuel Poulinge présente la SCOP Le MessageurContexte

Les personnes sourdes oralistes, devenues sourdes ou malentendantes communiquent en Français. Elles ont des difficultés plus ou moins importantes pour l'accès au message oral.

Le fait de ne plus avoir accès au message oral provoque un handicap autour de la communication. Les personnes peuvent émettre le message mais elles ont des difficultés sur la réception. Et le fait de ne pas pouvoir communiquer isole les personnes, qui ne peuvent plus exercer leur vie professionnelle, leur vie citoyenne comme tout un chacun, car elles ne sont pas à égalité de chance.

Il n'existe pas de baguettes magiques pour permettre une communication à égalité de chance. Pour atteindre cet objectif, il est d'abord nécessaire que l'entourage adopte les bonnes attitudes de communication, d'une part, en utilisant les bons outils de compensation pour la personne, d'autre part.

Pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants, il est possible de se baser sur 2 outils qui sont à mobiliser en fonction des besoins, des possibilités de la personne sourde ou malentendante :

  • L'utilisation des boucles magnétiques :
    90% des personnes déficientes auditives, soit près de 6,3 millions de personnes sont atteintes de surdité légère ou moyenne. Elles ont en général une bonne compréhension de la parole avec un seul interlocuteur dans un environnement calme. En revanche, elles sont en grande difficulté de compréhension, dès qu'il y a plusieurs interlocuteurs, et dans les environnements bruyants. Les personnes équipées d'aides auditives adaptées, avec la position T, peuvent utiliser les systèmes tels que les boucles magnétiques, ce qui leur permet un excellent accès au message oral.

    Lorsque la personne équipée d'aides auditives adaptées est en présence d'une boucle magnétique, elle appuie sur un bouton pour se mettre en position T (Téléphone, Telecoil) ou MT. Cela coupe les micros des aides auditives qui captent le son environnant. Elle reçoit directement le son de la voix de l'interlocuteur, qui parle dans un micro, sans les bruits parasites, dans ses aides auditives.
    La personne déficiente auditive se retrouve ainsi dans les mêmes conditions que si elle était dans un environnement calme avec un interlocuteur, ce qui améliore nettement la compréhension.
    La boucle d'induction magnétique est indispensable pour les personnes malentendantes et malvoyantes.

  • La transcription simultanée de la parole :
    Il s'agit d'écrire en simultané, à la vitesse de la parole, tout ce qui se dit par oral, tel un sous titrage en direct :
    - dans une conversation téléphonique ;
    - dans une conversation avec les interlocuteurs en présence ;
    - dans une réunion multi locuteurs ;
    - dans une formation ;
    - dans un colloque, un congrès ;
    - dans une manifestation culturelle, citoyenne.

    Depuis le vote de la loi de février 2005, qui reconnaît pour la première fois la transcription comme moyens d'accès du message oral pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants, il est nécessaire de formaliser ce nouveau métier – et de mettre en place un cadre de reconnaissance de ce métier grâce à une formation et un diplôme reconnu.

 A quoi sert la transcription simultanée de la parole ?

La transcription est le moyen le plus universel d'accès du message oral – pour les sourds oralistes, les devenus sourds et malentendants.
En effet, parmi les millions de personnes qui deviennent malentendantes en cours de vie, très peu de personnes vont vers un appareillage (sur 100 personnes qui devraient être appareillées, à peine 17 le sont) – étude de la DREES sur le handicap auditif de 2007. De ce fait, très peu de personnes qui ont des capacités auditives peuvent utiliser les boucles magnétiques comme moyen de compensation.

La transcription permet donc un accès du message oral, à égalité de chance avec les entendants, quel que soit l'évènement, la discussion, le RDV, ... quelles que soient les capacités auditives des personnes :
- lecture totale de la transcription pour les sourds sévères et profonds ;
- appui pour les personnes malentendantes, appareillées ou non ;
- appui pour les entendants.

Qu'est-ce qu'on attend de la transcription ?

> Traduction de l'oral vers l'écrit

Il s'agit de traduire des propos tenus oralement par écrit, à la vitesse de la parole. Le mot traduire est important, car les codes du langage oral sont différents des codes du langage écrit.
Il est donc nécessaire de traduire une langue oral en langage écrit.
En outre, la lecture à la vitesse de la parole est fatigante. Et l'enjeu, c'est bien de rendre accessible le message oral – il est donc aussi nécessaire d'éliminer les éléments superflus de l'oral, qui n'apportent rien, voire gênent à la compréhension.
Enfin, le texte peut être directement fourni à la fin de l'événement transcrit. Mais il conviendra toutefois de se mettre d'accord avec le prescripteur, car dans certains cas, le prescripteur peut demander la destruction du texte à la fin de la transcription.

De plus, il sera nécessaire de se poser des questions concernant la propriété du texte – est-ce que l'on peut en faire n'importe quoi ? Quelles sont les limites à fixer quant à l'usage du texte.

Aspects généraux de la traduction :

La transcription reproduit l'intégralité des propos avec suppression des erreurs syntaxiques, grammaticales, hésitations et répétitions, tics de langage, quand ceux-ci n'apportent pas de plus-value à la compréhension de l'intervention. L'écrit aura débarrassé les débats de ce qui, justifié à l'oral, devient inutile à l'écrit, en ne supprimant aucune information. La transcription doit être compréhensible et rapporter fidèlement les propos.
Il est important de souligner que le résultat visuel est un texte qui, pour être accessible, s'exonère cependant des règles de typographie française, en donnant la priorité à la transcription exhaustive des propos oraux.

EN OUTRE
La transcription doit pouvoir être utilisée et exploitée par la suite. De ce fait, il est nécessaire :
- de marquer le changement d'interlocuteur en sautant des lignes, et en mettant son nom s'il est identifié, ou interlocuteur s'il n'est pas identifié ;
- de ponctuer de manière à respecter le rythme, et le sens des propos tenus ;
- de mettre des points de suspension si la phrase n'est pas terminée, ou s'il y a un long silence ;
- de mettre des étoiles si les propos tenus n'ont pas été compris.

> La vitesse d'écriture

Pour que les personnes sourdes et malentendantes soient à égalité de chance dans les échanges, il faut que la transcription soit aussi rapide que la parole.
La vitesse moyenne de la parole est aux alentour de 180 à 200 mots par minute. Quelles techniques pour atteindre cette vitesse d'expression ?

Frappe au clavier : Les vitesses constatées de frappe au clavier vont, en moyenne, de 100 à 250 caractères par minute selon les individus, ce qui représente entre 20 et 50 mots par minute. Nous sommes loin de l'écrit à la vitesse de la parole.

3 méthodes peuvent être utilisées pour écrire très vite. Chacune des différentes technologies de transcription de la parole a sa pertinence par rapport à un contexte donné, selon son taux de restitution et le décalage par rapport à la parole du locuteur :

  • La vélotypie : la vélotypie fonctionne tel un piano. L'utilisateur appuie sur plusieurs touches à la fois afin d'écrire des syllabes plutôt que des lettres seules. De ce fait, l'affichage final est immédiatement lisible et exploitable. Il s'agit d'un clavier orthographique basé sur une saisie en accords qui est différent des claviers utilisés pour la transcription in extenso tels que ceux qu'utilisent les sténotypistes qui se doivent d'être plus concentrés pour que seuls les doigts soient en mouvement (gain de temps) afin de satisfaire à la vitesse de la parole. Avec la vélotypie, un logiciel informatique analyse ces données, détermine l'ordre des syllabes et affiche le résultat final. Avec les claviers orthographiques, l'opérateur s'appuie plus volontiers sur l'orthographe traditionnelle et peut davantage garder la main sur le résultat à afficher. Dans cette configuration, le terme "orthographique" s'oppose à celui de "phonétique".
    Elle permet d'écrire 100 à 150 mots par minute, ce qui ne permet pas d'écrire à la vitesse de la parole. Il y a donc nécessité de synthétiser lors des flots de paroles rapides.

  • La sténotypie : Il est, en général, plus difficile de maîtriser la sténotypie que les keyboards. Malgré cela, la sténotypie demeure plus rapide et permet d'atteindre une vitesse de frappe de plus de 210 mots par minute pour 100 à 150 mots par minute pour la vélotypie.

  • La reconnaissance vocale : Le transcripteur dicte dans un micro le texte qui doit s'écrire. Il écrit au clavier les mots que le logiciel de reconnaissance vocale ne reconnait pas, et il corrige les erreurs. Les logiciels ont fait de grands progrès ces dernières années. Il est possible avec cette technique de transcrire jusqu'à 250 mots par minute.

Les choix de la SCOP Le Messageur

=> La technique de la reconnaissance vocale :
La SCOP Le Messageur a fait le choix de la technique de la reconnaissance vocale pour transcrire à la vitesse de la parole. Cette technique a fait l'objet d'une longue expérimentation d'une dizaine d'années avec les associations du réseau du Bucodes SurdiFrance.

La SCOP Le Messageur a mis au point une technique et un matériel qui permettent de transcrire dans toutes les situations de la vie quotidienne.
De manière générale, le transcripteur, qui doit dicter le texte dans un micro, doit se situer dans un endroit calme, à l'extérieur de la salle dans laquelle se déroule l'évènement à transcrire.
Il peut toutefois, lorsqu'il n'y a pas d'autres possibilités, être dans la salle, et utiliser un micro spécifique, qui lui permet de dicter quasiment à voix basse, il s'agit du sténomask.

=> Le matériel utilisé :
Pour les personnes sourdes et malentendantes, la grande difficulté, c'est l'accès au message oral, notamment lors de discussions multi locuteurs.
Pour que tout le monde puisse communiquer à égalité de chance, les outils ne sont pas des « baguettes magiques » qui vont résoudre les problèmes de communication.
Il est nécessaire que tout le monde développe les bonnes attitudes de communication, tout en utilisant correctement les outils de compensation. Dans ce cas, on parle d'égalité des chances.

Dans le cadre de sa longue expérimentation, l'équipe de la SCOP Le Messageur a identifié qu'il était courant dans une conversation de cacher sa bouche, de parler à plusieurs en même temps, ...
Ces conditions ne permettent pas de participer à égalité de chance à une conversation lorsque l'on est sourd ou malentendant.

En outre, l'expérience nous montre que la sonorisation des réunions, l'utilisation des micros apportent un bien meilleur confort à tous, et accroit la qualité des échanges (voir vidéo témoignage Nelly sur le site internet).
Les micros ont une fonction de bâton de parole. Cela est indispensable pour les malentendants, qui ne savent localiser la provenance du son, et qui savent de ce fait qui va prendre la parole.
Une petite enceinte Bose de grande qualité permet un retour de chaque prise de parole.
En outre, cela améliore la qualité d'écoute de tous, et régule la communication, qui gagne en qualité.

L'équipe a donc mis au point un matériel, qui contient une sono avec des micros, une enceinte, des boucles magnétiques individuelles, ce qui permet l'accessibilité de n'importe quel type de réunion, avec le transcripteur qui se situe soit dans un local à proximité de la salle, soit à distance, via internet, soit, exceptionnellement dans la salle.

Voici ci-dessous un terminal de transcription avec sono, conçu par l'équipe. Ce terminal est maniable, et simple à mettre en route.

Valise de la SCOP Le Messageur

Ce terminal contient 4 micros, une enceinte.

Cela permet de sonoriser et mettre en place l'accessibilité :

  • de n'importe quelle réunion, dans n'importe quelle salle, à partir du moment où l'on peut utiliser internet (3G+ ou réseau) ;
  • de n'importe quel congrès ou colloque, en reliant le terminal à la sono de la salle ;
  • le PC Net Book peut être utilisé de manière individuelle, ou l'image peut être projetée sur grand écran – ou sur écran plasma.

=> Les fautes :

Il sera nécessaire de définir ce qu'est la faute, au sens de ce qui est acceptable ou non : il y a la faute de grammaire, mais il y a aussi la faute de sémantique qui dénature le message. En effet, le cerveau humain contextualise, et il comprend tout de suite s'il s'agit de « ces chats laids », « ces chalets », « sécha les », ... Mais le logiciel de reconnaissance vocale ne sait pas.

Pour éviter les fautes, le transcripteur doit adapter sa façon de transcrire et maîtriser parfaitement son logiciel de reconnaissance vocale, afin d'assurer une transcription de grande qualité en un minimum de délai.

Pour ce qui est des fautes, le transcripteur doit proposer un texte qui comporte le minimum de fautes. Il se doit donc d'anticiper les fautes qui pourraient être commises par le logiciel de reconnaissance vocale en proposant une tournure qui va fonctionner. Et, il se doit de corriger les fautes qui apparaissent dans l'affichage du texte.

Mais, à la demande des utilisateurs, si le locuteur s'exprime très vite, et que la faute ne change pas le sens, il est conseillé de poursuivre la transcription pour ne pas accroître le décalage entre les propos oraux et l'affichage des propos écrits.

Il est nécessaire, lorsque les locuteurs s'expriment à vitesse normale (150 à 180 mots/minute), de ne pas avoir plus de 2 fautes par minute.

=> La vitesse d'affichage

Il est nécessaire, pour que la personne soit dans un échange simultané, d'afficher la transcription au plus vite, avec au plus 5 s de décalage entre les propos tenus, et l'affichage de ces propos.

L'affichage de la transcription par reconnaissance vocale se fait par paquets de mots. Le transcripteur doit régulièrement marquer de petites pauses pour que le logiciel de reconnaissance vocale puisse afficher des sections de phrases. Pour une lecture confortable, il est nécessaire :

  • lors de transcriptions de réunions, de ne pas afficher plus de 3 lignes à la fois ;
  • lors des conversations téléphoniques, d'afficher 1 à 1,5 lignes à la fois.

=> La transcription faite par un seul transcripteur :

Le transcripteur doit écouter ce qui se dit, le traduire par écrit en dictant ce qu'il veut écrire dans un micro. Il doit lire le résultat obtenu, tout en continuant à écouter et dicter, pour repérer et corriger les erreurs, les fautes.

Ce travail pourrait être fait, comme cela se fait à la télévision dans le cadre du sous-titrage pour sourds et malentendants, avec 2 personnes, 1 transcripteur qui dicte, et un transcripteur qui corrige.
Ce système est efficace, mais les coûts s'en ressentent. De plus, cela joue sur le temps d'affichage du texte – ce qui peut être un frein lorsque l'on est dans des discussions fluides.

Du coup, la SCOP Le Messageur a opté pour ne faire travailler qu'un transcripteur qui remplit seul l'ensemble de ces tâches.

Il faut beaucoup d'expérience pour atteindre le niveau.

Un nouveau métier : TRANSCRIPTEUR

La transcription simultanée de la parole à la vitesse de la parole est un métier très difficile, quelles que soient les techniques adoptées.

Vu les progrès des logiciels de reconnaissance vocale, et des processeurs des PC, il est maintenant possible d'écrire jusqu'à 250 mots / minute.

La plupart des utilisateurs, des prescripteurs qui recherchent de la transcription pour rendre accessibles des conversations, réunions, colloques, évènements divers et variés, ... se demandent pourquoi le logiciel ne transcrit-il pas tout seul ?

En effet, l'être humain est capable de comprendre une conversation en milieu bruyant, il est capable de savoir de quoi il est question même si un mot est mal prononcé, il est capable de comprendre les accents, ... grâce à la contextualisation.

Il s'agit donc d'une bonne question, mais le logiciel, tout performant soit-il, n'a pas cette capacité de contextualisation. Il ne reconnaît qu'une seule voix pour des dictées très longues et très rapides.
Dans les conversations, les interlocuteurs se coupent souvent la parole, ils peuvent ne pas finir leurs phrases, ils utilisent des onomatopées, ils utilisent un langage oral dans lequel la prononciation des mots ne correspond pas à l'écrit (voir ci-dessus).
Le logiciel, s'il recevait des informations de plusieurs locuteurs, et s'il recevait également des bruits parasites via le micro, il ne saurait pas du tout quoi écrire – et il écrirait n'importe quoi, sans ponctuation.

IL FAUT DONC ÊTRE CLAIR, à ce jour, il n'existe aucune machine capable de transcrire un discours oral en un discours écrit toute seule.

Seul un professionnel, qui maîtrise la technique, peut construire en un temps record, des phrases dans un français écrit correct, compréhensibles par tous, et avec le minimum de fautes.

 > Qualités pour devenir transcripteur

  • La culture générale
  • Parfaite connaissance des différents types de surdités
  • Capacité d'écoute et d'adaptation
  • L'implication
  • La discrétion, le secret professionnel
  • Le respect d'une déontologie

> Compétences pour la transcription

  • Parfaite maîtrise de la diction
  • Parfaite maîtrise de la langue, de la grammaire et de l'orthographe, de la ponctuation
  • Capacité de synthèse, de reformulation

> Compétences techniques

  • Parfaite maîtrise du logiciel de reconnaissance vocale
  • Parfaite connaissance du matériel informatique, du matériel son utilisé, des techniques de prise en main à distance, ...

Le métier de transcripteur

Publié avec l'autorisation de la SCOP Le Messageur

Département de la Gironde

Si vous souhaitez compléter cette liste ou faire apporter des modifications : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

Les sigles suivants sont utilisés dans la liste ci-dessous :

  • BIM : boucle d'induction magnétique
  • HF : système sans fil à haute fréquence
  • IR : système sans fil à infrarouge
  • TWAVOX : application Bluetooth pour Smartphone
  • S=oui / S=non : signalétique présente ou absente
  • NT : non testé
  • ♥♥♥♥♥ : très bien | ♥ : insuffisant - dysfonctionnements
Ville / code postal
Etablissement
coordonnées
Equipement
Signalétique
Appréciation
fonctionnement
Bordeaux (33000) Bibliothèque de Mériadeck
Grand Auditorium
85 cours du Maréchal Juin
BIM
S=Oui
♥ (fortes pollutions magnétiques)
Bordeaux (33000) Athénée Municipal Joseph Wresinski
Auditorium
Place Saint-Christoly
BIM
S=Oui
NT
Bordeaux (33000) Athénée Municipal Joseph Wresinski
Salle de réunion n° 46
Place Saint-Christoly
BIM ♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) Salle municipale de Saint-Augustin
Place Saint-Augustin
BIM ♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) TnBA
Salle Jean Vauthier
Place Renaudel | Square J. Vauthier
www.tnba.org
Système HF
(Sennheiser)
S=Oui
♥♥♥♥♥ 
Bordeaux (33000) Maison Eco-Citoyenne
Quai Richelieu
BIM
S=Oui
♥♥♥
(ampli Bosch - volume trop faible)
Bordeaux (33000) Eglise Notre Dame
Rue Fondaudège
BIM NT
Bordeaux (33200) Eglise Saint-Amand
173 av. Louis Barthou
Caudéran
BIM
S=Oui
♥♥♥
Bordeaux (33300) Théâtre du Pont Tournant
13 rue Charlevoix de Villers
www.theatreponttournant.com
BIM
S=Oui
♥♥♥ (éviter les sièges au centre des rangs)
Bordeaux (33300) Palais des Congrès
Rue Jean Samazeuilh
www.bordeaux-expo.com
Système HF
(Philips)
♥♥♥♥
(testé avant mise en service officielle)
Cenon (33150) Centre protestant La Passerelle
8 avenue Jean-Jaurès
www.eglisegironde.fr
BIM ♥♥♥ (pollutions magnétiques)
Gradignan (33170) Médiathèque (Auditorium)
32 route de Léognan
www.lamediathequedegradignan.fr
BIM
S=Oui
♥♥♥♥
Le Bouscat (33110) L'Ermitage-Compostelle
Salle polyvalente
10 rue Bertrand Hauret
Système HF (Sennheiser) ♥♥♥♥♥ (à réclamer à l'accueil)
Martignas sur Jalle (33127) Salle polyvalente Gérard Philippe
14 avenue de Verdun
BIM NT
Mérignac (33700) Médiathèque 
Auditorium François Lombard
19 place Charles-de-Gaulle
www.mediatheque.merignac.com
BIM
S=Oui
♥♥♥♥♥
Pessac (33600) Cinéma Jean-Eustache
Salle Federico Fellini
Place de la 5ème République
BIM
S=Oui
♥♥♥♥♥
Talence (33400) Cinéma Gaumont Pathé
Salles 1, 2, 5, 11
Allée du 7ème Art
www.cinemasgaumontpathe.com
BIM
S=Non
NT

RETOUR AU REPERTOIRE DES LIEUX ACCESSIBLES PAR DEPARTEMENT

Département Ille-et-Vilaine

Si vous souhaitez compléter cette liste ou faire apporter des modifications : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

Les sigles suivants sont utilisés dans la liste ci-dessous :

  • BIM : boucle d'induction magnétique
  • HF : système sans fil à haute fréquence
  • IR : système sans fil à infrarouge
  • TWAVOX : application Bluetooth pour Smartphone
  • S=oui / S=non : signalétique présente ou absente
  • NT : non testé
  • ♥♥♥♥♥ : très bien | ♥ : insuffisant - dysfonctionnements
Ville / code postal
Etablissement
coordonnées
Equipement
Signalétique
Appréciation
fonctionnement
Bruz (35170) Salle du Conseil
Place du Docteur Joly
BIM NT
Bruz (35170) Salle Vau Gaillard
Avenue Alphonse Légault
BIM NT
Bruz (35170) Salles Magnolias et Romarin
Maison des associations
Avenue Alphonse Légault
BIM NT
Langon (35660) Salle polyvalente
www.ville-langon.fr
BIM NT
Redon (35600) Halles
Rue des Douves
BIM NT
Redon (35600) CINE MANIVEL
12 quait Jean Bart
www.cinemanivel.fr
BIM
S=Oui
♥♥♥
Rennes (35000) Cinéma GAUMONT
Salles ??
Esplanade Charles de Gaulle 
BIM
S=Non
 ♥♥♥♥
Rennes (35011) FRAC DE BRETAGNE
Amphithéâtre
19 avenue André Mussat
www.fracbretagne.fr
BIM NT
Rennes (35040) TNB
1 rue Saint Hélier
BIM NT
Rennes (35043) Amphithéâtre EHESP
Av. du Professeur Léon-Bernard
BIM NT
Rennes (35700) Patinoire Le BLIZZ
8 avenue des Gayeulles
www.leblizz.com
BIM ♥♥♥♥

RETOUR AU REPERTOIRE DES LIEUX ACCESSIBLES PAR DEPARTEMENT

Comment choisir son téléphone mobile ?

Choisir son téléphone mobile quand on est malentendantLes limitations fonctionnelles auditives moyennes à totales concernent plus de la moitié des 10 millions de malentendants (d'après les derniers chiffres publiés en février 2014), soit 5,4 millions de personnes.

Nous recevons régulièrement des demandes de malentendants et/ou devenus-sourds confrontés au choix de leur futur téléphone mobile.

Ce choix est particulièrement difficile face à une offre très étendue de téléphones mobiles. Les caractéristiques techniques souhaitées et les préférences sont variables et individuelles. Il n'est donc pas possible de répondre de manière précise.

Le conseil le plus judicieux que nous pouvons donner est d'essayer des téléphones mobiles (récents !) que possèdent les autres membres de la famille ou des proches. Ainsi, il est possible de poser toutes les questions et de passer plusieurs appels téléphoniques avant l'achat. Faut-il encore que ce mobile précis soit encore commercialisé, car les fabricants de la téléphonie mobile n'accorde pas à leurs matériels une longévité au-delà de quelques mois. Cependant, les caractéristiques techniques dans la gamme équivalente d'une même marque peuvent généralement être retrouvées dans les mobiles plus récents.

Un site nous semble particulièrement intéressant à consulter par toute personne handicapée (handicap auditif ou/et autres handicaps).

Mobile Accessibility aborde tous les aspects du téléphone mobile. Grâce à des sélections par type de handicap, puis à travers une liste à choix, il est possible d'indiquer ses préférences pour ensuite obtenir une liste de mobiles qui respectent plus ou moins ces critères de présélection.

Ce site a été mis en ligne par une association internationale regroupant les fabricants d'équipements de télécommunication mobiles ou sans fil.

Annonces du gouvernement en matière d'accessibilité

Le Premier ministre a réuni les acteurs de l'accessibilité le 26 février 2014. Il a ainsi conclu la concertation sur l'accessibilité engagé le 10 octobre 2013 et a fait part des conclusions à mettre en œuvre.

Les fondamentaux et les axes forts

Les fondamentaux :

  • Conforter la loi de 2005 et permettre à ceux qui ne seront pas au rendez-vous de se mettre en accessibilité,
  • Réaffirmer l'inéluctabilité de la date du 1er janvier 2015 et de son dispositif de sanction pour les manquements à son application.

Les axes forts :

  • Créer un outil pour poursuivre la mise en accessibilité : l'Agenda d'Accessibilité Programmée (Ad'AP),
  • Redéfinir les normes d'accessibilité applicables aux ERP,
  • Compléter les normes pour satisfaire des attentes oubliées par la réglementation.

28 février 2014 - L'Ad'AP

L'Agenda d'Accessibilité Programmée (Ad'AP) s'adresse aux maîtres d'ouvrage et aux exploitants d'établissements recevant du public (ERP), qui décident de réaliser ou poursuivre des travaux de mise en accessibilité après le 1er janvier 2015.

Il apportera un cadre juridique sécurisé mais s'accompagnera d'un calendrier précis et d'un engagement financier.

Il est le seul moyen pour être en accord avec la loi pour ceux qui n'ont pas satisfait aux obligations de la loi, après le 1er janvier 2015.

Le projet d'Ad'AP ou un engagement à entrer dans la démarche est à déposer avant le 31 décembre 2014 ou, au plus tard, douze mois après la publication de l'ordonnance (date de publication probable juillet 2014).

Le projet d'Ad'AP doit être validé par le préfet. Cette validation permettra ainsi d'entériner l'échéancier pour la mise en accessibilité. Le dispositif comportera des points de contrôle réguliers et une validation à son terme.

Des sanctions financières proportionnées seront appliquées en cas de non-respect de l'Ad'AP. Le produit des sanctions sera réinvesti au profit de l'accessibilité universelle.

Seule la validation par l'Etat permettra de dépasser la date de 2015.

L'Ad'AP un dispositif simple, respectueux des engagements, construit avec les intéressés et les acteurs de l'accessibilité.
Il apporte de la souplesse en échange d'une réelle évolution du cadre bâti.

Télécharger le Rapport Ad'AP

28 février 2014 - Redéfinir et compléter les normes d'accessibilité

Redéfinir les normes techniques

Les travaux autour des ajustements normatifs ont permis de dégager des propositions, celles-ci seront intégrées dans la réglementation :

  • une reprise de la réglementation pour le cadre bâti existant intégrant des atténuations, mais aussi un toilettage des règles inopérantes avec des facilités pour l'installation d'une rampe et d'un élévateur,
  • une prise en compte de la topographie,
  • la possibilité de proposer des solutions techniques alternatives,
  • une clarification des règles pour les hôtels, les restaurants et les cafés,
  • l'installation des places réservées proches des sorties dans les parkings publics
  • ....

Compléter les normes pour satisfaire des attentes oubliées par la réglementation.

Les accords se sont principalement trouvés autour d'une volonté d'amélioration :

  • de la sécurité des déplacements des personnes aveugles et mal voyantes : contrastes, prévention des chutes dans les escaliers, exclusion des objets en saillie,...
  • de la possibilité pour les personnes sourdes et malentendantes d'améliorer leur communication : installation de boucles d'induction magnétiques dans une salle de réunion de bâtiments neufs recevant plus de 700 personnes, améliorer la qualité de ce matériel à installer en faisant respecter la norme européenne,...
  • du repérage dans l'espace pour les personnes handicapées mentales (mais aussi aveugles et malvoyantes et les étrangers) : mobiliser pictogrammes, code couleur, ...
  • de la sensibilisation et la formation à l'accueil des personnes handicapées,
  • la création d'un registre d'accessibilité,
  • ....

Tous ces éléments sont consultables dans le "Rapport Environnement normatif complet".

26 février 2014 - Annonces du Premier ministre

concertation acessibilite 2Le 26 février 2014, le Premier ministre a conclu la concertation sur les nouvelles modalités de mise en oeuvre du volet accessibilité de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Il a annoncé les décisions prises par le Gouvernement pour maintenir et renforcer dès 2014 l'objectif de mise en accessibilité de la société.

Face au retard accumulé et au constat partagé que l'échéance du 1er janvier 2015 devenait un objectif irréaliste pour de nombreux acteurs publics et privés, le Premier ministre a annoncé l'engagement d'une concertation avec l'ensemble des parties prenantes lors du comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013. Présidée par Claire-Lise Campion, sénatrice de l'Essonne et auteure du rapport "Réussir 2015", et animée par Marie Prost-Coletta, déléguée ministérielle à l'accessibilité, cette concertation inédite a réuni pendant plus de trois mois les associations de personnes handicapées, les associations d'élus, les représentants du secteur des transports, les acteurs du logement et de la construction, les représentants du commerce, de l'hôtellerie, de la restauration et les professions libérales.

Sur la base des conclusions de la concertation, le Premier ministre a confirmé :

  • Le maintien du droit commun (échéance du 1er janvier 2015 avec son dispositif de sanctions pénales) et la mise en place d'un dispositif d'exception, les Agendas d'Accessibilité Programmée (Ad'AP) qui permettront aux acteurs publics et privés, qui ne seraient pas en conformité avec les règles d'accessibilité au 1er janvier 2015, de s'engager sur un calendrier précis et resserré de travaux d'accessibilité.

  • L'évolution d'un certain nombre de normes relatives à l'accessibilité pour tenir davantage compte de la qualité d'usage et permettre à la fois de simplifier et d'actualiser de nombreuses normes et dispositions règlementaires, ainsi que de les compléter pour mieux prendre en compte l'ensemble des formes de handicap.

 ► ► ► Pour aller plus loin, consulter :

 

La loi 2005, l'accessibilité et les personnes malentendantes

Changements concernant la Loi de 2005 et l'accessibilité

Les associations du Bucodes SurdiFrance ont été alertées mercredi 26 février 2014 par la presse d'une menace sur la loi de 2005. On a parlé de report de la loi et les questions ont été très nombreuses, voire même les appels à la réaction collective ! Mais que s'est-il passé ?

Le Conseil des Ministres a étudié l'application de la loi de 2005. Il s'est appuyé sur un certain nombre de rapports (de la commission présidée par la sénatrice Claire-Lise Campion) et les travaux menés en concertation avec les associations depuis septembre 2013.

Il a avalisé le constat que les objectifs d'accessibilité fixés par la loi ne seront pas atteints au 31 décembre 2014. Sans remettre en cause la loi, il a été décidé de mettre en place une méthode pour que les travaux d'aménagements pour l'accessibilité continuent, de manière encadrée, avec un calendrier annoncé et des financements appropriés, plutôt que de risquer les procédures en justice qui ne manqueraient pas d'être engagées.

Rappel : Que dit cette fameuse loi du 11 février 2005, pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ?

Cette loi étudie la notion de handicap, de prévention, énonce le principe de compensation, prévoit l'accessibilité partout, à l'école, au travail, dans la société, précise les droits, crée les MDPH et confirme la citoyenneté et la participation sociale des personnes handicapées. Vaste programme !Nous n'en connaissons bien que certains volets qui nous concernent plus particulièrement, PCH, accessibilité dont l'article78 sur la transcription écrite !

La Loi du 11 février 2005 a fixé l'échéance de mise en accessibilité du cadre bâti, de la voirie et des transports à 2015. Cette échéance sera renégociée au cas par cas dans le cadre de nouvelles procédures appelées Ad'AP.

Quelle accessibilité pour les malentendants ?

L'accessibilité pour les personnes malentendantes ou sourdes, c'est la possibilité de comprendre la parole lorsque cela est difficile (dans les lieux bruyants), lors de réunions etc. Dans ces situations, les appareillages ne permettent pas, en général, une bonne compréhension.

Pour ceux qui communiquent oralement (la grande majorité), deux systèmes sont prévus par la Loi : les boucles à induction magnétiques (BIM) et la transcription écrite.
Le Bucodes Surdirance a constaté que les Etablissements Recevant du Public (ERP) tardent à s'équiper en Boucles Magnétiques, surtout, lorsqu'elles sont installées, beaucoup s'avèrent inutilisables : soit elles ne fonctionnent pas, soit elles fonctionnent mal (mauvaise prise de son, interférences, signal non uniforme ou trop faible...) ce qui pose le problème de la réception de ces installations.

Que dit le Bucodes SurdiFrance ?

Le Bucodes Surdifrance prend acte, en les regrettant, des retards pris par les Etablissements Recevant du Public (ERP) en matière d'accessibilité. Il prend acte de la mise en place des Ad'AP (Agenda d'Accessibilité Programmée).

En tant que Bureau fédérant plus de 40 associations de personnes malentendantes ou devenues sourdes présentes sur l'ensemble du territoire français, il se tient prêt à participer à toute concertation afin de défendre le mieux possible l'accessibilité pour les personnes malentendantes.

Il fait remarquer que l'installation de la transcription écrite (par exemple dans les transports) est un système simple et peu couteux et qui profite à tous..

En ce qui concerne les boucles magnétiques, le report des objectifs est difficilement acceptable car il s'agit d'installations légères et faciles à mettre en œuvre.
Le Bucodes SurdiFrance déplore aussi que beaucoup d'appareils auditifs vendus en France, équipés de bobines magnétiques, n'aient pas la position T (ou MT) activée ce qui rend les boucles magnétiques inutiles pour les personnes concernées. Il note cependant avec satisfaction qu'à l'issue des négociations, le rapport Environnement Normatif prévoit une modification du Code de la Santé Publique sur ce point.

Lire aussi : Les fondamentaux et les axes forts

9ème anniversaire de la loi du 11 février 2005

11 février 2014 - À l'occasion du 9ème anniversaire de la loi du 11 février 2005, le Défenseur des droits a élaboré un guide pratique « Collectivités territoriales : guide pour l'accessibilité des établissements recevant du public (ERP) » qui accompagnera les établissements recevant du public dans la mise en accessibilité de leurs locaux et/ou prestations.

Voici les liens qui vous permettront d'accéder à ce guide en ligne:

Ce guide a été réalisé avec le soutien de l'Union européenne dans le cadre du programme Progress.

Il a été élaboré par le Défenseur des droits dans l'objectif d'offrir des réponses pratiques aux collectivités territoriales au regard des mesures de mises en accessibilité prévues par la loi n°2005-102 du 11 février 2005. Cette loi prévoit en effet que, dans un délai maximal de 10 ans, "les établissements existants recevant du public doivent être tels que toute personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont diffusées".

Cet outil s'adresse à la fois aux élus et aux techniciens des collectivités territoriales. Il a pour objectif de clarifier la notion de dérogation et de mesures de substitution, mais aussi de souligner la nécessité de mesures facilitant l'accès aux prestations de l'ensemble des personnes en situation de handicap pour faciliter la mise en œuvre du principe « accès à tout pour tous ».

Un questionnaire de satisfaction est en ligne à l'adresse ci-dessous :
https://fr.surveymonkey.com/s/XR3GNJW

Nous vous invitons à le remplir, ce qui vous prendra moins de deux minutes et sera utile au Défenseur des droits.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.